Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Infospi - octobre 2013

  Publié le vendredi 27 septembre 2013 , par Françoise Girard

Infospi se veut un outil pour le pôle d’animation spirituelle de l’UDV. Cet outil doit fonctionner en étant plus près des réalités vécues par tous les accueillis, salariés et bénévoles. L’info partagée permet de s’approprier et de rendre plus évident ce qui nous anime de l’intérieur, nous enrichissant ainsi les uns les autres.


Toulon, le 1er octobre 2013.

Éditorial

La pensée sociale de l’Eglise


Par Père Michel Denis, aumônier de l’UDV.

Chers amis,

Infospi évolue un peu tout en demeurant fidèle à son rôle d’information et de relation. Il veut rester ouvert aux demandes et aux initiatives de votre part pour correspondre au mieux à vos attentes. Pour cette rentrée, nous entamons un dossier sur la pensée sociale de l’Eglise pour que tout cet enseignement revendiqué par notre charte soit plus accessible. Nous allons vous proposer quelques analyses qui pourront je l’espère vous informer de façon claire et synthétique. Nous vous invitons à réagir sur notre adresse (infospi@diocese-frejus-toulon.com), peut-être pourrons-nous ajouter ainsi un courrier des lecteurs.

Pourquoi cette réflexion sur la pensée sociale de l’Eglise ? Il est très important que l’UDV, union d’associations au service des plus fragiles de la société ne se réduise pas à être une courroie de transmission d’une politique administrative. Nous avons des valeurs qui sont enracinées dans l’Evangile, un mot qui veut dire : « Bonne nouvelle ». Ce nom contient une dimension de nouveauté, de joie fraternelle et de partage, de salut offert. Elle n’est pas d’ordre matériel, mais spirituel, et c’est ce qui fait notre spécificité. Il ne faut d’ailleurs pas s’y tromper, c’est ce l’on attend de nous.


Petite introduction à la pensée sociale de l’Eglise

Le domaine de la pensée sociale est extrêmement vaste et inclut des questions aussi diverses que la guerre juste, l’organisation de la société, la place de la loi et ses limites, la question des droits, les questions liées aux relations économiques, au travail, celles liées à l’immigration…

Toutes ces questions complexes où la vie et la destinée de l’homme sont concernées invitent l’Eglise à un travail et à une parole. La pensée sociale de l’Eglise comporte essentiellement des principes de réflexion, des normes de jugement et des guides pour l’action.

Son développement s’est opéré tardivement, essentiellement à partir de 1891, quand Léon XIII publia la première encyclique de morale sociale : Rerum Novarum.

A partir du XVIIIème et XIXème siècles, certains facteurs rendent nécessaire le développement par l’Eglise d’une véritable pensée sociale :
-  Après les Lumières, on insiste sur la liberté individuelle éclairée par la raison ; une anthropologie du sujet autonome prend le pas sur l’anthropologie thomiste (où l’homme se pense à partir de la référence à Dieu son créateur).
-  On assiste à un bouleversement des structures sociales traditionnelles, lié au développement de l’économie et de l’industrie : le développement économique contribue à réduire l’appartenance héréditaire d’un individu à son groupe social d’origine, il y a donc un développement d’une identité du « je » plus prépondérante par rapport à l’identité du « nous » ; le mouvement vers les sociétés démocratiques va dans le même sens.
-  A cette tendance à l’individualisme s’oppose le développement de théories socialistes qui tendent à subordonner l’individu aux considérations sociales.
-  L’Eglise n’est plus la référence d’un ordre social qui tend à se développer indépendamment d’elle ; elle se trouve même en opposition avec une partie de la société. Entre individualisme et libéralisme d’une part, et collectivisme et socialisme d’autre part, l’Eglise doit préciser le chemin médian qu’elle propose en articulant sa pensée sociale.

Aux sources de la pensée sociale il y a le Nouveau Testament et la tradition chrétienne.
- A Le Nouveau Testament En ce qui concerne la morale sociale, le Nouveau Testament s’inscrit dans la continuité de l’Ancien Testament : au long de son ministère, Jésus montre une attention particulière aux pauvres, aux malades, veuves… Toutefois, quelques changements notoires sont à souligner :

  • L’amour plus que la justice : le concept central pour les relations interpersonnelles n’est plus la justice, comme dans l’Ancien Testament, mais l’amour.
  • Argent : la richesse est considérée dans l’Ancien Testament comme signe de bénédiction ; Jésus, au contraire, montre qu’il est un obstacle presque insurmontable au salut et invite à le donner (Mt 19,16-30 ; Lc 16,19-31) ;
  • Relation Eglise-Etat : alors que dans l’Ancien Testament, la structure sociale est considérée comme une théocratie, Jésus établit une distinction entre le religieux et l’ordre politique, entre l’autorité de Dieu et l’autorité séculière. Paul ajoute que toute autorité séculière est voulue par Dieu et doit donc être respectée ;
  • Egalité de dignité de toutes personnes ; l’inégalité des talents permet à chacun de contribuer au bien commun.
  • Conscience individuelle et conscience collective Le Nouveau Testament modifie les bases qui fondent la conscience personnelle : la tradition juive insiste sur la dimension communautaire (L’alliance établit une relation entre Dieu et son peuple en tant que peuple) ; la tradition chrétienne rend possible l’émergence d’une conscience individuelle qui deviendra prédominante.

    Au cours de son ministère, Jésus appelle individuellement ses disciples, guérit des personnes concrètes et singulières, recommande de s’isoler pour prier le Père… Ainsi, dans la tradition chrétienne, l’agir moral, le péché, le jugement et le salut sont essentiellement envisagés au plan individuel ; on devient chrétien par une décision personnelle et chacun est jugé selon ses œuvres (Rm 2,6) ; enfin la résurrection des corps donne une pérennité à la singularité de la personne. La révélation chrétienne introduit le concept de personne qui transforme la manière dont l’homme se pense.


    - B - La tradition de l’Eglise avant le développement de sa pensée sociale.

    Au plan de l’engagement social concret, l’action de l’Eglise portait sur l’amélioration du sort des plus pauvres et des exploités plus que sur une transformation des structures sociales.

    Les Pères de l’Eglise ont développé un enseignement social fondé sur l’Ecriture.

  • légitimité de l’Etat : les chrétiens ont le devoir de se soumettre à l’autorité des gouvernants, même injustes, car ils la tiennent de Dieu ; la résistance à une loi injuste est légitime mais elle ne doit jamais se traduire par de la violence.

  • Distinction du temporel et du spirituel,
  • Egalité de tous en matière de dignité et de droits : les inégalités de talents sont voulues par Dieu et ont une fonction sociale ; de même les inégalités de richesses ne sont pas rejetées, elles sont plutôt une occasion de sanctification pour les riches .
  • Richesses et aumône : Les richesses ne sont pas un mal en soi ; ce qui est condamnable c’est la cupidité et l’avarice qui rendent l’homme esclave des richesses . Partager avec les pauvres est une obligation de justice, mais plus encore les chrétiens doivent donner aux pauvres parce que le Christ s’est identifié à eux.
  • Propriété privée : Dieu a crée toutes choses pour l’usage commun selon le besoin de chacun (destination universelle des biens) ; la propriété privée introduit des inégalités et est une conséquence du péché, elle est légitime, mais elle n’est pas absolue : d’une part, tout appartient à Dieu ; d’autre part, le droit de propriété reste limité par les besoins des autres .
  • Valeur du travail : L’oisiveté est condamnée. Les Pères encouragent tous les chrétiens à travailler.
  • Relations économiques : les Pères dénoncent le prêt à intérêt, la spéculation et les profits supplémentaires réalisés en tirant partie de la faiblesse de la partie cocontractante pour imposer un échange déséquilibré.

    Les Pères de l’Eglise ont posé là un grand nombre de principes qui restent des fondements de la pensée sociale de l’Eglise.

    Au-delà de ces principes, cette pensée n’est pas restée figée, depuis Léon XIII, elle a évolué à mesure des changements de ce monde : développement des techniques et des sciences, des modes de vies, développement des sociétés… La parole sociale de l’Eglise se situe donc toujours dans le contexte qu’elle veut éclairer.


Une adresse mail à mémoriser

- Une adresse mail pour communiquer ensemble :
infospi@diocese-frejus-toulon.com

qui remplace l’ancienne. Merci de correspondre ainsi avec nous.



Événements

Calendrier des rendez-vous événementiels de l’Animation Spirituelle :

- Le 4 octobre,
Jean Marc LAINE, vicaire épiscopal à l’Apostolat des Laïcs,
Gilles REBECHE – délégué épiscopal à la Solidarité
les responsables des mouvements, services et associations du centre diocésain des Pierres Vivantes vous invitent à fêter « la Saint François » au cous d’une soirée « Célébration - Rencontre – Partage »

  • 18h30 – Célébration Eucharistique - Église de l’Immaculée Conception
  • 19h15- 20h15 Rencontre-Partage - Présentation du C.D. des Pierres Vivantes – Verre de l’amitié


    - Dimanche 6 octobre
    Journée de rentrée de la Fraternité Saint Laurent
    à la Maison des Frères du Beausset
  • Au programme de cette journée : retrouvailles, présentation du programme de l’année et des nouveaux arrivants, prière et eucharistie…
  • rendez-vous à 10h30 à la Maison des Frères du Beausset.
    Pour le déjeuner, merci de prévoir un plat à partager avec tous.
    Après la messe, la journée se terminera à 17h30.
    *Co-voiturage à 10h au palais de justice de Toulon

- Dimanche 17 novembre
Visitation de la Fraternité Saint Laurent à la paroisse des Arcs à l’occasion des 850 ans de sainte Roseline.
Nous ne connaissons pas encore toutes les modalités pratiques quant à l’organisation de cette journée mais dès que nous aurons plus d’informations, nous vous les communiquerons ! En attendant, n’hésitez pas à réserver dès aujourd’hui cette date dans votre agenda.


Retrouvez ici le détail de tous les anciens Infospi publiés

  1. Infospi - juillet 2013
  2. Infospi - juin 2013
  3. Infospi - mai 2013
  4. Infospi - avril 2013
  5. Infospi - mars 2013
  6. Infospi - février 2013
  7. Infospi - Janvier 2013
  8. Infospi décembre 2012
  9. Infospi novembre 2012
  10. Infospi octobre 2012
  11. Infospi septembre 2012
  12. Infospi 2011 - 2012


Maison Providence, chapelle Saint Laurent

- Du mardi au vendredi : laudes à 8h, messe à 8h15.
- Le jeudi : temps de prière à 12h30.
- Le vendredi : messe de l’aumônerie de Jéricho à 10h.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Infospi-octobre-2013.html