Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles

Homélie pour la solennité de la Pentecôte 2017 (EA)

  Publié le dimanche 4 juin 2017 , par Philippe Roy

L’Esprit-Saint est le Maître intérieur qui amène le disciple vers la vérité, qui le pousse à faire le bien, qui le console dans sa douleur, qui le transforme intérieurement, et lui donne une nouvelle force et capacité.


Le jour de la Pentecôte, Dieu accompli la promesse faite par le Christ aux Apôtres lorsque « le soir même du jour de Pâques Il répandit sur eux son souffle et leur dit : recevez l’Esprit Saint » (Jn 20:22).
La venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte renouvelle et mène à sa plénitude ce don de façon solennelle et avec des manifestations externes. Ainsi culmine le mystère pascal. L’Evangile nous montre que la Pentecôte est étroitement liée à l’Incarnation et à la Rédemption. La Pentecôte est le fruit du calvaire et de la Résurrection : Jésus est mort et ressuscité pour nous communiquer le Saint-Esprit.
Pourquoi ? Parce que l’Esprit Saint achève l’œuvre de notre sanctification, le travail intérieur, invisible et silencieux de la grâce. Ne pas recevoir l’Esprit ou ne pas être fidèle à ses inspirations divines, c’est comme mépriser et refuser la grâce et l’amour que Dieu nous a manifesté par la Mort et la Résurrection de Jésus.

Ce lien qui existe entre Pâques et la Pentecôte on le voit très bien dans le récit de l’évangile. Saint Jean rapporte que Jésus se rend dans le lieu où se trouvent les apôtres : un lieu clos parce que les apôtres ont peur des juifs. Mais Jésus glorieux ne peut être empêché par aucun obstacle et peut se rendre où il le désire.
« Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit :« La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté  ». Avec ce geste et ces paroles, il manifeste ainsi le lien intime qui existe entre ses plaies, symbole de la passion, et le don qu’il fait à ses disciples. La paix qu’il leur donne est obtenue grâce à la victoire sur le mal et sur la mort. Et ceci vaut aussi pour le don du Saint-Esprit. Jésus dit à ses disciples : «  Recevez l’Esprit Saint ».
L’Esprit que Jésus transmet, crée dans les disciples une nouvelle condition humaine et un sens d’unité. Lorsque l’orgueil des hommes augmente jusqu’à les dresser contre Dieu en voulant édifier la tour de Babel, Dieu confond les langages et ils ne peuvent plus se faire comprendre les uns des autres.

A la Pentecôte le contraire se produit : par la grâce de l’Esprit Saint, les Apôtres sont compris par des gens d’origines et langages les plus divers. On voit ainsi les fruits de la présence du Saint-Esprit : la paix, l’unité, la charité (vouloir et se donner aux autres), le pardon, etc...
L’œuvre du salut que Jésus est venu accomplir se réalise en nous grâce à l’action de l’Esprit Saint et n’arrivera pas à son achèvement que par Lui.

Le bienheureux Paul VI, dans son homélie du 25 mai 1969, nous exhorte :
«  Notre salut définitif dépend de la possession personnelle de l’Esprit Saint, comme la valeur mystique effective et aussi l’exercice bénéfique et fécond de notre ministère (étant sauvegardée son efficacité sacramentelle intrinsèque et autonome) dérive, en grande partie, de cette source intérieure : être en état de grâce. Et pensez comment cet état est atteint, comment il se conserve et s’alimente toujours ! Pensez au culte de la conscience pure, au silence intérieur qui sait écouter, à la vie intérieure, à l’effort contemplatif, le propre de celui qui voudrait être guidé par l’Esprit et jouir d’une animation charismatique  ».

Et Sainte Faustine, elle aussi nous encourage à vivre sous le souffle et la conduite du Saint-Esprit :
« O mon Jésus, comme il est facile de se sanctifier, il faut seulement un petit peu de bonne volonté. Et si Jésus découvre ce minimum de bonne volonté dans l’âme, Il se hâte de Se donner à elle. Et rien ne peut L’arrêter, ni les fautes, ni les chutes, absolument rien. Jésus est pressé d’aider cette âme et si l’âme est fidèle à cette grâce de Dieu, elle pourra en peu de temps, parvenir à la plus haute sainteté qu’une créature puisse atteindre ici-bas. Dieu est très généreux et ne refuse Sa grâce à personne. Il donne même plus que nous ne demandons. La voie la plus courte, c’est la fidélité aux inspirations de l’Esprit Saint ».

Comment recevoir l’Esprit Saint ? Comment lui être toujours fidèle ?
Ce sont des questions fondamentales de notre vie. Vous avez vu que l’Église est née le jour de la Pentecôte, par l’effusion de l’Esprit Saint. On ne peut pas être un vrai chrétien si on ignore la présence et l’action du Saint-Esprit dans notre vie.
L’Esprit-Saint est le Maître intérieur qui amène le disciple vers la vérité, qui le pousse à faire le bien, qui le console dans sa douleur, qui le transforme intérieurement, et lui donne une nouvelle force et capacité.

Alors, il s’agit maintenant d’apprendre à vivre sous la direction du Saint-Esprit, pour écouter ses inspirations, pour lui être toujours docile et, ainsi, pouvoir parvenir à la sainteté que Dieu veut pour chacun de nous.

Je voudrais souligner quatre moyens qui peuvent nous aider à nous laisser transformer et sanctifier par l’Esprit Saint :
«  Les principaux moyens d’arriver à cette direction du Saint-Esprit sont les suivants :
Obéir fidèlement aux volontés de Dieu, que nous connaissons déjà. Il y en a plusieurs que nous ne connaissons pas, car nous sommes tous pleins d’ignorance mais Dieu ne nous demandera compte que des connaissances qu’il nous aura données. Faisons-en un bon usage, il nous en donnera de nouvelles. Accomplissons ce qu’il nous a déjà fait connaître de ses desseins, et il nous manifestera ensuite les autres.
Renouveler souvent le bon propos de suivre en toutes choses la volonté de Dieu, et nous affermir en cette résolution autant qu’il est possible.
Demander sans cesse cette lumière et cette force du Saint-Esprit pour accomplir les volontés de Dieu nous lier au Saint-Esprit et nous tenir attachés à lui, comme saint Paul qui disait aux prêtres d’Ephèse : « Etant lié par le Saint-Esprit je m’en vais à Jérusalem » (Ac 20, 22). Surtout au changement des actions les plus importantes, demander à Dieu la lumière du Saint-Esprit et lui dire sincèrement que nous ne désirons autre chose que de faire sa volonté. Après quoi, s’il ne nous donne point de nouvelles lumières, nous ferons, comme auparavant, ce que nous avons accoutumé de faire et ce qui nous semblera pour lors le meilleur.
Prière : Le premier jour de la Pentecôte de l’ère chrétienne, les Apôtres étaient réunis en compagnie de Marie, et ils priaient. Le recueillement, la vie intérieur, la prière continuelle... c’est à dire, l’attitude priante est tout à fait indispensable pour recevoir l’Esprit Saint.
Remarquer exactement les divers mouvements de notre âme. Par cette diligence, nous viendrons peu à peu à reconnaître ce qui est de Dieu et ce qui n’en est pas. Ce qui vient de Dieu, dans une âme soumise à la grâce, est paisible et tranquille. Ce qui vient du démon violent et porte avec soi le trouble et l’anxiété.
 » (Doctrine Spirituelle du Père Louis Lallemant sj).

L’Esprit Saint, troisième Personne de la Très Sainte Trinité, c’est l’âme de notre âme, la vie de notre vie, l’être de notre être ; c’est notre sanctificateur, l’hôte de notre intérieur le plus profond. Pour arriver à la maturité dans la vie de foi il faut que notre rapport avec Lui soit chaque fois plus conscient, plus personnel. Dans cette célébration de la Pentecôte ouvrons-nous à Lui, entièrement, les portes de notre intérieur.

Que Sainte Marie, l’Épouse du Saint-Esprit, nous accorde cette grâce.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr