Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles

Homélie pour la fête de l’Ascension 2017 (JGA)

  Publié le jeudi 1er juin 2017 , par Philippe Roy

L’Ascension de Jésus est promesse de notre ascension. Le Seigneur, après avoir accompli sa mission sur terre, est retourné vers le Père. Il reviendra au temps fixé par le Père. Le temps actuel, celui que nous vivons présentement, n’est pas uniquement un temps d’attente, bien plus, c’est un temps d’espérance active. Nous aspirons au ciel. A la suite du Christ.


La fête de l’Ascension, célébrée traditionnellement dans toute l’Eglise le quarantième jour après Pâques, se réfère à ce que nous disent les Evangiles et les Actes des Apôtres au sujet de la fin de la vie terrestre de Jésus. Il est attesté qu’après sa Résurrection, pendant quarante jours, le Christ se montra à ses disciples et leur promit d’envoyer sur eux une force, celle du Saint-Esprit, puis tandis qu’il les bénissait, il fut enlevé au Ciel.

En cette fête de l’Ascension, nous célébrons la “montée” de Jésus ressuscité au ciel. Après que Jésus ait achevé sa mission sur terre, il est emporté au ciel. Il est venu de Dieu, il retourne à Dieu, son Père. Descendu au plus bas jusqu’aux enfers, il est aujourd’hui exalté au ciel. La gloire qu’il tenait auprès de lui, de toute éternité, lui est redonnée. L’Ascension, en effet, est une très grande fête dont le contenu du message est de révéler à l’homme sa destination ultime.

« Dans la solennité pascale, la Résurrection du Seigneur était la cause de notre joie ; de même, sa montée au ciel nous donne lieu de nous réjouir, puisque nous commémorons et vénérons comme il convient ce grand jour où notre pauvre nature, en la personne du Christ, a été élevée plus haut que toute l’armée des cieux, plus haut que tous les chœurs des anges, plus haut que toutes les puissances du ciel, jusqu’à s’asseoir auprès de Dieu le Père »(Saint Léon le Grand).

L’Ascension du Christ fut sublime, car il est monté aux cieux... « Il est monté jusqu’au trône de son Père. Le prophète Daniel dit de lui en effet (7,13) : « Voici que, sur les nuées du ciel venait comme un fils d’homme, et il parvint jusqu’à l’Ancien des jours  » ; et nous lisons dans saint Marc : « Il fut élevé dans le ciel (16, 19) et il est assis à la droite de Dieu » : ce qui s’entend métaphoriquement, car si en disant de Jésus Il est assis à la droite de Dieu nous pensons à sa divinité, cela veut dire alors : Jésus est égal en tout à son Père ; mais si nous pensons à sa nature humaine, cela veut dire alors que le Christ jouit des dons les plus excellents. C’est une telle excellence que Lucifer a ambitionnée. Isaïe (14, 13) lui fait dire : « Je monterai au ciel ; j’établirai mon trône au-dessus des astres de Dieu ». Mais le Christ seul est parvenu à cette éminence. C’est pourquoi nous lisons au Psaume 109, 1 : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite. »

L’Ascension fut conforme à la raison, parce qu’elle a pour terme les cieux et cela pour trois motifs : Le ciel était dû au Christ de par sa nature. Il est conforme à la nature que chacun retourne à son origine. Or, le principe d’origine du Christ, c’est Dieu, qui est au-dessus de tout. Le Christ dit en effet à ses Apôtres : « Je suis sorti du Père et je suis venu en ce monde : maintenant je quitte le monde et je vais au Père ». Et, bien que les saints montent au ciel, ce n’est cependant pas comme le Christ, car le Christ y est monté par sa vertu propre, tandis que les saints y sont tirés par le Christ. On peut dire également que seul le Christ monte au ciel, car les saints n’y montent qu’autant qu’ils sont membres du Christ, qui est la tête de l’Église. Le ciel lui était dû de par sa victoire ; car le Christ a été envoyé dans le monde pour combattre contre le diable, et il l’a vaincu ; et c’est pourquoi il a mérité d’être exalté au-dessus de tout. A cause de son humilité. Aucune humilité ne surpasse celle du Christ qui, étant Dieu, a voulu devenir homme ; et étant Seigneur et Maître, a voulu prendre la forme d’un esclave : Il s’est fait obéissant jusqu’à la mort et il est descendu jusqu’aux enfers. Et c’est pourquoi il a mérité d’être exalté jusqu’au ciel jusqu’au trône de Dieu ; car l’humilité est le chemin de l’exaltation.

L’Ascension du Christ fut utile de trois manières : Pour notre itinéraire, car il est monté au ciel pour nous conduire. Nous ne savions pas le chemin ; mais il nous le montre lui-même. Et pour nous donner l’assurance de la possession du royaume céleste. «  Je vais, dit-Il aux Apôtres, vous préparer une place » (Jn 14, 2). Pour notre sécurité, car il monte au ciel pour intercéder en notre faveur auprès du Père. Saint Jean écrit : « Nous avons près du Père un avocat, Jésus-Christ » (1 Jn 2, 1). Pour attirer à lui nos cœurs. «  Là où est votre trésor, là aussi est votre cœur  » (Matt. 6, 21). Pour que nous méprisions les choses temporelles : « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d’en haut où siège le Christ, à la droite de Dieu. Appliquez votre cœur aux choses d’en haut et non pas à celles de la terre » (Col. 3, 1).

Que devons-nous faire pour célébrer dignement la fête de l’Ascension ? Pour célébrer dignement la fête de l’Ascension nous devons faire trois choses : Adorer Jésus Christ dans le ciel comme notre médiateur et notre avocat ; détacher entièrement notre cœur de ce monde comme d’un lieu d’exil et aspirer uniquement au Paradis comme à notre vraie patrie ; prendre la résolution d’imiter Jésus-Christ dans son humilité, sa mortification, et ses souffrances, pour avoir part à sa gloire.

Le jour de l’ascension, tout est désormais clair. L’horizon est dégagé.

L’Ascension de Jésus est promesse de notre ascension. Le Seigneur, après avoir accompli sa mission sur terre, est retourné vers le Père. Il reviendra au temps fixé par le Père. Le temps actuel, celui que nous vivons présentement, n’est pas uniquement un temps d’attente, bien plus, c’est un temps d’espérance active. Nous aspirons au ciel. A la suite du Christ. Sur terre, la mission qui incombe à tout disciple est de rendre témoignage au Christ. Cette mission permet à chaque homme et chaque femme de partager la joie de l’Ascension de Jésus. Et la plus grande joie des disciples consiste à connaître le véritable Seigneur, Jésus Christ, aujourd’hui monté au ciel.

« Aujourd’hui notre Seigneur Jésus Christ monte au ciel ; que notre cœur y monte avec lui. Écoutons ce que nous dit l’Apôtre : Vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Le but de votre vie est en haut, et non pas sur la terre . » (St. Augustin)

Ainsi soit-il.



Sources :
Catéchisme de Saint Pie X
La Moelle de Saint Thomas d’Aquin, par le Père Denys Mezard
http://bordeaux.dominicains.com










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr