Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour la célébration de Sainte Marie, Mère de Dieu 2017 (...)

Homélie pour la célébration de Sainte Marie, Mère de Dieu 2017 (EA)

  Publié le dimanche 1er janvier 2017 , par Philippe Roy

Que la sainte Mère de Dieu, maîtresse de contemplation, nous donne Jésus, son Fils et notre Sauveur. Qu’elle nous accorde de l’aimer, l’adorer et le faire connaître à tous nos frères.


Ce dimanche de l’octave de la Nativité, l’Église contemple avec reconnaissance la maternité de la Mère de Dieu, modèle de sa propre maternité envers nous tous.

La maternité divine est le don, le privilège le plus grand de la très sainte Vierge Marie. Elle a reçu tous les autres privilèges en vue de sa maternité divine. On peut dire que toutes les litanies de la Vierge Marie dépendent de la première : Sainte Marie, Mère Dieu.
Grâce à ce don d’être la Mère de Dieu selon la chair, elle a été conçue sans péché, comblée de grâces, elle a été vierge avant, pendant et après l’accouchement de Jésus, elle est devenue la mère de l’église, la co-rédemptrice avec Jésus au pied de sa croix...
Aujourd’hui, avec toute l’église il faut glorifier Dieu, qui a fait des merveilles pour son humble servante, notre Mère du Ciel, la très Sainte Vierge Marie.

Mais, il faut aussi vivre en plénitude notre filiation divine en Marie. En même temps que Marie est devenue la mère de Jésus, le nouvel Adam, avec qui commence la nouvelle création, elle est devenue la mère de tous les membres du Corps mystique de Jésus, de l’Eglise. Sainte Marie est la nouvelle Ève, la Mère de tous les vivants en Jésus Christ, nés d’en haut par la grâce du baptême.

Dans l’Evangile Saint Luc nous présente la rencontre des bergers avec l’Enfant, accompagné de Marie, sa Mère, et de Joseph.
Regardons aujourd’hui encore “la crèche” : Jésus est déjà là. C’est Marie qui l’a mis là ! Saint Luc parle d’une rencontre, d’une rencontre des bergers avec Jésus. En effet, sans l’expérience d’une rencontre personnelle avec le Seigneur, on ne trouve pas la foi, le salut. Seule cette rencontre, qui comporte un “voir de ses propres yeux” et, d’une certaine façon, un “toucher”, donne aux bergers la paix de l’âme, le vrai sens de notre vie et de notre dignité d’enfants de Dieu et les rend capables de témoigner de la Bonne Nouvelle, d’être de véritables évangélisateurs qui peuvent « raconter ce qui leur a été dit au sujet de ce petit enfant » (Lc 2,17).

Voici le premier fruit de la “rencontre” avec le Christ : « Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement » (Lc 2,18). Nous devons demander la grâce de savoir susciter cet étonnement, cette admiration chez les hommes auxquels nous annonçons l’Évangile. Si nous avons rencontré le Christ dans notre vie, nous ne pouvons que répandre partout de la joie et de l’espérance.

Il existe encore un second fruit de cette rencontre : « Les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu » (Lc 2,20). L’adoration de l’Enfant leur remplit le cœur d’enthousiasme pour communiquer ce qu’ils ont vu et entendu et la communication de ce qu’ils ont vu et entendu les amène à la prière de louanges et à l’action de grâces, à glorifier le Seigneur.


Tout cela est possible grâce à la docilité de Marie, à son “oui” à l’appel de Dieu de devenir sa Mère et notre Mère.

Que la sainte Mère de Dieu, maîtresse de contemplation, « elle gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur » (Lc 2,19), nous donne Jésus, son Fils et notre Sauveur. Qu’elle nous accorde de l’aimer, l’adorer et le faire connaître à tous nos frères.

Amen.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr