Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

29 septembre 2013 - Se jeter à l’eau

  Publié le samedi 29 septembre 2012 , par Henri Gouraud


Regrets
Dimanche matin dernier à 9h, j’ai dit une phrase qui a été mal reçue : "Je regrette presque que vous soyez si nombreux ce matin". Le rêve d’un curé c’est de rassembler tout le troupeau pour vivre une liturgie commune. C’est ce que nous faisons deux fois par an - en septembre et en juin. Samedi soir dernier à la rentrée paroissiale à Notre-Dame de Consolation, nous étions d’ailleurs très nombreux, plus de 500. Les messes du dimanche étaient maintenues pour les personnes empêchées. Ce que j’ai dit le dimanche matin sur le ton du badinage n’était pas destiné à vexer les fidèles présents, mais à maladroitement rappeler l’urgence de nous mobiliser pour la prière et la mission. Le curé, par ailleurs, peut-il parfois faire des remarques à la communauté en bien ou en mal ? Et vice versa. Bien-sûr, il y a manière et manière... Désolé d’avoir fortement contrarié certains.

Tous
Je me promenais dernièrement un samedi matin dans le centre ville ; sur 100 personnes croisées, 2 m’ont reconnu et salué... Ouvrons les yeux, reconnaissons-le : nous sommes minoritaires et perdus dans la foule aujourd’hui. Nous sommes passés de 300 à 200 baptêmes annuels entre 1993 et 2013 : sur 600 bébés qui naissent à Hyères, nous n’en baptisons qu’un tiers. L’organisation et le développement de la paroisse repose sur moins de monde qu’auparavant. Nous ne pouvons donc plus nous passer de personne. Certains dans la paroisse font trop de choses, alors que d’autres n’ont pas trouvé ou pris leur place. C’est à cette répartition de la charge que j’appelle chacun de nous. On pouvait autrefois assister anonymement à la messe sans participer plus que cela à la vie paroissiale. Aujourd’hui on ne peut plus se le permettre. L’appel lancé la semaine dernière à la messe de rentrée a été entendu à ma grande joie : plusieurs sont venus se proposer pour aider à l’organisation des concerts, à l’accueil, à l’engagement caritatif... Je manque encore de personnes pour le ménage des églises, l’accompagnement des familles en deuil, les visiteurs de malades : plus on est nombreux, moins ça prendra de temps, plus on pourra se relayer ! J’embauche aussi pour la semaine "Portes ouvertes" d’avril : "à tous on peut tout" dit-on au Secours Catholique.

Mobilisation
Il y a une chose que nous pouvons tous faire, c’est prier, prier pour la mission paroissiale, pour la paix... On peut aussi faire la liste des personnes qui venaient à la paroisse et ne viennent plus : leur passer un coup de fil, prendre leur adresse mail pour qu’ils reçoivent la lettre web de la paroisse, les inviter à la mission de printemps... prier pour eux tout simplement. Quel acte concret pour la mission suis-je prêt à faire ? Rémy Julienne, 83 ans, le célèbre cascadeur français qui a travaillé sur plus de 1000 films en 50 ans (La Grande Vadrouille, Rabbi Jacob, L’Or se barre...) était présent au festival national du film, il y a huit jours, à Hyères. Il racontait qu’il avait fait les cascades de 6 James Bond. Au bout du 2ème ou du 3ème, les réalisateurs ne lui ont plus imposé de scénario : ils lui ont demandé d’inventer des cascades, et ils créeraient un scénario autour. Il ne nous est pas demandé d’écrire l’histoire de demain, elle appartient à Dieu : il nous est demandé de faire une cascade, un acte concret, de nous jeter à l’eau. Et c’est cela qui peut changer l’histoire du christianisme à Hyères, en France, en occident.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr