Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Brignoles – Saint-Sauveur

  Publié le mardi 16 mars 2010 , par Françoise Girard

L’église primitive qui était sous le titre de Sainte-Marie fut reconstruite de 1012 à 1015 et consacrée en 1056. De cette église, il ne reste plus que quelques parties encastrées dans l’abside proche de la sacristie.


Infos pratiques

Les autres clochers de la paroisse Saint-Sauveur
- Eglise de l’Assomption de Bras
- Eglise de la Purification de Camps la Source
- Eglise Notre-Dame de l’Assomption de La Celle


Retrouvez tous les événements sur egliseinfo.catholique.fr




JPEG - 96.7 ko
detailportailstsauveur

Un peu d’histoire

Au XIIème siècle, contre un des murs de cette église fut édifiée une nouvelle église dédiée au saint Sauveur ; elle sera le berceau de l’église actuelle. Les deux édifices demeureront ainsi juxtaposés pendant trois siècles environ.

C’est au XVème siècle que l’église Saint-Sauveur fut agrandie de manière à ne former qu’une seule église avec Notre-Dame ; cette nouvelle église devait être entièrement reconstruite du portail au bras de la croix.

L’agrandissement dont sera l’objet la nef en 1602 mettra l’église e l’état où nous la voyons de nos jours. Mgr de Queylard, évêque de Digne, devait la consacrer le 7 mai 1768.

L’église Saint-Sauveur est un vaste vaisseau à nef unique, en forme de croix avec ses deux grandes chapelles qui la coupent à hauteur de sanctuaire. D’autres chapelles moins profondes ont été ouvertes dans ses murailles au cours de siècles.

Cette nef longue et large est couverte par une voûte à croisée d’ogives dont les nervures sont supportées par des pilastres de forme arrondie. Le point d’intersection des bras de la croix est couvert par un dôme, réparé au XVIIème siècle.

Dans tout l’édifice règne un discret mélange de roman et e gothique et si les arcs des voûtes sont en plein cintre, ceux des arcades des chapelles sont nettement ogivaux.

JPEG - 84.6 ko

L’abside est à cinq pans ; de hautes fenêtres l’éclairent ; comme le reste de l’édifice, elle est voûtée de croisées d’ogives. Elle abrite un chœur qu’entourent des boiseries sculptées et au centre s’élève un maître-autel que recouvre un élégant ciborium.

La façade qui se présente au Sud s’ouvre d’un magnifique portail, aux portes sculptées, au tympan en forme de rosace et aux voussures tombant sur des colonnettes ; il a de plus un encadrement de pierres de taille de fort bel appareillage. Enfin une rosace exécutée en 1512 le surmonte.

Un clocher en pierres de taille que coiffe une assez haute flèche accote son chevet ; il fut construit en 1519 pour remplacer celui qui avait été édifié en 1464.

Cette église Saint-Sauveur est un véritable reliquaire d’art et nombreux sont les objets que les Beaux-Arts ont classés :
- panneaux de la porte de la sacristie (XVIème siècle),
- boiseries du tombeau du maître-autel (XVIème siècle),
- lutrin en bronze (XVIIème siècle),
- descente de croix de Parrocel (1660),
- dalmatique, mitre, gants de saint Louis de Brignoles (1296),
- sarcophage de la Gayole (IIème siècle),
- autel chrétien (« époque gallo-romaine),
- portes de l’église.

JPEG - 51.9 ko

- Aller voir le site de la paroisse












 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr