Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

Heureux les artisans de paix :
ils seront appelés fils de Dieu !

Saint Matthieu (5)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Fête du Saint Sacrement, année B

  Publié le dimanche 10 juin 2012 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie du dimanche 10 juin 2012








Accueil des enfants
Nous faisons ensemble un signe de croix. Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les hommes du monde entier aujourd’hui. Lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante. Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

Rappel du temps liturgique
Aujourd’hui, c’est la fête du Saint Sacrement c’est-à-dire la fête du Corps et du Sang du Christ.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (14, 12-16, 22-26)
Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour ton repas pascal ? » Il envoie deux disciples : « Allez à la ville ; vous y rencontrerez un homme portant une cruche d’eau. Suivez-le. Et là où il entrera, dites au propriétaire : ‘Le maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?’ Il vous montrera à l’étage, une grande pièce toute prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. » Les disciples partirent, allèrent en ville ; tout se passa comme Jésus le leur avait dit ; et ils préparèrent la Pâque.
Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna en disant : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, prenant une coupe et rendant grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude. Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’à ce jour où je boirai un vin nouveau dans le Royaume de Dieu. » Après le chant d’action de grâce, ils partirent pour le mont des Oliviers.

Pistes de réflexion
« Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal » était le début de la fête de la Pâque juive. On égorgeait des agneaux que l’on faisait cuire et on débarrassait les maisons du vieux levain pour accueillir le levain nouveau huit jours plus tard. Durant la Pâque, on ne mangeait que du pain azyme. Cette fête commémorait la libération du peuple hébreu en esclavage en Egypte et célébrait l’Alliance entre Dieu et son peuple.
C’est ce jour-là que Jésus prend le dernier repas avec ses disciples, que l’on appelle la sainte cène et que l’on célèbre le jeudi saint.
« Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna en disant ... » Ce sont les paroles que le prêtre prononce à chaque célébration eucharistique. Par les paroles de consécration du prêtre, le pain devient vraiment le corps de Jésus donné pour les fidèles, et le vin devient vraiment le sang de Jésus. Comme le soir de la sainte cène, le prêtre prend toujours du pain azyme appelé hostie.
« le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude » En Jésus, nous célébrons la nouvelle Alliance. Celle-ci n’est pas réservée au peuple élu mais est étendue à la multitude des hommes. Jésus est comme l’agneau innocent donné en sacrifice en signe d’Alliance. Il se donne lui-même pour nous montrer que son amour est infini pour chacun de nous et pour nous libérer du péché. Car de même que les hébreux étaient esclaves en Egypte, de même nous sommes esclaves du péché. Jésus nous permet de sortir de cet esclavage et nous donne le salut.
Même quand on n’a pas fait encore sa première communion, on peut s’y préparer en étant attentif à la prière eucharistique. Pendant la consécration, on se met à genoux en signe d’adoration car Jésus est réellement présent dans l’hostie. Puisque Jésus reste présent dans les hosties consacrées après la messe, on les garde précieusement dans le tabernacle, fermé à clef comme un coffre à trésor. Il est indiqué dans l’église par une petite lumière rouge. Quant on passe devant le Saint Sacrement, on fait une genou flexion en signe de vénération. Parfois, le pain eucharistique est exposé et les fidèles peuvent venir l’adorer. Il y a des lieux de prière en France et dans le monde où la prière d’adoration est perpétuelle (les fidèles se relaient jour et nuit pour passer une heure en compagnie de Jésus.)

Activité
Faire répéter aux enfants le verset d’évangile qui accompagne le dessin pour qu’ils l’apprennent par cœur.
Coloriage du dessin.

« Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna »
Marc 14, 22











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Fete-du-Saint-Sacrement-annee-B.html