Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour le 25ème dimanche du temps ordinaire 2016 (JGA).

Homélie pour le 25ème dimanche du temps ordinaire 2016 (JGA).

  Publié le dimanche 18 septembre 2016 , par Philippe Roy

"Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent". Que Jésus soit aujourd’hui et toujours le seul Seigneur de notre vie.


« Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent » .
Cette dernière phrase nous donne la clé de lecture de l’Evangile d’aujourd’hui.
L’avarice, l’amour de l’argent sont depuis toujours une des plus fortes tentations de l’homme. L’argent est une des idoles devant lequel l’homme s’incline le plus facilement.
L’argent, les richesses se présentent à l’esprit de l’homme comme la source du bonheur : qui possède de l’argent possède tout : pouvoir, confort, tranquillité, paix, plaisirs.
L’argent est la cause d’une telle fascination qu’il apparaît comme beaucoup plus qu’un simple bien matériel. Il possède une telle force d’attraction que l’homme peut en faire le but de sa vie et c’est alors que l’argent devient un « dieu ». Un dieu que l’on est disposé à servir, un dieu auquel on est disposé à offrir des sacrifices : pour l’argent, il y a des pères et des mères de famille qui sacrifient le temps avec leurs enfants ; il y a des personnes qui sacrifient leur santé ; il y a des femmes qui sacrifient leur maternité ; il y a des époux qui sacrifient leur enfants ; il a des gouvernements qui sacrifient les habitants de leurs pays ; il y a des hommes et des femmes qui sacrifient leur mariage ; il y a des personnes qui sacrifient leur relation avec Jésus. Ils n’ont pas de temps pour Dieu.

En fait, dans l’Evangile, Jésus ne dit pas le mot “argent”, il utilise “Mammon”, c’est-à-dire, la personnification de l’argent, le “démon” de l’argent.
L’amour de l’argent est vraiment fort, nous pouvons tout mettre à son service.
Pour cette raison Jésus nous enseigne très clairement : « Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent », car il est évident que l’amour des richesses implique le mépris de Dieu, l’oubli de Dieu.

« Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent  ». Que faire donc ?
Aujourd’hui, me direz-vous, nous avons un réel besoin de l’argent pour vivre, pour manger, pour voyager, pour faire étudier nos enfants. Quelle doit être notre relation à l’argent ? Nous devons faire comme le serviteur “malhonnête”, c’est-à-dire que nous devons être comme des administrateurs et non pas comme des propriétaires, nous devons nous servir des biens matériels avec un esprit libre. Pourquoi le serviteur malhonnête est-il tellement généreux ? Simplement parce que les biens ne sont pas à lui mais qu’ils appartiennent à son maitre. De la même manière, Dieu, Seigneur de l’univers, nous donne les biens matériels pour que nous les utilisions pour notre bien et non pour que nous nous mettions au service de l’argent. Tout dans notre vie doit être service et Dieu, lui seul, est l’unique Seigneur qui mérite d’être servi. Tout doit nous aider à aimer Dieu, à sauver notre âme.

« Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent  ». Dans ce week-end de rentrée paroissiale nous pouvons nous poser la question : qui veux-je servir ? Est-ce vraiment Dieu que je veux servir ? Est-ce que réellement mes choix au quotidien, mes désirs, mes pensées tous les jours manifestent que je veux servir Dieu ?

« Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent ».
Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui aime la pauvreté. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui a choisi comme mère non pas une noble femme de la société de son temps mais une humble fille. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre, qui a choisi de naître dans une grotte entouré d’animaux. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui a choisi de travailler comme charpentier à Nazareth. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui n’avait pas de lieu pour se reposer. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui est mort dépourvu de tout, plus encore, qui est mort nu sur la croix. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui a voulu rester parmi nous dans la pauvreté, dans la simplicité, dans l’humilité de l’hostie. Nous sommes les serviteurs d’un Dieu pauvre qui aime les pauvres, qui a voulu se faire un avec eux : « Tous ce que vous avez fait à un de ces petits c’est à moi que vous l’avez fait » .

Que Notre Dieu-Pauvre, Notre Seigneur Jésus-Christ nous donne un cœur libre de tout esclavage, un cœur libre de l’ambition de l’argent. Que Jésus soit aujourd’hui et toujours le seul Seigneur de notre vie.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr