Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

La Roquebrussanne – église Saint-Sauveur

  Publié le vendredi 26 février 2010 , par Françoise Girard

Au XIème siècle, la chapelle Notre-Dame était l’église paroissiale du village qui se trouvait alors sur la colline à l’Est de l’agglomération actuelle. Les habitants ayant petit à petit quitté les hauteurs pour s’installer dans la plaine, une église fut construite en 1448 et dédiée au Saint Sauveur.


Infos pratiques

Les autres églises de la vallée de l’Issole :
- Garéoult – église Saint-Etienne,
- Néoules – église Saint-Jean-Baptiste,
- Mazaugues – Saint-Christophe,
- Rocbaron – église Saint-Sauveur,
- Forcalqueiret – église Saint-Martin,
- Sainte-Anastasie – église Saint-Juste.


_

Retrouvez tous les événements sur egliseinfo.catholique.fr


Un peu d’histoire

Cette église qui est celle de nos jours, est située à l’entrée du bourg ; elle mesure 30 mètres de long sur 14 de large et comporte trois nefs voûtées d’arêtes aux arceaux gothiques. La nef centrale est séparée de ses collatéraux par une série de piliers de forme octogonale composant quatre travées au fond desquelles se trouvent des autels.

La forme primitive de cette église était celle d’un simple rectangle, sans chœur absidial ; ce n’est que plus tard que l’on construisit l’enfoncement autour duquel s’alignent les stalles. D’ailleurs cette partie de l’église diffère du reste, par sa voûte à berceau à plein cintre. Le vaisseau assez vaste est sobrement éclairé par quatre baies longues et étroites, ouvertes au-dessus des arcades par la rosace de la façade.

Cette façade se présente sur la rue principale ; elle est soutenue par deux épais piliers entre lesquels un portail a été ouvert. Le clocher qui accote le chevet est couronné par une flèche pyramidale.

Le tableau de la Cène qui frappe le regard en entrant, remplaça celui sur bois de la Transfiguration qui fut alors suspendu au-dessus du tympan. Les Beaux-arts ont classé deux bénitiers : un du XVIème et l’autre du XVIIème siècle ainsi qu’une croix de bois du XVIIIème siècle.








 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr