Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour le 21ème dimanche du temps ordinaire-Fête de la Saint-Eloi (...)

Homélie pour le 21ème dimanche du temps ordinaire-Fête de la Saint-Eloi 2016

  Publié le lundi 22 août 2016 , par Philippe Roy

Une société c’est comme un arbre, si on la coupe de ses racines, si on la coupe de son histoire, si on la coupe de Dieu elle meurt et elle tombe.


Il arrive parfois que l’on s’interroge à l’image de l’auditeur de Jésus qui ose poser cette question tout haut : « Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? ». Ce qui revient à dire : « Y-a-t-il beaucoup de monde au Paradis ? Y-en-a-t-il en enfer ? ».

A cette question, le Christ ne répond pas en en chantant le fameux tube des années 70 “On ira tous au Paradis”, ni par les paroles de certains groupes hards contemporains appelant à suivre le diable “Highway to hell” . La réponse de Jésus n’est pas endormante, anesthésiante ou cherchant à esquiver la question de fond. Il dit : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas ». Mais aussi : « On viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le Royaume de Dieu  ».
Jésus ne répond donc pas en donnant un pourcentage de sauvés et de damnés, ce qui serait démobilisateur, mais en lançant un avertissement et un encouragement.
Non, le salut n’est pas automatique, pas même pour ceux qui ont «  mangé et bu en présence du Christ, qui a enseigné sur leurs places » mais bien plutôt pour ceux qui ont mis en pratique la parole de Dieu après y avoir cru. Oui, le “jackpot” du Paradis est gagnant à tous les coups, sans exception ! Encore faut-il mettre la pièce et actionner le levier, et cela c’est le travail d’une vie.

C’est pour nous stimuler à faire le bien et à bien le faire que le Seigneur nous donne cet enseignement ; comme dit Saint Paul dans la seconde lecture : « Quand le Seigneur aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons ; il corrige tous ceux qu’il reconnait comme ses fils ». En effet, l’éducation ici-bas passe nécessairement par des mises au point parfois douloureuses mais qui, faites avec amour, sont salutaires et, à n’en pas douter, Dieu fait tout avec amour. Le pire serait de nous cacher cette vérité, comme un trou que l’on cache afin d’attraper une proie… cela s’appelle un piège. Dieu ne tend pas de piège, au contraire il nous en libère par la Passion de son Fils et sa Résurrection.

Il est vrai que suivre le Christ n’est pas toujours évident, ni pour les chrétiens d’Irak ou de Syrie, ni pour nous, plongés dans un environnement où il est difficile de suivre la loi des Commandements de Dieu, où règne une grave crise des valeurs allant jusqu’à faire vaciller l’ensemble de la société. Une société c’est comme un arbre, si on la coupe de ses racines, si on la coupe de son histoire, si on la coupe de Dieu elle meurt et elle tombe.

A cet égard, Saint Eloi est pour nous non seulement un modèle, mais également un appui.
En effet, dans un siècle en perte de vitesse où les guerres intestines et les règlements de comptes sont monnaie courante, où les mœurs des grands du royaume et de leurs cours sont déplorables, où le roi Dagobert lui-même avait une vie débauchée (rien de neuf sous le soleil), au milieu de cette société en crise Eloi brilla par sa probité, son dévouement, sa pureté de mœurs, sa justice et sa recherche du bien commun, nous montrant que, malgré et au milieu des difficultés, il est possible de bien faire par amour de Dieu.
C’est grâce à quelques figures comme Eloi, notamment les Saints évêques de l’époque mérovingienne, que notre pays put prendre petit à petit un nouvel essor.

Aujourd’hui, comme au temps de Saint Eloi, ne baissons pas les bras, prenons en compte les avertissements de l’Evangile afin que, enracinés en Dieu, reprenant le bon cap au milieu de ce monde tourmenté, nous puissions rejoindre les Saints du Paradis.
Demandons l’appui de leurs prières et de leur protection afin de prendre racine dans le Seigneur et de nous retrouver en Lui.

Amen










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr