Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

20 octobre 2013 - Chrétiens anonymes ?

  Publié le samedi 20 octobre 2012 , par Henri Gouraud


Sans se décourager
Jésus sait que nous avons des moments de découragement - envie de partir, de tout arrêter, de changer de vie, de tout laisser tomber : "A quoi bon ? Pourquoi toute cette énergie ? Tout ça pour ça ?" Combien de couples au point mort se séparent à ce moment-là ; combien de parents abandonnent l’éducation de leur enfant, ne sachant plus quoi faire. On accumule les difficultés et les échecs. On n’a plus le courage de se battre. On raconte que le curé d’Ars s’enfuit un jour de sa paroisse, n’en pouvant plus des problèmes incessants à gérer. Saint Philippe Neri eut la tentation de quitter Rome pour suivre les jésuites aux Indes : "Tes Indes sont à Rome", lui dit tout net un cistercien de l’abbaye de Tre Fontane qu’il avait consulté. Il est impossible de ne pas se décourager à certains moments de l’existence. Dans le film de Mel Gibson, La Passion, ce problème est au coeur du combat de Jésus au jardin de Gethsemani, la nuit où il fut arrêté ; le démon s’approche de Jésus pour lui susurrer à l’oreille : "Pourquoi veux-tu sauver l’homme ? Tu vois bien que cela ne sert à rien, tous vont te trahir... A quoi bon ?..." La seule solution c’est de retrouver le sens de ce que nous faisons, se remettre en face du choix de Dieu sur nous, de reprendre son bâton de pèlerin et de remettre un pas devant l’autre, humblement. Un bon temps de prière, une bonne confession, une bonne retraite devrait nous redonner le courage d’avancer et d’espérer.

La foi sur terre ?
C’est une des phrases les plus terribles de l’évangile. "Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ?" Jésus serait-il justement en train de se décourager, et nous avec ? Je crois qu’il est tout simplement réaliste, et qu’il nous met devant nos responsabilités. On dit que notre génération est responsable de la terre polluée que nous laisserons ou pas à nos enfants. De même, si nous n’y faisons pas attention, nous pouvons laisser notre foi s’éteindre, et la foi s’éteindre sur terre. Le seul remède c’est la prière et l’évangélisation. Le témoignage de vie si nécessaire ne suffit pas : on ne peut plus aujourd’hui se contenter d’être des chrétiens anonymes. "Le plus beau témoignage se révèlera à la longue impuissant s’il n’est pas éclaire, justifié, explicité par une annonce claire, sans équivoque, du Seigneur Jésus". Il faut de l’audace et du courage, d’après le pape François. D’où la consécrations au Coeur Immaculé de Marie faite la semaine passée.

Une dernière fois.
Je me permets de conclure les différents appels financiers que j’ai faits les deux dernières fois, par un appel à la quête prélevée. Plusieurs paroissiens l’ont déjà adoptée, et la plupart d’entre nous pourrait le faire en réalité, sans grever votre budget. Il s’agit de décider d’une somme que vous voulez donner à la quête chaque mois - disons 10 euros. Si vous payez des impôts cela devient intéressant, car vous pouvez en réalité donner trois fois plus - 30€ - sans que ça vous coûte plus que dix euros, car les 20 euros en plus seront retirés de vos impôts grâce à notre reçu fiscal. La paroisse en échange vous fournira des jetons verts qui symboliseront votre don à la quête de la messe : plus besoin d’amener avec soi de la monnaie ! Cela a l’avantage pour vous de donner plus sans que cela vous coûte plus, et pour la paroisse d’avoir une visibilité de sa trésorerie. Ingénieux, non ? Merci encore, car vous êtes très généreux et vous faites déjà beaucoup pour le Seigneur et pour l’Eglise.
Merci pour tout. Union de prière et de service.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr