Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Deuxième dimanche ordinaire, année C

  Publié le dimanche 17 janvier 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 17 janvier 2016







Accueil des enfants
Nous faisons ensemble un signe de croix. Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante. Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

Rappel du temps liturgique
Nous entrons dans le temps ordinaire de la nouvelle année liturgique C.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile selon saint Jean (2, 1-11)
En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.



Pistes de réflexion
L’année C est consacrée à l’évangéliste Luc, mais aujourd’hui nous écoutons l’évangile de Jean. C’est un évangile un peu à part, que l’on ne peut pas mettre aisément en parallèle avec les trois autres. Jean est méditatif, et nous invite à comprendre son évangile au-delà du récit en tant que tel. Il est le seul évangéliste à relater ce miracle à Cana. Jésus assiste à un mariage avec Marie sa mère (l’absence de Joseph nous fait penser qu’il était déjà mort alors que Jésus avait une trentaine d’années) et accomplit son premier miracle.
Ce n’est pas par hasard que ce miracle a lieu lors d’une noce, car dans l’Ancien Testament, Dieu se révèle peu à peu comme l’époux de l’humanité. Dieu veut faire Alliance avec les hommes, et désire un lien d’amour, un amour libre et choisi, un amour qui dure toute la vie (et même éternellement) … seul le mariage illustre cette Alliance. Pourtant, le lien du mariage est souvent rompu mais Dieu, lui, est éternellement fidèle. Il veut changer l’eau de notre amour humain en vin de son amour divin.
« Or, on manqua de vin » Pour que Jésus accomplisse des miracles dans notre vie, il faut tout d’abord être en manque de quelque chose : nous manquons tous d’amour car nous sommes créés à l’image de Dieu avec un cœur qui est fait pour l’amour infini de Dieu. Plutôt que de rétrécir notre cœur afin qu’il se contente d’un amour mesuré, ouvrons–le à l’amour sans mesure que le Seigneur désire nous offrir.
« Mon heure n’est pas encore venue. » De quelle heure Jésus parle-t-il ? De l’heure de sa passion, quand il va pousser l’amour jusqu’à donner sa vie pour chacun des hommes. Juste avant sa passion, Jésus va instituer l’eucharistie. Quand il présente la coupe de vin à ses disciples, il dit « ceci est mon sang versé pour vous. » Il nous donne tout son amour, il se donne lui-même. « Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même » dira sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, véritable amoureuse de Jésus.
« Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Marie exprime une confiance totale en la volonté de Jésus. Elle est la figure de ceux qui croient dans le Seigneur.
« Remplissez d’eau les jarres. » Nous sommes comme des jarres remplies d’amour, et Jésus peut transformer notre amour humain souvent possessif en amour divin tout oblatif.


Source : « L’intelligence des Ecritures », Marie-Noëlle Thabut, édition Soceval

Activité
Coloriage du dessin, après une brève explication de celui-ci.

GIF - 3.3 ko

« Remplissez d’eau les jarres » Jean 2,7











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Deuxieme-dimanche-ordinaire-annee,4676.html