Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

De nouveaux saints, dont deux Français.

Paroisse Saint-Pie X, 49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon

  Publié le jeudi 3 avril 2014 , par Patrice Quesnel

Le Pape François a signé les décrets de canonisation de trois nouveaux saints, dont François de Laval (1623-1708), premier évêque du Québec, et Marie de l’Incarnation (1599-1672), ursuline française missionnaire au Québec.



Ce 3 avril 2014, à un peu plus de trois semaines de la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II, le Pape François procède à trois autres canonisations équipollentes après celle d’Angèle de Foligno (9 octobre 2013) et de Pierre Favre (17 décembre 2013). Dans les décrets promulgués aujourd’hui apparaissent en effet les noms de François de Laval (1623-1708), premier évêque du Québec, de José de Anchieta (1534-1597), missionnaire jésuite originaire des îles Canaries, et de Marie de l’Incarnation (1599-1672), ursuline française, que le Pape inscrit dans l’album des saints, en étendant leur culte à l’Eglise universelle.

Des canonisations équipollentes

JPEG - 50.8 ko
Le pape Jean XXIII le 11 septembre 1962

Ces canonisations sont appelées "équipollentes" car la décision du Pape a été prise par lui-même sans que la totalité des procédures canoniques usuelles n’ait été effectuées, et, notamment, sans qu’un miracle n’ait été canoniquement reconnu comme ayant eu lieu par l’intercession du saint après sa béatification [1]. C’est la sixième fois que le pape François agit ainsi [2], mettant en œuvre en ces occasions le dogme de "l’infaillibilité pontificale" puisque l’inscription au calendrier des saints (ou Sanctoral) est réputée définitive : par cet acte l’Eglise affirme que le saint concerné est effectivement (et donc définitivement) dans le Royaume de Dieu.

Monseigneur François de Laval (1623-1708)

JPEG - 90.2 ko
Monseigneur François de Laval (1623-1708)

François de Montmorency-Laval, ou Monseigneur de Laval, né le 30 avril 1623 à Montigny-sur-Avre (France) et mort le 6 mai 1708 à Québec (Nouvelle-France), est le premier évêque de Québec et le fondateur du Séminaire de Québec. Au temps de François de Montmorency-Laval, tout le territoire de l’actuelle province de Québec faisait partie d’un ensemble beaucoup plus vaste, la province du Canada (Nouvelle-France) et constituait une des régions administratives de la Nouvelle-France. Il sera par deux fois gouverneur-général de la Nouvelle-France à titre provisoire en 1663 et en 1682.

Adolescent, François de Laval fréquente le collège des Jésuites de La Flèche, nouvellement créé sous l’impulsion de Henri IV. Il est ordonné prêtre le 1er mai 1647.
Le 8 décembre 1658, il est nommé vicaire apostolique de la Nouvelle-France et sacré évêque in partibus de Pétrée en l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Paris, et arrive à Québec le 16 juin 1659.
Dans la ligne du Concile de Trente qui est clôturé la même année, il met sur pied le Grand Séminaire de Québec et fonde la communauté des prêtres du Séminaire de Québec le 26 mars 1663.

En 1674, le diocèse de Québec est créé et il en devient le premier évêque bien avant que l’Angleterre obtienne le Canada au traité de Paris de 1763. Son diocèse incluait tout les territoires français et les régions non explorés par les européens en Amérique du Nord, à l’exception des colonies britanniques de Nouvelle-Angleterre et des colonies espagnoles de Floride, du Mexique et de Californie. Il couvre donc plus de la moitié du continent, de la Baie d’Hudson jusqu’aux bayous de la Louisiane.

Pasteur infatigable, il fait quatre voyages en France dans des conditions difficiles. Il parcourt aussi en canot, à pied, en raquettes son vaste diocèse qui s’étend des rives du fleuve Saint-Laurent et de l’Acadie jusqu’au Mississippi aux États-Unis, pour visiter les gens chez eux. Il porte une attention particulière aux gens des "Premières Nations" dont il défend la dignité en combattant les commerçants qui font le trafic d’alcool (eau-de-vie) pour les exploiter par la suite. Il va même jusqu’à menacer d’excommunication les trafiquants d’eau-de-vie.

En 1685, François de Laval démissionne de son poste d’évêque de Québec. Il rentre mais très vite demande au roi l’autorisation de revenir dans son diocèse souhaitant y mourir au milieu de ses ouailles.
Après plusieurs refus, le roi Louis XIV accorde au vieux prélat la permission de terminer ses jours en Nouvelle-France. Monseigneur de Laval se retire alors au Séminaire de Québec et se met au service du nouvel évêque, Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier qui lui succède en 1688.
Il meurt à Québec vingt ans plus tard, le 6 mai 1708. Sa dépouille est inhumée dans la cathédrale.

Il est déclaré bienheureux par le pape Jean-Paul II le 22 juin 1980. Sa fête a été fixée au 6 mai.

Sœur Marie de l’Incarnation (1599-1672)

JPEG - 68.6 ko
Soeur Marie de l’Incarnation (1599-1672)

Marie Guyart (née le 28 octobre 1599 à Tours, morte le 30 avril 1672 à Québec), aussi connue sous le nom en religion Marie de l’Incarnation, ursuline de Tours et de Québec, est une mystique et missionnaire catholique.

À l’âge de sept ans, elle a eu une première grâce mystique qui la conduit à se donner au Christ. Ses parents n’ont pas compris son aspiration à la vie religieuse et l’ont mariée à 17 ans avec le maître ouvrier en soie Claude Martin. De leur union naît Claude le 2 avril 1619. Six mois plus tard, elle devient veuve à 19 ans alors que la petite fabrique est en faillite. Elle se retrouve avec des biens à liquider et des dettes sur les bras.

En 1625, les grâces mystiques la conduisent à l’union au Christ. Elle ne peut entrer en religion parce qu’elle doit élever son fils Claude, mais elle fait déjà à cette époque vœu de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Après un temps au service de sa sœur et de son beau-frère dans une compagnie de transport fluvial, elle entre au couvent des Ursulines de Tours le 26 janvier 1631.

Si elle rêve de devenir missionnaire, il n’est pas normal à l’époque qu’une femme, une religieuse de surcroît, fasse le voyage outre-mer pour devenir enseignante. Finalement, sa rencontre avec une autre femme, riche et pieuse, Madeleine de la Peltrie, sera déterminante car elle obtiendra les fonds nécessaires à la fondation de son monastère à Québec.

En 1639, elle part avec deux autres Ursulines, Marie Madeleine de la Peltrie et une servante, Charlotte Barré, pour fonder un monastère à Québec. L’objectif est de veiller à l’instruction des petites Amérindiennes. Elle cherche à convertir au catholicisme les filles qui lui sont confiées : d’abord les Montagnaises et les Abénakises, puis les Huronnes et les Iroquoises.

Pourtant, elles auront de la difficulté à franciser les Amérindiennes qui résistent parfois à l’assimilation. Avec le déclin démographique qui bouleverse la population amérindienne et une réticence de plus en plus grande des parents amérindiens à confier leurs filles aux Ursulines, Marie de l’Incarnation devra s’éloigner de son rôle de missionnaire pour se consacrer davantage à l’instruction des jeunes filles françaises de la colonie.

Même si elle est cloîtrée, Marie de l’Incarnation joue un rôle actif dans la vie de la colonie. En 1663, elle est témoin d’un tremblement de terre à Québec. Elle narre l’événement dans l’abondante correspondance qu’elle a avec son fils. L’ursuline voit dans la catastrophe un signe de Dieu punissant le commerce d’alcool entre les colons et les Amérindiens. Elle se voit aussi mêlée à une épidémie de vérole qui atteint durement les peuples autochtones : son monastère se voit transformé en hôpital à quelques reprises. Elle commente aussi abondamment les guerres franco-iroquoises et la destruction de la Huronnie.

Elle meurt de vieillesse le 30 avril 1672 à Québec.

Elle est béatifiée par le pape Jean-Paul II le 22 juin 1980. Sa fête a été fixée au 30 avril.

Sources et références

Entretien avec le cardinal Amato, préfet de la congrégation pour les causes des saints —> Card. Amato

Décrets officiels d’inscription au Sanctoral —> Décrets

Les six canonisations équipollentes du pape François —> Sandro Magister

François de Laval —> Nominis

François de Laval —> Wikipédia

Marie de l’Incarnation —> Nominis

Marie de l’Incaration —> Wikipédia


_


[1] C’est très typiquement le cas pour le bienheureux Jean XXIII qui sera canonisé ce 27 avril 2014.

[2] Voir l’article du vaticaniste Sandro Magister cité ci-dessus au paragraphe sources.
_






Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr