Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles

Homélie pour le 1er dimanche de l’Avent 2016 (JGA)

  Publié le dimanche 27 novembre 2016 , par Philippe Roy

Veillez.Trop souvent, notre vie est engloutie par un déluge d’égoïsme et d’indifférence, d’ambition et de mondanité. Le manque de vigilance nous fait oublier Dieu qui est Amour. Il nous met dans un état d’hibernation spirituelle. Le temps de l’Avent est là précisément pour nous réveiller.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra ». (Matthieu 24,37-44)

Avec ce premier dimanche de l’Avent, nous sommes au début d’une nouvelle année liturgique. C’est comme une nouvelle page de notre vie chrétienne qui s’ouvre. C’est un temps fort de la vie des croyants. Pour le comprendre, il faut se rappeler que ce mot signifie « avènement ».

L’avent c’est le temps de la venue. Celui qui vient, c’est Jésus et nous sommes invités à l’accueillir. Dieu est ici, il ne s’est pas retiré du monde, il ne nous a pas laissés seuls. Nous pensons tous à Noël et nous voulons que cette fête soit aussi réussie que possible. Mais surtout, nous voulons rappeler à ceux qui l’ont oublié que Noël c’est d’abord une fête chrétienne.
Tout a commencé avec la venue de Jésus dans notre humanité. Son grand projet c’est de chercher et sauver ceux qui sont perdus. Il nous faut vraiment retrouver l’essentiel, celui qui peut éclairer notre vie et lui donner tout son sens. Un jour, il a dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va au Père sans passer par moi ».

Le premier dimanche de l’Avent nous renvoie aussi à une autre venue de Jésus, celle de son retour définitif dans la gloire à la fin du monde. Jésus nous invite à rester « en tenue de service » et à garder nos lampes allumées, la lampe de la foi, celle de l’espérance et aussi celle de la prière. Tout cela se trouve aujourd’hui résumé dans un mot : Veillez !

Veiller ? C’est être vigilant, prévoyant et attentif ; c’est faire preuve de discernement et prévoir ce qui peut arriver. A l’époque de Noé, « on mangeait, on buvait, on se mariait ». Il n’y avait là rien de mal. Mais on vivait dans l’insouciance.
Dieu était le grand oublié. Les gens ne se sont douté de rien jusqu’au jour où le déluge les a tous emportés. Dieu voit des gens qui passent leur temps à manger, boire et se marier. Ils ne sont finalement préoccupés que par leur vie matérielle. Il n’y a pas de profondeur en eux. Ils ne pensent qu’à l’argent, aux cadeaux de Noël, au réveillon et à tant d’autres choses qui les accaparent. Ils en oublient celui qui vient à eux et ne cesse de frapper à la porte de leur cœur. Dans un monde imprégné par l’indifférence, la sécularisation, l’athéisme ou le fanatisme, nous sommes appelés par Isaïe à marcher « à la lumière du Seigneur ».

« On demandait un jour à Dominique Savio qui était en train de jouer ce qu’il ferait s’il devait mourir ce jour-là. Sans hésitation, il répondit : «  Je continuerais à jouer ». Il pouvait continuer à jouer parce qu’il vivait déjà chaque instant de sa vie en faisant la volonté de Dieu. Il n’avait donc rien à changer. Il ne savait pas à quel moment Dieu l’appellerait, mais il était prêt à partir au premier appel car il avait toujours répondu “présent” à Dieu. Et en effet, Dieu ne tarderait pas à l’appeler dans sa pleine jeunesse.

Si on me posait la même question aujourd’hui, quelle serait ma réponse ? Qu’est-ce que je ferais ? Je chercherais un prêtre pour me confesser, j’irais à la messe, je me réconcilierais avec ma famille, des amis ? Ou est-ce que je continuerais tranquillement ma vie normale qui n’est rien d’autre que l’accomplissement de la volonté de Dieu ». ( http://www.regnumchristi.fr/meditat...)

C’est vrai que trop souvent, notre vie est engloutie par un déluge d’égoïsme et d’indifférence, d’ambition et de mondanité. Le manque de vigilance nous fait oublier Dieu qui est Amour. Il nous met dans un état d’hibernation spirituelle. Le temps de l’Avent est là précisément pour nous réveiller. Saint Paul nous donne un éclairage intéressant sur la manière de veiller. Il nous invite à « rejeter les œuvres des ténèbres et à repousser le mal qui risque d’envahir notre vie comme un déluge ».

Veiller ? C’est agir sur tout ce qui doit changer dans notre vie ; c’est rejeter toutes les formes d’égoïsme et d’indifférence ; c’est renoncer aux comportements qui nous détournent de Dieu et des autres. Mais le plus important, c’est de revêtir le Christ et nous laisser habiller par l’amour et la lumière qui sont en lui. Noël c’est Jésus qui est venu ; il continue à venir dans notre vie de tous les jours et il reviendra dans la gloire.
Il est plus que jamais nécessaire de bien le mettre au centre de notre vie et de notre prière. En fait, il est bien là mais c’est nous qui sommes souvent ailleurs. Nous sommes toujours dehors à nous agiter et à courir dans tous les sens. Ce premier dimanche de l’Avent est là pour nous rappeler que nous sommes fils et filles de Dieu. Cela change tout dans notre vie de tous les jours.

« Si nous voulons connaître la paix quand il viendra, efforçons-nous d’accueillir avec foi et amour sa venue passée. Demeurons fidèlement dans les œuvres qu’il nous a manifestées et nous a enseignées alors. Nourrissons en nos cœurs l’amour du Seigneur, et par l’amour, le désir, afin que lorsqu’il viendra, le Désiré des nations, nous puissions porter les yeux sur lui en toute confiance... Suivons donc, frères très chers, les exemples des saints pères, ravivons leur désir et embrasons nos esprits de l’amour et du désir du Christ » (Saint Aelred de Rievaulx).

L’Eucharistie qui nous rassemble, c’est encore et toujours le Christ qui vient. Il veut demeurer avec nous jusqu’à la fin des temps. Plus nous participons à l’Eucharistie, plus nous revêtirons le Christ. Il veut que nous soyons avec lui pour le rejoindre dans son éternité.

Amen










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr