Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Douzième dimanche ordinaire, année C

  Publié le dimanche 19 juin 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 19 Juin 2016







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents dans l’église, et les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! » ou reprise de l’Alléluia.)

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (9, 18-24)
En ce jour-là, Jésus était en prière à l’écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Au dire des foules, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; mais pour d’autres, Élie ; et pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Pierre prit la parole et dit : « Le Christ, le Messie de Dieu. » Mais Jésus, avec autorité, leur défendit vivement de le dire à personne, et déclara : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. » Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. »

Pistes de réflexion
« Au dire des foules, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; mais pour d’autres, Élie ; et pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. » Jean-Baptiste avait été exécuté peu de temps avant par Hérode Antipas et certains pensaient qu’il était ressuscité. On remarque que certains juifs avaient déjà foi en la résurrection. Quant à Elie, puisqu’il est n’est pas mort comme tout le monde mais a été arraché de la terre dans un char de feu (2 Roi 2,11), certains pensaient qu’il allait revenir, d’autant plus que le prophète Malachie avait annoncé son retour (Ml 3,23). Jésus est d’ailleurs interrogé à ce sujet et répond à ses disciples que le nouvel Elie, c’est Jean-Baptiste (Mt 17, 10-13).
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Pierre prit la parole et dit : « Le Christ, le Messie de Dieu. » Pierre emploie le mot « Messie » qui vient de l’hébreu, traduit en grec par « Christ » qui signifie l’oint, le frotté d’huile. L’onction d’huile avait lieu lors du sacre d’un nouveau roi donc dans l’esprit de Pierre, Jésus va venir instaurer son royaume et probablement libérer le peuple juif de l’occupation romaine.
« Mais Jésus, avec autorité, leur défendit vivement de le dire à personne » Étonnant qu’après une si bonne réponse, Jésus leur demande le silence. La suite nous dit pourquoi : en effet, Jésus leur dévoile non pas un Messie triomphant mais un Messie souffrant.
« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup » Ne lisons pas de travers ce « il faut ». Bien sûr Jésus est libre jusqu’au bout et Dieu ne peut pas exiger le sacrifice de son fils. Mais en réalité, il a fallu que Jésus aille jusque là dans la souffrance et jusqu’à la mort pour que les hommes comprennent jusqu’où va son amour pour eux.
« Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. » Non seulement Jésus annonce aux disciples sa passion prochaine mais en plus il les invite à le suivre dans ce chemin de mort et résurrection. Renoncer à moi-même, c’est préférer la volonté de Dieu à ma volonté propre. C’est croire que Dieu ne veut que mon bonheur et désirer faire sa volonté en toute confiance. C’est donc interroger la volonté de Dieu chaque instant, avoir le soucis de bien être accordé à lui. Nous n’entendons pas des voix, mais nous entendons sa Parole qui nous guide.
« Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. » Jésus ne nous demande pas de choisir entre une vie et une autre, d’avoir une vie terrestre ratée pour obtenir une vie éternelle heureuse, puisque la vie éternelle a déjà commencé sur la terre et se poursuivra dans l’éternité. Mais il nous demande de nous déposséder de notre vie, de la lui remettre, et notre vie sera sauvée, dès aujourd’hui et pour l’éternité.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin, après une explication de celui-ci.

GIF - 2.4 ko

« Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. » Luc 9, 23











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Douzieme-dimanche-ordinaire-annee,5020.html