Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




L’Eucharistie dans la communion des saints

  Publié le lundi 27 février 2012 , par Amitiés Coeur de ville

Retrouvez dans cet article un extrait de la conférence du Père Yves EOUZAN [1] donnée le 6 mai 2000 aux membres de la Communion Saint Lazare.

Vous pouvez la télécharger dans son intégralité en bas de page.


Je commencerai par quelques versets de l’Apocalypse ; le mot apocalypse ne veut pas dire catastrophe, il veut dire révélation c’est tout à fait différent. A la télévision, à la radio on vous parle d’événements apocalyptiques, pour annoncer une catastrophe. Or dans l’Apocalypse, Dieu ne révèle jamais que du bonheur. Dans le premier chapitre aux versets 13, 17 et 18 Jean voit « Quelqu’un de semblable à un fils d’homme ». Cette expression que nous trouvons déjà dans Daniel le prophète, Jésus se l’est appliqué et Jean le redit, il ajoute « À sa vue je tombais à ses pieds comme mort mais il posa sur moi sa main droite en disant, ne crains pas ». Dans toute la bible, et quand Jésus parle, il commence par dire « N’aie pas peur, ne crains pas ». « Ne crains pas je suis le premier et le dernier, le vivant, pour les siècles des siècles détenant les clefs de la mort et de l’Hadès, (c’était le séjour des morts). Celui qui a été sur la croix, le voici vivant pour les siècles des siècles. Et le Chrétien c’est celui qui croit que Jésus détient les clefs de la mort et qu’il a ouvert la mort. Quand il meurt, il est arrivé quelque chose à la mort : elle a changé de visage. Rappelons-nous la malédiction de Dieu dans la Genèse, au chapitre 3 « De mort tu mourras ». Avec Jésus cette malédiction s’est changée en bonne nouvelle. C’est ce que disent les apôtres après la résurrection. Dans les actes vous pouvez lire « nous vous annonçons la bonne nouvelle, Dieu a ressuscité Jésus », c’est çà l’Évangile ; ce n’est pas simplement les récits d’un Jésus qui aime les pauvres, les malheureux qui dit les béatitudes qui défend les exclus. C’est l’annonce de cette nouvelle extraordinaire « Dieu a ressuscité Jésus ». Là est l’essentiel. C’est ce qui est premier, la source de tout le reste. C’est la défaite de la mort. Saint Paul dit aux Corinthiens « La mort a été engloutie dans la victoire ». Ainsi nous avons donc le devoir de parler de la mort pour la dire dépassée grâce à la résurrection du Christ. Par conséquent de nous ouvrir à ce qu’il nous révèle par sa personne.

Tous les pères disent et surtout les orientaux, que Dieu a pris la nature humaine pour nous faire partager la nature divine. Au cours du 4e siècle Athanase, évêque d’Alexandrie, a été le « champion » de la foi en Jésus : À Arius, un prêtre imprégné de philosophie grecque qui disait « Oui Jésus c’est bien, mais il n’est pas Dieu, car Dieu est pur esprit et il ne peut pas se mêler de la matière. Jésus ne peut devenir homme. L’intelligence humaine n’est pas à même de comprendre Dieu ». Athanase répondait « Dieu s’est fait Homme pour que l’homme devienne Dieu ». Il ne s’agit pas de dire « Nous serons des dieux à l’égal de Dieu, comme le suggère le démon à Adam et Eve quand il les tente en déclarant « Dieu est jaloux de vous. Si vous mangez le fruit, sous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal » (Genèse 3, 5). La tentation de l’homme est ainsi de se mettre au-dessus de tout. Dieu, dans son amour, nous met à côté de lui. Il nous fait ses fils par adoption en nous donnant Son fils, nouvel Adam, qui a vaincu la mort. « C’est la volonté de mon Père, que quiconque voit le fils et croit en lui, ait la vie éternelle » la vie de l’homme c’est l’âme immortelle, et la vie éternelle, la vie de Dieu. C’est une vie de communion avec Dieu.

Dieu nous communique sa vie que nous avons à vivre dès maintenant en apprenant à connaître le Père et Celui qu’il a envoyé. Attention, connaître ne signifie pas, dans ce cas, avoir l’idée ou la notion de quelque chose, être renseigné sur quelqu’un mais « naître avec ». C’est plus profond, il faut aller au fond des choses. Notre vie c’est de Te connaître Toi et celui que Tu as envoyé. Croire en lui Dieu, voir le Fils et croire en lui, ne suffisent pas. Il faut vivre en posant des actes de fils, écouter, entendre. Saint Jean dit au chapitre 5 verset 24 « En vérité, en vérité je vous le dis celui-ci qui écoute ma parole et croit en celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et il n’est pas soumis au jugement mais il est passé de la mort à la vie » Ainsi l’homme qui écoute la bonne nouvelle, qui y croit, qui se fait baptiser c’est à dire plonger dans le Christ et par Lui dans le Père et l’Esprit passe de la mort spirituelle à la vie de Dieu (car cela, c’est dès maintenant). La vie de communion avec Dieu, nous l’avons par l’Eucharistie. Celle-ci est essentielle, elle est au cœur de la Communion des Saints.

Père Yves EOUZAN, Lire la suite…


[1] Décédé depuis, le père Yves Eouzan était vicaire général de notre diocèse.






Picto adresse postaleCommunion Saint Lazare - 55 Place de la Cathédrale - 83000 Toulon
+334 94 89 48 18
-  Courriel à la Communion Saint Lazare

Accueil du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/L-Eucharistie-dans-la-communion.html