Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Cinquième dimanche de Carême, année B

  Publié le dimanche 22 mars 2015 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 22 mars 2015







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les catholiques du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.

Rappel du temps liturgique
Nous sommes le cinquième dimanche de carême, le dernier avant le dimanche des rameaux.

Acclamation de l’évangile (pas d’Alléluia pendant le carême)
Que soit béni le nom de Dieu, de siècles en siècles, qu’il soit béni !

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean ( 12, 20-33)
Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André ; et tous les deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.
Maintenant, je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie mon nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre ; d’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, c’est pour vous. Voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Pistes de réflexion
Cet évangile nous prépare à la semaine sainte qui va démarrer dimanche prochain avec la fête des Rameaux.
« Nous voudrions voir Jésus. » Nous sommes quelques jours avant la Pâques, et même des grecs demandent à voir Jésus. Les pharisiens et les chefs des prêtres sont sûrement inquiets de voir que de plus en plus de monde reconnaît Jésus comme le Messie.
« L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. » « Glorifier » signifie « révéler la présence de Dieu. » Jésus explique en parabole qu’il faut qu’il meure pour être glorifié.
« Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. » Jésus nous invite à le suivre sur ce chemin vers la vie éternelle. Ce chemin est paradoxal, il va à l’encontre de ce que nous propose le monde : se détacher de sa vie et servir.
« Maintenant, je suis bouleversé. » Jésus est dans l’angoisse comme il le sera la nuit de jeudi au jardin des oliviers.
« Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie mon nom ! » Mais Jésus ne se laisse pas submergé par l’angoisse : il est venu pour révéler Dieu qui pardonne et qui ressuscite, et il veut accomplir sa mission jusqu’au bout.
« Alors, du ciel vint une voix qui disait : ‘ Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore.’ » Dieu répond à sa prière en révélant sa présence par une voix venue du ciel.
« Voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Jésus donne le sens de sa passion : vaincre le mal (le prince de ce monde) à tout jamais et sauver tous les hommes. Il est sûr de sa victoire. Par ces paroles, Jésus s’offre pour nous par amour. Il ne pense plus à lui-même et à toutes les souffrances qu’il va subir injustement, il ne pense qu’à nous, tous les hommes, non seulement ses contemporains mais aussi ceux qui ont vécu avant Jésus et ceux qui vivront après lui.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin.

« Et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Jean 12, 32











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Cinquieme-dimanche-de-Careme-annee,3995.html