Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

3 mars 2012 - Dire la vérité avec amour

  Publié le samedi 3 mars 2012 , par Henri Gouraud


Quelle semaine !
Tempête de neige sur le Var, fin du pontificat de Benoît XVI (pape émérite que nous portons dans notre cœur), buzz médiatique autour d’une soirée au Pink (boîte de nuit à la Capte)...
Pour cette dernière affaire, tout est parti d’un tract alliant un très beau crucifix avec l’annonce d’une soirée plutôt "chaude". Plusieurs personnes blessées par ce flyer m’ont encouragé à réagir. D’où un "coup de gueule" envoyé par mail à l’agence hyéroise de Var Matin. Ce message a été mis aussitôt sur le site internet du journal, France Bleu a appelé dans la foulée, M. le Maire, France 3 le lendemain... le "Buzz", comme on dit, l’emballement. Les gérants du Pink ont pris la décision d’annuler ; ils sont même venus présenter leurs excuses, en particulier aux paroissiens que ça aurait pu choquer. Les jeunes organisateurs de la soirée ont souhaité me rencontrer pour parler et dire leurs regrets. Retournement complet de situation. Cela indique pour moi deux choses : la force un peu "effrayante" des médias -une étincelle peut vraiment lancer un incendie. L’Eglise (ou d’autres) en fait régulièrement les frais. Je me pose aussi la question d’un fossé culturel entre les jeunes (même cathos) et les institutions religieuse et civiles. J’ai été frappé de la bonne foi des jeunes organisateurs : ils n’ont pas vu le problème qu’il pouvait y avoir entre le texte et l’image, l’utilisation d’une image sacrée comme produit d’appel pour une soirée de fête. En toute bonne foi et sans méchanceté. Voilà un appel à l’évangélisation de la culture, de la communication, par exemple. Je vous proposais de prier pour les jeunes dimanche dernier : votre prière a été exaucée, semble-t-il !

Conservateur. Ou pas.
On reproche au pape d’être conservateur, parce qu’il dit la vérité sur l’amour et la vie. On dit que les évêques sont plus ou moins "réac" parce qu’ils ne bénissent pas tout ce qui se fait ou se dit. C’est un point de vue. Je crois que dire la vérité ("tu as raison de dire que tu n’as pas de mari" dit Jésus à la Samaritaine) n’a pas pour but de culpabiliser ou d’enfermer, mais d’aider à évoluer. Dire à son enfant "Tu es extraordinaire, le plus beau, le plus intelligent", alors qu’il a des problèmes comportementaux et des résultats très faibles, est-ce l’aider ? La prise de conscience de sa situation, n’est-ce pas le préalable à son cheminement ? Si je ne sais pas où j’en suis, comment m’orienter ? On ne peut faire n’importe quoi avec la vie et avec l’amour, parce que l’amour et la vie touchent notre vocation, notre dignité et la vie divine. Je trouve cette attitude très favorable au vrai progrès de l’homme, à son progrès dans le bien. Dire la vérité avec amour, c’est donc très progressiste.

Samaritaine. Les trois prochains dimanches, nous suivons les lectures de l’année A conseillées pour les communautés qui accompagnent des catéchumènes vers Pâques, leur baptême et l’anniversaire du nôtre : la Samaritaine (Jn 4), l’Aveugle né (Jn 9) et Lazare (Jn 11). La Samaritaine, cette femme assoiffée d’amour (pas seulement d’eau fraîche) représente toute l’humanité en quête de repères, en désir de sources. Nous avons une soif immense d’être aimés, et nous la comblons de toute manière. La nier est une façon de répondre à cette soif en creux. Le mariage, le don de soi dans une vocation, dans une mission, dans la transmission de la vie : voilà d’autres manières d’étancher notre soif. Je pense en particulier aux couples qui se préparent au mariage ce week-end avec nous. Je pense aussi à ceux dont la vie de couple est difficile, voire impossible, et qui luttent pour rester malgré tout fidèles au sacrement ; ils ont soif d’amour. Je pense à ceux et celles qui ont vécu un échec et se retrouvent seuls, sans arriver à reconstruire une relation, ou se sont engagés dans d’autres histoires ; ils ont soif d’amour. Je pense à ceux et celles qui se sont remariés civilement, et ne vivent plus les sacrements de la même manière ; ils ont soif d’amour. Pour tous, il est une source unique de l’Amour : le Christ. Jésus seul est capable de répondre PLEINEMENT à notre soif d’amour. Comme le disait le Frère David Macaire mercredi soir à Ste-Madeleine : "Connaître Jésus-Christ fait partie des droits de l’homme".










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr