Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour le 28ème dimanche du temps ordinaire 2016 (EA).

Homélie pour le 28ème dimanche du temps ordinaire 2016 (EA).

  Publié le dimanche 9 octobre 2016 , par Philippe Roy

Nous devons fonder notre vie sur un amour reconnaissant envers Dieu qui nous a appelés à l’existence, nous a donné la grâce du baptême et nourris de sa parole. Reconnaissant que notre vie doit être illuminée par un amour que nous devons raviver en permanence et c’est en participant à l’Eucharistie, action de grâces, que nous pouvons le faire de la meilleure façon.


L’Eucharistie est célébrée chaque jour. Le terme “eucharistie” vient du grec et signifie action de grâces. Aujourd’hui encore, en Grèce, pour dire merci, on dit “Eucharisto”.
L’Eglise a toujours été consciente de l’importance de l’action de grâces c’est pourquoi elle a appelé sa plus importante célébration “ Eucharistie ” car Jésus, lors de la dernière Cène, a commencé par rendre grâce à Dieu. Avant de rompre le pain et d’offrir le calice, Il a rendu grâce, Il a béni Dieu pour sa bonté et s’est ouvert, dans l’action de grâce, à l’amour qui vient de Dieu et qui veut transformer le monde.
Nous nous réunissons dans une église pour rendre grâce. Peut-être ne pensons-nous pas assez au fait que la messe est, avant tout, un sacrifice d’action de grâces.

Dans l’évangile de ce jour il est justement question de l’action de grâces. Jésus nous fait remarquer que le fait de rendre grâce est très important, qu’il est de l’ordre du devoir. Alors qu’il entre dans un village, des lépreux viennent à sa rencontre et s’arrêtent à bonne distance. Les lépreux sont impurs et n’ont pas le droit d’entrer dans un village ni de s’approcher de qui que ce soit. Ils doivent rester à distance. Leur sort est véritablement misérable. Ils savent qu’ils seront toujours l’objet d’une discrimination et tenus à distance. Lorsqu’ils viennent à s’approcher d’une personne qui n’est pas malade, l’Ancien Testament leur prescrit de crier : Impur ! Impur ! (Lv 13, 45).
Ces dix lépreux ont su que Jésus doit entrer dans le village et ils vont à sa rencontre. Ils s’arrêtent assez loin de lui et crient : Jésus Maître, prends pitié de nous.
Jésus leur dit simplement : « Allez-vous montrer aux prêtres ». Les lépreux devaient se présenter aux prêtres mais seulement après leur guérison. Les prêtres n’avaient pas pour fonction de les guérir mais de s’assurer que leur guérison était bien intervenue et qu’ils étaient redevenus purs. Les lépreux ne pouvaient pas participer au culte en raison de leur impureté mais après leur guérison ils y étaient, à nouveau, admis et c’est pour cette raison que devait s’exercer le contrôle des prêtres.
Lorsque Jésus invite les lépreux à se présenter aux prêtres, il leur dit en fait : « vous serez guéris en chemin et vous pourrez alors vous présenter aux prêtres  ». Et c’est effectivement ce qui advient puisqu’ils sont guéris, le texte grec dit, “ ils sont purifiés ”.
Ce miracle est véritablement merveilleux car il change totalement la vie de ces hommes qui pourront enfin agir normalement et avoir des contacts avec les autres, avoir une vie belle et heureuse. Les lépreux ont obtenu ce grand miracle de Jésus. Que doivent-ils faire alors ? L’un d’entre eux se pose cette question.
L’Évangile dit : « L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce  ».
Jésus observe alors : « Est-ce que tous les dix n’ont pas été purifiés ? Et les neuf autres, où sont-ils ? On ne les a pas vus revenir pour rendre gloire à Dieu : il n’y a que cet étranger ! »
Jésus est attristé parce que les neuf autres ne sont pas revenus. Il remarque que le miracle qu’Il a accompli n’a pas eu le résultat escompté car Lui vit pour la gloire du Père et, ses miracles, Il les accomplit pour glorifier le Père. Il est forcé de constater que neuf des lépreux n’ont pas rendu gloire au Père. Il dit au Samaritain reconnaissant : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé  ».
Et celui-ci est le seul à entendre ces paroles très importantes de la bouche même de Jésus.

Nous ne pouvons pas avoir une véritable relation personnelle avec Dieu sans lui rendre grâce.
Ce point est absolument fondamental pour notre vie de foi. Le chrétien doit être une personne qui rend continuellement grâce à Dieu car il reçoit continuellement des grâces de lui. Il ne bénéficie pas toujours de grâces exceptionnelles mais d’une multitude de petites grâces qui rendent sa vie plus belle. Saint Paul dit au Thessaloniciens peu après leur conversion : « Rendez grâce en toutes circonstances : c’est ce que Dieu attend de vous dans le Christ Jésus ». (1 Th 5, 18) « En toutes circonstances  », et donc aussi dans les difficultés ! En effet, la grâce de Dieu nous est donnée tout au long de notre vie même au milieu des épreuves et bien souvent les grâces qui nous sont alors accordées sont plus précieuses que celle que nous recevons dans des circonstances plus joyeuses.
En ouvrant nos yeux et notre cœur nous pouvons nous apercevoir que le Seigneur vient à notre rencontre dans les circonstances douloureuses et nous offre un soutien très précieux qui manifeste sa délicatesse. Lorsque nous nous trouvons dans des difficultés, la providence du Seigneur se manifeste dans des petits signes que nous devons découvrir.
Combien de personnes se sont rapprochées de Dieu parce qu’elles passaient par un moment difficile. Dieu, comme nous l’apprend Saint Augustin, est le seul qui peut faire sortir le bien du mal.
Saint Paul reprend cette même perspective dans la seconde lecture. Il affirme que pour vivre avec le Christ il est nécessaire de mourir avec lui. Il est nécessaire, pour obtenir le salut qui est en Jésus-Christ et la gloire éternelle, de supporter difficultés et souffrances.
Saint Paul dit : « Si nous sommes morts avec lui, avec lui nous vivrons. Si nous supportons l’épreuve, avec lui nous régnerons  ». Face aux difficultés nous ne devons pas nous laisser aller à la tristesse mais nous devons ouvrir les yeux et comprendre que Dieu ne nous abandonne pas mais que, là aussi, il manifeste son amour et sa générosité. Nous pourrons alors rendre grâce et être confiants.
Pierre ne dit pas autre chose : «  Mais, puisque vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera » (1 P 4, 13).

L’enseignement que nous offrent les lectures de ce dimanche est très important car il nous rappelle que nous devons fonder notre vie sur un amour reconnaissant envers Dieu qui nous a appelés à l’existence, nous a donné la grâce du baptême et nourris de sa parole.
Reconnaissant que notre vie doit être illuminée par un amour que nous devons raviver en permanence et c’est, justement, là, à la Messe, en participant à l’Eucharistie, action de grâces, que nous pouvons le faire de la meilleure façon.
Pendant la consécration nous pouvons nous unir à Jésus qui s’offre Lui-même au Père pour notre salut.

Que Marie, Notre Dame de Bonheur, nous accorde la grâce de vivre toujours dans l’action de grâce.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr