Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



La libération spirituelle

Troisième soirée de la retraite de l’Avent sur l’Esprit Saint (3/5)

  Publié le vendredi 6 décembre 2013

A l’occasion de la troisième soirée de la retraite de l’Avent qui se déroule à l’église Saint-Louis de Hyères (3 - 7 décembre de 20h15 à 22h), père Pierre Mouton, de la communauté de Sainte-Madeleine de Hyères a abordé le thème de la libération spirituelle.


Dans la parole de Dieu (saint Luc 1, 59-79), il s’agit d’un superbe Le Christ est notre libérateurrécit de libération, d’une libération spirituelle. Le Christ est notre libérateur.

« L’esprit Saint est le grand libérateur » père Cantalamessa

C’est une très belle citation du Père Cantalamessa dans son livre « Viens Esprit Saint Créateur ».
La grande œuvre de libération est de nous convaincre que Dieu est notre Père et que nous sommes ses enfants bien aimés. C’est la grande œuvre que l’Esprit Saint veut accomplir en chacun de nous.

C’est une libération intérieure spirituelle qu’on peut vivre lors de retraite ou autres sessions (comme les retraites Agapè au Puy-en-Velay).
Saint Paul dit que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit.
On est dans le cadre de la vie spirituelle mais pas de la psychothérapie. C’est-à-dire une initiative pour nous relier à Dieu ou chercher un sens à sa vie. C’est une quête de Dieu lui-même.
Celui qui cherche la vérité recherche Dieu même s’il ne le sait pas. Pour le chrétien, la vie spirituelle est la vie de la grâce, participation même à la vie de Dieu, par le baptême où nous avons reçu le Saint Esprit et ses dons. C’est Dieu qui a l’initiative même si nous avons l’impression que nous faisons la plus grande part. Mais être docile à l’Esprit Saint est reconnaître que c’est Lui qui agit.

La libération spirituelle est l’œuvre de Dieu et elle demande notre coopération. Dieu n’est pas un magicien. Il ne fait rien sans nous et demande notre collaboration, au moins notre bonne volonté. C’est notre confiance et notre foi qui est importante.

Cette libération concerne les maladies spirituelles.
Zacharie qui a été libéré par le Seigneur avait une sale maladie : la défiance vis à vis de Dieu, maladie que nous connaissons tous. Le Seigneur l’a libéré surtout de son manque de foi, en même temps que de sa surdité.

Il s’agit bien de maladie spirituelle. Nous sommes tous malades : manque de foi, peur de Dieu, repli sur soi, rancune, ressentiment, etc… C’est une altération de notre capacité à aimer et à nous laisser aimer. Il y a la blessure et le péché.

La blessure. Certains sont habitués à serrer les dents et à assumer. Et ça donne ce que ça donne… C’est un mal subi.

« Je vois l’Eglise comme un hôpital de campagne après une bataille  » Pape François

L’Eglise a la capacité de soigner les blessures. Nous devons soigner les blessures et ensuite, nous nous occupons du reste. Nous en avons tous.
Voulons-nous guérir ?
Acceptons-nous de nous laisser soigner par le Seigneur ?
La blessure a toujours trait à l’amour. Difficulté à aimer, à se laisser aimer.

La libération intérieure est une aide à une personne de bonne volonté désirant rencontrer le Christ. Il peut guérir les blessures intérieures (cf. évangile du Bon Samaritain). Le Christ nous libère des conséquences de nos blessures afin que nous puissions nous ouvrir à l’amour.
Ce qui a eu lieu a eu lieu. Point. On ne revient pas dessus. C’est au niveau des conséquences que le Seigneur peut agir.

C’est une expérience de Dieu, expérience authentique source de libération. C’est une sorte de visitation du Seigneur. Il peut nous visiter au plus profond de nous-mêmes. Ce n’est pas un soin physique ou psychique ou psychologique, mais spirituel, uniquement spirituel.

Le but de cette démarche (cf Luc 4, 16-21)

- la consolation divine (cf. le livre d’Isaïe) qui restaure en nous une espérance. Elle pacifie, elle relève et vivifie et fortifie. Elle peut contribuer au bien être.

- le dévoilement de choses qui étaient cachées dans notre vie, mais c’est Dieu qui en prend l’initiative.
En visitant nos racines humaines sous le regard de Dieu, nous découvrons un petit enfant blessé qui a du mal à grandir. Le Seigneur vient le consoler pour qu’il se développe en se sachant aimé même blessé profondément. Prendre conscience de la blessure et de nos réactions erronées par rapport à ma blessure comme par exemple se dire : Je vais m’en tirer tout seul.

- la délivrance : couper des liens qui nous enferment.

- la guérison spirituelle implique toujours la foi de notre part.
Ce n’est pas une attente magique que nous devons avoir. Elle est effective lorsqu’il y a une cicatrisation de la blessure et la disparition de symptômes spirituels comme le doute, le refus de pardonner, etc.
Le but est de nous ouvrir de nouveau à la vie et de nous laisser aimer par Lui. On court après l’amour et on a tant de mal à le recevoir.
La libération peut être immédiate ou évolutive, retardée ou partielle. Il peut y avoir une amélioration puis tout s’arrête, un temps de maturation est alors nécessaire.

- la conversion  : le Seigneur a opéré en nous le salut mais il nous faut encore le recevoir. La conversion est nécessaire pour marcher à la suite du Christ. La conversion véritable atteste notre libération intérieure.

-  la réconciliation : avec Dieu, avec les autres, avec moi-même.
C’est un sacrement de guérison spirituelle (de même que l’onction des malades). On décide librement d’accueillir la vie, notre vie en adhérant à notre réel, on pardonne à autrui, on se réconcilie avec la vie, on peut mener une vie authentiquement filiale.

Relecture de vie de sa conception jusqu’à aujourd’hui en passant par toutes les étapes de notre vie, sous le regard de Dieu. Pas une analyse ou introspection. Vraiment sous le regard de Dieu. Le Seigneur était présent à chaque instant, surtout dans les moments où j’ai le plus souffert et où je Le croyais absent.

Un des moyens de la libération spirituelle est la prière des frères.
C’est un moyen pour faire passer la consolation divine par les frères et sœurs.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr