Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour le 6ème dimanche du temps ordinaire 2017 (EA)

Homélie pour le 6ème dimanche du temps ordinaire 2017 (EA)

  Publié le dimanche 12 février 2017 , par Philippe Roy

Heureux ceux qui marchent suivant la Loi du Seigneur. Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.


Ce dimanche nous avons chanté une partie du psaume 119 qui nous montre le lien intime entre les deux thèmes des Béatitudes et de la Loi. «  Heureux ceux qui marchent suivant la Loi du Seigneur », tel est le refrain, qui introduit naturellement l’Évangile de Matthieu (Mt 5, 17-37) : après les Béatitudes que nous avons proclamé il y a quelques jours, cette partie du “discours sur la montagne” aborde aujourd’hui la question de la Loi.

Le psaume 119 est une très longue glorification de la Loi du Seigneur : tous les bienfaits en sont décrits, tous les aspects passés en revue, pour rendre gloire au Seigneur d’Israël qui l’a offerte à son Peuple. Il s’ouvre sur l’affirmation d’une “béatitude”, la description d’un chemin de bonheur.
Le Dieu de la vie veut le bonheur de ses enfants et leur offre la Loi comme moyen pour y parvenir. Bien loin d’un légalisme étroit, c’est une spiritualité très positive qui nous est présentée : non pas une “Loi-contrainte”, mais un chemin d’épanouissement dans la félicité.
Le psalmiste demande également un guide pour l’intériorisation. Il veut accueillir la Loi dans le plus intime de son être : « que je l’observe de tout cœur ». C’est précisément ce que Jésus va offrir dans l’Évangile de ce jour. _
Jésus proclame sa mission prophétique : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ». Lui est venu pour les porter à leur perfection.

Jésus nous donne la piste, le secret pour arriver à vivre la perfection : il nous faut intérioriser la Loi, en choisissant librement le Chemin du Seigneur, en étant sûrs que si Lui est notre Père et Créateur, même si le chemin peut être dur et difficile, il sera le meilleur pour nous.

Le Catéchisme nous explique bien ce que signifie intérioriser la loi : « La Loi évangélique accomplit les commandements de la Loi. Le sermon du Seigneur, loin d’abolir ou de dévaluer les prescriptions morales de la Loi ancienne, en dégage les virtualités cachées et en fait surgir de nouvelles exigences : il en révèle toute la vérité divine et humaine. Il n’ajoute pas de préceptes extérieurs nouveaux, mais il va jusqu’à réformer la racine des actes, le cœur, là où l’homme choisit entre le pur et l’impur (cf. Mt 15, 18-19), où se forment la foi, l’espérance et la charité, et avec elles, les autres vertus. L’Évangile conduit ainsi la loi à sa plénitude par l’imitation de la perfection du Père céleste (cf. Mt 5, 48), par le pardon des ennemis et la prière pour les persécuteurs, à l’instar de la générosité divine (cf. Mt 5, 44)  » (CEC 1968).

Cette intériorisation de la loi signifie vivre en liberté. Jésus veut nous enseigner le chemin de la liberté véritable : il passe par l’adhésion à la volonté de Dieu, par l’adhésion à sa loi, non seulement de manière externe, mais intérieurement, avec amour.
La vraie liberté se trouve dans l’amour. Seul celui qui aime est vraiment libre et fait avec plaisir ce qui est nécessaire, ce qu’il faut. Et, aussi, il fait même plus que le seul nécessaire.
Saint Jean-Paul II l’a bien expliqué dans sa Lettre Encyclique Veritatis Splendor : « Jésus montre que les commandements ne doivent pas être entendus comme une limite minimale à ne pas dépasser, mais plutôt comme une route ouverte pour un cheminement moral et spirituel vers la perfection, dont le centre est l’amour. Ainsi, le commandement ‘’tu ne tueras pas’’ devient l’appel à un amour prompt à soutenir et à promouvoir la vie du prochain ; le précepte qui interdit l’adultère devient une invitation à un regard pur, capable de respecter le sens sponsal du corps ».
Quand on est arrivé à ce point, on a compris que la différence entre la loi ancienne et la loi évangélique de Jésus c’est l’amour.
Il nous faut “tomber amoureux” de Jésus et désirer avec tout notre cœur le vrai bonheur pour accomplir pleinement la loi, dans la liberté des enfants de Dieu.

Mais, il reste encore un problème à résoudre : notre faiblesse, notre misère, la grande difficulté pour bien agir, pour vaincre nos défauts et nos vices. Comment est-il possible de vivre ce chemin de perfection que Jésus nous propose ?
C’est réellement un idéal très élevé et difficile : avoir un cœur tellement conforme à la sainte volonté de Dieu qu’il soit vraiment pur, libre de tout penchant égoïste et mauvais.
La réponse nous est donnée par Jésus Lui-même : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde  ». Jésus est là. Lui se fait notre maître spirituel et guide intérieur.


Notre Seigneur ne se contente pas de nous présenter des commandements, mais il est venu dans le monde pour nous donner sa grâce qui non seulement nous aide mais nous donne aussi la joie de parfaitement accomplir la volonté de Dieu qui est que nous l’aimions et que nous aimions davantage nos frères.
Que la Vierge Marie, Notre Dame de bonheur, nous accorde le bonheur de vivre la plénitude de la Loi avec le Christ, par l’amour.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr