Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Deuxième dimanche de Pâques, année A

  Publié le dimanche 27 avril 2014 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 27 avril 2014








Accueil
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et aussi pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et même que tous les hommes du monde entier aujourd’hui. Lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! » ou reprise de l’Alléluia.)

Rappel du temps liturgique
Nous débutons le temps pascal qui va durer jusqu’à la Pentecôte, cinquante jours après Pâques. C’est le dimanche de la miséricorde institué par Jean-Paul II à la demande de sainte Faustine. Nous sommes en union de prière avec tous les fidèles réunis à Rome pour la canonisation de Jean-Paul II et de Jean XXIII. Souvenons-nous que Jean-Paul II est entré au ciel le 2 avril 2005 à l’heure des vigiles du dimanche de la miséricorde.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 19-31)
C’était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des juifs. Jésus vint et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »
Or, l’un des douze, Thomas (dont le nom signifie jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque de ses clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirais pas. »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La Paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, soit croyant. » Thomas dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup de signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre. Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la Vie en son nom.

Pistes de réflexion
« C’était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine » Cet évangile se passe donc le dimanche soir, jour de la résurrection. Pour les juifs, depuis des siècles, le dimanche était le premier jour de la semaine, un jour de travail comme les autres. C’est le septième jour, le samedi (shabbat) qui était un jour de fête, de repos, de rassemblement, de prière. Jésus est ressuscité le lendemain du shabbat, puis s’est montré à ses disciples plusieurs fois vivant après sa résurrection, chaque fois un dimanche, si bien que pour les chrétiens, ce jour-là a pris un sens particulier. Depuis le début, les chrétiens se sont réunis le dimanche pour célébrer la résurrection de Jésus. Comme la semaine de sept jours des juifs rappelait les sept jours de la création, cette nouvelle semaine inaugurée par la résurrection du Christ a été comprise comme le début de la nouvelle création. Le huitième jour représente le premier jour des temps nouveaux.
« Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des juifs » Les disciples avaient de bonnes raisons d’avoir peur car les juifs avaient tué le maître donc pouvaient bien à présent tuer ses disciples. Jésus, lui, n’a pas peur et vint au milieu d’eux.
« Jésus vint et il était là au milieu d’eux. » Jésus n’est pas entré par la porte qui était verrouillée, donc son nouveau corps lui permet de se rendre présent miraculeusement. Dans d’autres apparitions de Jésus ressuscité, il mange avec ses disciples pour bien montrer qu’il n’est pas un esprit. Il a donc un corps différent, un véritable corps mais qui n’est pas celui d’avant la mort.
« La paix soit avec vous. » C’est la formule de salut des juifs "shalom", mais Jésus insiste en répétant cette salutation pour les inviter à ne plus avoir peur, à entrer dans la confiance c’est-à-dire la foi et à recevoir sa paix dans leur cœur.
« Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur » Dès qu’ils ont reconnu Jésus, la peur a laissé place à la joie. Pourtant, l’animosité des juifs à leur égard n’a pas changé mais ils ne sont plus seuls, Jésus est à leur côté.
« Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle » Ce souffle nous rappelle le souffle du Créateur pour donner vie à l’homme. La création nouvelle s’opère par l’action du Saint Esprit.
« Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. » Jésus envoie ses disciples en mission pour le pardon des péchés. L’Esprit Saint est bien un Esprit de paix et de réconciliation. Le péché capital, qui est à la racine de tous les autres, c’est de ne pas croire à l’amour de Dieu. Etre maintenu dans son péché, c’est ignorer l’amour de Dieu.
Mais il manque Thomas, qui ne croira pas parce qu’il n’a pas vu. Jésus connaît les pensées de Thomas (comme il connaît toutes les pensées de notre cœur.)
« Thomas dit alors : ‘Mon Seigneur et mon Dieu !’ » Quand Thomas voit et touche les plaies du Christ, il croit.
Et nous, pouvons-nous voir Jésus comme les disciples ? Non bien sûr, mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas là. Si nous nous mettons dans le noir, nous ne nous voyons pas les uns les autres, et pourtant nous sommes tous là. Jésus, c’est pareil : nous ne le voyons pas, mais il est là. Si nous l’aimons vraiment, nous posons un acte de foi : « Jésus, tu n’es pas visible, mais je sais que tu es à côté de moi, vivant. » Dans la prière, Jésus est déjà là, c’est à nous de nous rendre présent à lui. Alors nous recevons, comme les disciples, la joie, la paix et l’amour de Dieu par l’Esprit Saint.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Expliquer le coloriage, et répéter l’acte de foi de Thomas.

« Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jean 20, 28











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Deuxieme-dimanche-de-Paques-annee,2805.html