Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Dixième dimanche ordinaire, année C

  Publié le dimanche 5 juin 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie du dimanche 5 juin 2016


Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom, pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons le même Evanvile que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! ».)

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (7, 11-17)

En ce temps-là, Jésus se rendit dans une ville appelée Naïm. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu’une grande foule. Il arriva près de la porte de la ville au moment où l’on emportait un mort pour l’enterrer ; c’était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule importante de la ville accompagnait cette femme. Voyant celle-ci, le Seigneur fut saisi de compassion pour elle et lui dit : « Ne pleure pas. » Il s’approcha et toucha le cercueil ; les porteurs s’arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. » Alors le mort se redressa et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. La crainte s’empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu en disant : « Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. » Et cette parole sur Jésus se répandit dans la Judée entière et dans toute la région.

Pistes de réflexion
N’oublions pas que les évangiles ne sont pas des biographies de Jésus mais une volonté d’approcher le mystère de la mort et de la résurrection du Christ. Cet épisode de la vie de Jésus était déjà le signe de ce qui allait lui advenir.
« la porte de la ville » Les cimetières des juifs étaient toujours situés à l’extérieur de la ville probablement pour des raisons d’hygiène. Il est précisé ici que la scène a lieu à la porte de la ville, lieu où les anciens se réunissent pour rendre la justice. Cela donne une valeur de jugement au miracle qui va s’accomplir.
« c’était un fils unique, et sa mère était veuve. » C’est la même histoire que celle de la veuve de Sarepta dont Elie réanime le fils dans l’Ancien Testament en 1R17,17-24 (première lecture de ce jour). Ce sera aussi le cas pour Jésus car au moment de sa propre mort, Marie était vraisemblablement veuve et Jésus un fils unique.
« Une foule importante de la ville accompagnait cette femme. Voyant celle-ci, le Seigneur fut saisi de compassion pour elle » Jésus ne s’adresse pas à la foule mais à une personne en particulier. Il a vu la détresse de cette veuve et souffre avec elle. Jésus est appelé ici le Seigneur, nom de Dieu dans l’Ancien Testament, pour montrer la toute puissance de son amour.
« Il s’approcha et toucha le cercueil » Il ne s’agit pas d’un cercueil comme ceux d’aujourd’hui mais d’une civière sur laquelle était déposé le mort. Jésus touche ce mort alors que c’est considéré comme impur dans la loi juive. De même que lorsque Jésus touche le lépreux, ce n’est pas Jésus qui est contaminé par la maladie mais le lépreux qui est guéri, de même ce n’est pas le mort qui va rendre Jésus impur mais Jésus qui va lui donner sa puissance de vie.
« Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. » Jésus annonce par ce geste et cette parole qu’il est la résurrection et la vie. C’est bien lui le Seigneur, le sauveur, celui qui a autorité. C’est ainsi que le Seigneur fait justice, en donnant la vie.
« Alors le mort se redressa et se mit à parler » Parler dans la Bible ce n’est jamais dire des banalités mais c’est annoncer les merveilles de Dieu. Si le Seigneur m’a donné la vie, c’est pour que je proclame la bonne nouvelle de la résurrection. Il ne nous a pas créé pour la mort mais pour la vie. Il nous offre sa propre résurrection.
« Et cette parole sur Jésus se répandit dans la Judée entière et dans toute la région. » Voilà la mission de la parole : se répandre, être partagée à tous ceux qui veulent bien l’entendre.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Dixieme-dimanche-ordinaire-annee-C.html