Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Communautés > La vie religieuse > 02.Vie religieuse apostolique > La Fraternité des Petites Sœurs de Jésus

La Fraternité des Petites Sœurs de Jésus

  Publié le samedi 12 septembre 2015 , par Soeur Cécile Leblanc, O.V.

Née de la pensée de Frère Charles - Père de Foucauld - cette congrégation a été fondée en 1939 par Magdeleine Huttin en Algérie.


Sr Magdeleine HuttinMagdeleine Huttin est née le 26 avril 1898 à Paris mais est originaire de l’est de la France. La première guerre mondiale marque douloureusement sa jeunesse : sa famille est décimée, son village détruit. Pourtant, en dépit de tant de souffrances, elle aime la vie et garde un regard positif sur toute personne. Depuis son enfance, elle désire donner sa vie à Dieu. Son père lui a communiqué l’amour des populations arabes, aussi lorsqu’en 1921, elle découvre à travers la biographie écrite par René Bazin, la figure de Charles de Foucauld, c’est une illumination. Elle se sent appelée à cette vie toute centrée sur Jésus passionnément aimé et vécue en plein monde musulman pour témoigner, silencieusement, comme Jésus à Nazareth, de l’amour du Seigneur à l’égard de tout être humain. Mais l’attente sera longue car elle est malade et ne peut abandonner sa maman devenue veuve, dont elle est le seul soutien. En 1936, sa santé se dégrade encore et elle est sur le point de devenir infirme, et voilà qu’un médecin lui prescrit comme seul remède d’aller vivre dans un pays où il ne tombe pas une seule goutte d’eau... comme le Sahara ! Pour le prêtre qui la conseillait, c’est le signe attendu et il engage Magdeleine à partir sans tarder, en s’appuyant uniquement sur la force du Seigneur. Frère Charles de Foucauld Elle s’embarque donc pour l’Algérie avec sa maman et une compagne de santé fragile et s’installe pour quelques années en plein quartier arabe dans une petite ville des hauts plateaux, où elle s’efforce de répondre aux besoins d’une population pauvre et abandonnée. Dans une profonde expérience spirituelle, elle reçoit l’enfant Jésus des mains de la Vierge Marie. Devant ce nouveau-né sans défense, elle est saisie par le mystère de la douceur et de l’humilité de Dieu, ce Dieu qui a voulu être l’un de nous et s’est fait petit enfant. Désormais, l’enfance spirituelle selon l’Evangile sera son chemin de confiance et d’abandon entre les mains du Père : « Il m’a prise par la main, et aveuglément j’ai suivi ». Le 8 septembre 1939, Magdeleine Huttin devenue petite sœur Magdeleine de Jésus, fonde dans cet esprit, la Fraternité des Petites Sœurs de Jésus, consacrée d’abord exclusivement aux peuples musulmans. C’est à Touggourt, une oasis du Sahara algérien que naît la première fraternité. Fraternité bâtie sur cette pierre de l’amitié et de la confiance réciproque avec les pauvres, vécue dans un partage de vie au jour le jour et un profond respect. Il s’agit en réalité d’une nouvelle forme de vie religieuse et, pour être sûre d’agir selon la volonté de Dieu, petite sœur Magdeleine tient à soumettre à la médiation de l’Eglise toutes ses intuitions de fondatrice. La Fraternité des Petites Sœurs de Jésus grandit et en 1946, elle s’ouvre au monde entier.

Que ressort-il d’une telle vie ? Peut-être ce que petite sœur Magdeleine disait elle-même peu avant sa mort : «  Je n’ai pas voulu faire autre chose qu’une œuvre d’amour. Et maintenant, c’est à vous de continuer à en faire, vous aussi une œuvre d’amour, en gardant toujours bien conscience qu’elle ne nous appartient pas mais qu’elle est une œuvre d’Eglise. »

Une petite sœur au travail (Philippines) Et aujourd’hui ? Nous sommes environ 1300 petites sœurs originaires des cinq continents. Nous constituons des fraternités de 4 ou 5 petites sœurs afin de nous insérer dans des quartiers ou des réalités populaires, urbaines, rurales, migratoires…

Lors de notre dernière relecture internationale de fraternité, il y a 4 ans, nous avons réactualisé à partir de toutes nos présences à travers nos sociétés et contexte de vie ce qui fait notre chemin à la suite de Jésus à Nazareth :

  • Dans un monde qui bouge, nous avons-nous-mêmes des déplacements à faire, intérieurs ou concrets qui renouvellent notre disponibilité à nous laisser envoyer pour la mission de la Fraternité.
  • Notre vie contemplative veut être un regard large et profond sur la réalité, un regard qui trouve les raisons d’espérer là où elles échappent à nos raisonnements. Cela marque notre prière et notre recherche de Dieu.
  • De qui pouvons-nous et voulons-nous rester proches, être avec, et comment ? De qui je me fais proche ?... des laissés pour compte de nos sociétés, des peuples originaires et en marge, des peuples nomades, des migrants, des émigrés, des peuples qui vivent sous l’oppression et la violence, de nos frères et sœurs d’islam… Cela nous engage à revoir nos insertions prioritaires en vue de vivre notre mission spécifique. Ainsi nous réaffirmons l’importance d’une présence qui témoigne communautairement l’amour de Dieu pour toute personne qui vit l’exclusion.
  • Le travail, ou la situation de chômage est une manière naturelle de vivre la solidarité avec les travailleurs et les pauvres, d’entrer en relation avec eux et de subvenir à nos besoins. Il est aussi formateur pour notre vie contemplative dans le monde.
  • Nous sommes des femmes africaines, asiatiques, orientales, américaines, européennes et de l’Océanie, appelées, comme petites sœurs de Jésus, à être porteuses de vie au cœur de l’humanité. Nous sommes marquées par nos cultures, par l’histoire de nos peuples, par nos histoires personnelles et par notre vécu à la Fraternité. Cela façonne notre manière d’être en relation les unes avec les autres.

«  Ce Nazareth simple avec ses relations banales, avec ses répétitions quotidiennes, avec son partage de la souffrance avec les voisins, son intimité non spectaculaire avec Jésus, est un bon formateur et nous configure sans bruit au Nazaréen.  »

Carte d’identité

- Nom : Fraternité des Petites Sœurs de Jésus
- Date et lieu de fondation  : 8 septembre 1939. Tougghourt (Sahara)
- Fondateur : Petite Sœur Magdeleine de Jésus
- Statut canonique : Institut religieux de Droit Pontifical
- Le charisme : Contemplatives au cœur du monde. Consécration en particulier à l’Islam par fidélité à l’amitié de ceux qui nous ont accueillies.
- Adresse de la communauté : Cité des Jardins . B3 ; N° 17 83340 Le Luc
- Tel : 04 94 73 45 70
- Mail : psjleluc@sfr.fr
- Responsable : Petite sœur Henriette Paule
- Les implantations :

    • Dans le diocèse : Le Luc
    • En France : une quarantaine de fraternités sur tout le pays
    • Dans le monde : 70 pays des cinq continents.






Pour plus d’informations voir le site internet : http://petitessoeursjesus.catholique.fr

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/La-Fraternite-des-Petites-Soeurs.html