Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Délégué de l’Observatoire sociopolitique du diocèse


Soutenir ce projet nouveaux articles

Episode suivant

  Publié le mardi 9 avril 2013 , par Falk Van Gaver

Par Philippe Conte, responsable de la commission Cadre de vie et Environnement de l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon


Au moment où ce gouvernement tente de faire passer en force son projet de loi sur le soi-disant « mariage » pour les duos homosexuels, il n’est pas inutile de s’interroger sur l’épisode qui suivrait dans le cas où cette loi injuste serait adoptée malgré tout.

En effet, il faut se rappeler qu’au moment de l’adoption du PACS, le ministre socialiste de l’époque Elisabeth GUIGOU avait promis que l’adoption du PACS mettrait un terme aux revendications pour l’accès au mariage. On voit aujourd’hui ce que valait cette déclaration qui relève du vieil adage qu’en politique les promesses n’engagent que ceux qui les croient ! Pour la GMA (gestation médicalement assistée), il est évident que le principe de non-discrimination basée sur « l’orientation sexuelle » déjà inscrit dans les textes rend complétement absurde la position « officielle » de ce gouvernement qui affirme que cela n’est pas dans le projet de loi. N’importe quel duo lesbien qui souhaiterait avoir un enfant par cette technique fera condamner la France au niveau européen.

La GPA (gestation pour autrui) prendra un peu plus de temps, mais la circulaire TAUBIRA qui a ouvert la porte à la régularisation des GPA opérées à l’étranger, prépare l’utilisation de l’argument classique : interdire la GPA en France dans ces conditions revient à la réserver à ceux qui ont les moyens financiers d’aller à l’étranger. L’application subséquente du principe d’égalité imposera donc la légalisation. Cette soupe nous a déjà été servie à maintes reprises (avortement, usage des drogues, …). Tout est donc déjà prêt pour qu’un gouvernement officiellement de gauche entérine la marchandisation des corps, une nouvelle forme d’esclavage. Il s’agit donc de l’épilogue du même épisode.

Mais ce n’est pas fini ! Il y a vraiment un épisode suivant et il s’agit de l’utérus artificiel ! D’aucun pourrait croire qu’il s’agit de science-fiction, mais il n’en est rien, les expérimentations ont déjà commencé ! Un certain nombre de scientifiques plaident déjà ouvertement pour cette solution mirifique. Ainsi le docteur Henri Atlan milite ouvertement pour cette technologie dans son ouvrage « L’Utérus artificiel » paru en 2005 déjà ! On pourrait croire que cela n’intéresse que quelques savants fous, mais il n’en est rien. Un article mis en ligne en 2010 sur le site du périodique « féminin » Marie-Claire a suscité les commentaires suivants :

Le 13 juin 2011 à 14:16

L’utérus artificiel, c’est la libération des femmes ! Allons vers le progrès, please, acceptez les innovations du futur sans être toujours réactionnaires à toutes les avancées. Vive l’utérus artificiel !

Le 23 février 2010 à 05:37

Comment peut-on à la fois vouloir supprimer les discriminations et être contre cette avancée ?? J’avoue que ça me dépasse ...

Est-ce la justice que de voir son corps abîmé de toutes parts par les maternités ? Il y a vraiment un masochisme chez certains qui me dépasse, quand on sait que de telles avancées pourraient tellement améliorer les choses.

Pourquoi avoir l’esprit si mal tourné et ne voir que des évolutions négatives ? Quel est votre propre fonctionnement pour avoir cette faculté immédiate d’envisager de tels comportements négatifs ?

Ce que je trouve très discriminatoire, très irrespectueux, c’est d’occulter complètement les personnes comme moi pour lesquelles la maternité ne pourra pas aller de soi.

Deux réactions parmi d’autres ! Ce qui est particulièrement inquiétant, bien que ces commentaires n’aient pas la valeur d’un sondage, c’est de constater que sans aucune préparation de l’ingénierie sociale telles celles déployées pour l’euthanasie ou le soi-disant « mariage », on constate déjà une acceptation de 50% environ !

Ceci est d’ailleurs confirmé par le fait que des cliniques états-uniennes qui expérimentent déjà ce nouveau concept, arrivent à recruter en France des femmes prêtes à y participer. La population ciblée peut être globalement divisée en deux. D’une part, les femmes rencontrant de réels problèmes en cours de grossesses et d’autre part les femmes ne souhaitant pas porter leur enfant pour des raisons de confort. La même population en somme que pour la GPA. Mais on passerait ainsi de l’artisanat des mères porteuses à l’efficacité industrielle.

Techniquement cela devrait être prêt d’ici une quinzaine d’années, peut-être avant ! Le marché n’attend que cette « innovation » ! Il y aura beaucoup d’argent à gagner ! Dans l’organisation sociale telle qu’elle est aujourd’hui, cela se fera, quelles soient les déclarations de tel ou tel. Si cela ne devait pas se faire, il ne pourrait s’agir uniquement que d’une décision politique claire. Pour que cette décision soit possible, il faut dès à présent préparer un changement de paradigme, un changement dans les modes de vie, un changement dans les modes de penser.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Episode-suivant.html