Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles

Homélie pour le 4ème dimanche de l’Avent 2016(EA)

  Publié le dimanche 18 décembre 2016 , par Philippe Roy

Saint Joseph, modèle d’homme juste. Prenons exemple sur la loyauté de Joseph, prouvée depuis le début, et son dévouement tout au long de sa vie, étroitement unie à celle de Marie et de Jésus. Joseph a été l’homme juste, par la grâce de Dieu, bien sûr, mais aussi par son “oui” quotidien, humble et généreux envers Dieu.


Dans ce dimanche, le quatrième de l’Avent, la liturgie nous invite à regarder la figure de Saint Joseph, un homme vraiment bon. On dit de Marie qu’elle était bénie entre toutes les femmes (Lc 1,42). Sur Joseph on a écrit que c’était un juste ( Mt 1,19).

Pourquoi regarder saint Joseph avant Noël ?
Evidemment, parce qu’il a su attendre et accueillir l’enfant Jésus dans sa première naissance.
Et à l’approche de cette fête de Noël c’est Dieu (l’enfant Jésus) qui veut venir de nouveau, qui souhaite naître dans notre cœur. Dieu est notre Père, Il a pensé et préparé pour chacun de nous une mission, un plan particulier et bien adapté... Il nous invite à l’accepter, Il ne nous oblige pas, Il respecte toujours notre liberté.
Il s’agit de mettre Dieu à la première place, au centre de notre vie et de comprendre que Le servir c’est régner, c’est vivre dans la pleine liberté, dans le plus grand bonheur possible ici-bas.
Saint Paul, qui nous parle aujourd’hui, dans sa lettre aux Romains, de sa vocation d’apôtre, et, tout particulièrement, Saint Joseph, présenté par l’Evangile de Matthieu, sont pour nous des exemples extraordinaires dans leur acceptation de la mission et de la grâce de Dieu.

Joseph est d’abord dérouté par l’action de Dieu, qui semble chambouler son projet de mariage, un projet si beau et saint. Ensuite, il sait écouter le message qui lui est adressé en songe et il l’accepte dans son caractère très concret : il s’agit d’adopter un enfant, de prendre chez lui son épouse. Enfin, il obéit à cette volonté divine avec humilité et bouleverse pour toujours ses plans dans un silence étonnant : pas une parole de lui n’est rapportée par l’Évangile.

« Le style de Marie et de Joseph montre précisément que tout l’amour de Dieu, pour arriver à nous, prend la voie de l’humilité. Dieu humble qui a voulu marcher avec son peuple. L’humilité est celle de Dieu qui nous enseigne, celle de Marie, celle de Joseph » (Pape François, Méditation matinale en la chapelle de la maison saint Marthe, 8 avril 2013 – Tout le passage est à méditer).

Et pourtant, ce qui lui est demandé est très grand : “donner le nom” à l’Enfant, c’est-à-dire adopter le Messie, éduquer le Fils de Dieu dans sa nature humaine, puis s’effacer humblement. Toute sa vie, dans son caractère, Jésus portera les traits imprimés par l’humble charpentier de Nazareth. Son geste de “donner un nom” , le nom de « Dieu sauve » (Jésus) va bien au-delà de l’aspect légal, s’agissant d’une personne si importante .Le catéchisme affirme : « le nom de Jésus signifie que le nom même de Dieu est présent en la personne de son Fils ( Ac 5, 41 ; 3 Jn 7) fait homme pour la rédemption universelle et définitive des péchés. Il est le nom divin qui seul apporte le salut ( Jn 3, 5 ; Ac 2, 21) et il peut désormais être invoqué de tous car il s’est uni à tous les hommes par l’Incarnation (Rm 10, 6-13) de telle sorte qu’il n’y a pas sous le ciel d’autre nom donné aux hommes par lequel nous puissions être sauvés (Ac 4, 12 ; Ac 9, 14 ; Jc 2, 7) » .

On doit tous à Dieu le Père, le Créateur, notre identité individuelle en tant que personnes façonnées à son image et ressemblance, dotées d’une liberté réelle et radicale. Et en réponse à ce don de liberté nous pouvons l’utiliser soit pour rendre gloire à Dieu comme il se doit, soit pour devenir quelque chose de déplaisant et de désagréable à ses yeux.

Prenons donc exemple sur la loyauté de Joseph, prouvée depuis le début, et son dévouement tout au long de sa vie, étroitement unie à celle de Marie et de Jésus. Joseph a été l’homme juste, par la grâce de Dieu, bien sûr, mais aussi par son “oui” quotidien, humble et généreux envers Dieu. Voici les dispositions pour bien accueillir Jésus à Noël.

Nous avons fait de lui le patron et l’intercesseur de tous les pères de famille, biologiques ou non, qui doivent aider leurs enfants afin qu’ils puissent répondre à Dieu de la même façon que Joseph l’a fait. Nous l’invoquons comme patron de l’église, en tant qu’épouse de son Fils adoptif, et nous continuons à entendre les paroles de Marie quand elle retrouve son Fils Jésus qui s’était "perdu" dans le Temple : « Ton père et moi… » (Lc 2,48).
C’est ainsi qu’avec Marie notre Mère, nous découvrons Joseph en tant que Père.

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus a écrit : « J’ai pris comme avocat et patron le glorieux Saint Joseph en me confiant beaucoup à lui ... Jusqu’à maintenant, je ne me rappelle pas lui avoir demandé quelque chose qu’il ne m’ait pas accordée ».

Il est un Père spécialement pour tous ceux qui ont entendu l’appel du Seigneur au ministère du sacerdoce, place que Jésus lui-même nous cède pour guider son Eglise.

Glorieux Saint Joseph : protège nos familles, protège nos communautés, protège tous ceux qui ont répondu à l’appel de la vocation sacerdotale... et espérons qu’ils soient nombreux.

Que la très sainte Vierge Marie, l’humble servante du Seigneur, et au même temps, la Reine de l’Univers, nous accorde la grâce de bien répondre aux appels de Dieu dans notre vie, a l’exemple de son époux, Saint Joseph.

Amen.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr