Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour le 15ème dimanche du temps ordinaire 2016.

Homélie pour le 15ème dimanche du temps ordinaire 2016.

  Publié le dimanche 10 juillet 2016 , par Philippe Roy

Ecoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses Commandements… Cette Loi n’est pas au-dessus de tes forces, elle n’est pas cachée en haut des Cieux ou au bout de la mer, mais elle est dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique. Les Commandements sont « le chemin et la condition du salut éternel »


L’entrevue de Jésus avec le docteur de la Loi est pour nous source de précieux enseignements : « Maître, dit-il à Jésus, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? » Nous retrouvons cette même question dans la bouche du jeune homme riche venu interroger Jésus : «  Maître, que dois-je faire de bon pour posséder la vie éternelle ?  »(Matt19,16) et non pas : « que faut-il faire pour que la bourse monte, pour gagner plus, quel est l’impact du Brexit ? Que faut–il faire pour jouir davantage de la vie, pour être bien vu dans la société ? »

Cette question de la vie éternelle, naturelle aux interlocuteurs du Christ, est presque effacée de notre esprit, de notre pensée contemporaine, même à nous chrétiens. Cette question revient quand une connaissance, un proche décède, on dit que c’était la meilleure des personnes, qu’elle ne peut qu’être au Paradis ; on se donne une sorte bonne conscience à pas cher, sans trop penser à l’au-delà tout de même. On n’est pas trop pressé de voir ce qui se passe de l’autre côté, espérant nous-mêmes mourir dans notre sommeil pour que ce ne soit pas trop douloureux en tout cas ici-bas. Et on revient rapidement à notre prochaine soirée déguisée, à nos achats, à la demi-finale de l’Euro, à cette vie à cent à l’heure qui ne sait pas où elle va !
Pourtant la préoccupation principale sur cette terre n’est-elle pas : « que faut-il faire pour aller au Paradis ? » Posons-nous sérieusement la question, régulièrement, tous les jours.
A cette question, le docteur de la Loi répond lui-même en quelques mots, reprenant les paroles de Moïse dans la première lecture : « Ecoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses Commandements… Cette Loi n’est pas au-dessus de tes forces, elle n’est pas cachée en haut des Cieux ou au bout de la mer, mais elle est dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique ».
En effet, les dix Commandements de Dieu sont l’expression claire et concrète de la “loi naturelle” ; ils sont une participation à la sagesse divine qui nous a créé ; ils sont comme le « mode d’emploi » inhérent à notre nature humaine et qui permet de vivre librement, conformément à ce que nous sommes, en accord avec une raison droite.

Prenons un exemple : si je fais du tout-terrain sur les chemins rocailleux de l’arrière-pays avec une voiture de formule un, je ne vais pas aller loin, la voiture n’est pas faite pour cela, ce n’est pas bon pour elle, elle manque son but, ce pour quoi elle est conçue. De façon analogue, la loi naturelle, les commandements de Dieu, permet le bon épanouissement de l’homme, conformément à ce pour quoi il est créé, c’est-à-dire un certain bonheur temporel ici-bas en vue du bonheur éternel du Paradis qui est le véritable but de notre vie, le “pour quoi” de celle-ci.

Cette loi divine des commandements n’est pas d’abord quelque chose d’imposé de l’extérieur et qui viendrait limiter notre liberté, au contraire, elle est bien plutôt le garant de notre véritable liberté, elle nous en indique le chemin tout en nous enseignant à éviter l’esclavage du péché, la domination de l’orgueil, la tyrannie des plaisirs dévoyés, la servitude des richesses. Il est de la plus haute importance de remarquer que la “loi naturelle ” précède toute loi humaine quelle qu’elle soit.

Si une loi humaine, même votée à l’unanimité, s’oppose aux Commandements, elle est illégitime, immorale car elle entraîne au mal pour le temps et pour l’éternité ; non seulement nous ne pouvons pas y obéir, mais elle doit être combattue. Ce n’est pas parce que les lois nazies ont été votées par un parlement démocratique élu que nous devons nous y soumettre ; ce n’est pas parce que l’avortement ou le “mariage homosexuel ” est légal qu’il est moral : ces lois qui s’opposent frontalement à la loi naturelle n’ont donc aucune légitimité et notre devoir est de les abolir.
D’ailleurs au nom de quoi pourrions-nous condamner, par exemple, les lois nazies si ce n’est au nom d’une loi supérieure à celles votées par les hommes et qui prend sa source dans la dignité de l’homme créé à l’image de Dieu. Toutes les lois qui offensent gravement la vie de l’homme : euthanasie, nombreuses lois bioéthiques, suicides assistés, etc. sont intrinsèquement mauvaises et ne peuvent, en aucun cas, recevoir l’appui d’un homme droit et juste, à fortiori d’un chrétien.
Coopérer à ces lois, collaborer à leur mise en œuvre serait prendre une part de responsabilité terrible devant sa conscience, l’histoire et devant Dieu.

Les Commandements sont « le chemin et la condition du salut éternel » nous rappelait le Pape Jean-Paul II. Comment ne pas nous engager à tout faire pour faciliter le respect de cette sagesse pour nous-mêmes et pour la société.
Le Samaritain de l’Evangile est passé outre les préventions qui écartaient le prêtre et le lévite de s’occuper d’un mourant. C’est un non-conformiste qui a payé de sa personne et de ses deniers pour faire le bien.

Demandons au Seigneur la grâce de poser nos actes, nos pensées, nos paroles en conformité avec cette sagesse divine inscrite dans nos cœurs.
Puisse la prière et la méditation de la Parole de Dieu nous aider à voir ce qui est bon et nous donner la force de l’accomplir pour parvenir effectivement à la vie éternelle promise au fidèle serviteur.

Amen.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr