Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Toulon - Saint-Pie X > Le pape saint Pie X > Le 2 août 1903, deux coups de tonnerre sur le Conclave

Le 2 août 1903, deux coups de tonnerre sur le Conclave

Paroisse Saint-Pie X, 49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon

  Publié le jeudi 1er août 2013 , par Patrice Quesnel

Un état intervient dans l’élection du Pape. Et le favori restant annonce refuser la charge.



Ce dimanche 2 août 1903, la matinée s’est bien passée, mais le vote n’est toujours pas concluant. Le cardinal Rampolla fait le même score que la veille, 29 voix, mais le cardinal Gotti baisse fortement (9 voix) au profit du cardinal Sarto qui totalise désormais 21 voix.

JPEG - 61.9 ko
François-Joseph de Habsbourg-Lorraine, empereur d’Autriche, roi de Hongrie (1830 - 1916)

Dans l’après-midi, premier coup de tonnerre sur le Conclave : le cardinal Puzyna Kniaz de Kozielsko, prince-archevêque de Cracovie en Pologne, alors sous domination autrichienne, lut une déclaration de l’empereur d’Autriche et roi de Hongrie François-Joseph prononçant un "veto d’exclusion" contre le cardinal Rampolla. [1].

Le cardinal Rampolla s’était levé et avait calmement répliqué qu’au nom des principes il protestait "contre l’atteinte faite à la liberté et à la dignité du Sacré Collège" et maintenait donc sa candidature. Mais en ce qui le concernait personnellement "rien ne pouvait m’arriver de plus agréable et de plus honorable".

Le cardinal Oreglia, Doyen, fit également une déclaration de protestation solennelle contre cette intervention politique et affirma que le Conclave entendait garder sa pleine liberté.

JPEG - 50.3 ko
Le cardinal Giuseppe Melchior Sarto, patriarche de Venise.

Cela fut confirmé par le second vote du jour, auquel le cardinal Rampolla obtint 30 voix, soit une de plus que le matin. Le cardinal Gotti n’en avait plus que 3, et le cardinal Sarto 24 voix, progressant encore.

Mais ce sursaut du cardinal Rampolla n’était qu’un trompe-l’oeil, et tous le savaient. Il n’était malheureusement pas envisageable d’élire un pape qui ne serait pas reconnu par l’empire austro-hongrois, d’autant que le cardinal Rampolla ne progressait plus en voix et que ses "opposants" étaient somme toute nombreux et déterminés. La solution, évidente pour une grande partie des cardinaux, était donc de reporter les voix sur le cardinal Sarto ; il apparaissait aux uns et aux autres, pour des raisons souvent différentes, comme le plus adéquat ; il était déjà en deuxième position et son charisme et sa bonhomie en avaient séduits plus d’un depuis le début des congrégations [2].

Mais l’intéressé n’était pas de cet avis. Au fur et à mesure des scrutins, son angoisse grandissait, et sa très grande émotivité craignait au plus haut point ce que sa brillante intelligence lui indiquait : ce serait lui.

Ce même soir du dimanche 2 août, après le dépouillement du quatrième scrutin, un second coup de tonnerre s’abat sur la Sixtine. Le cardinal Sarto déclare "qu’il n’était pas fait pour la papauté, que l’on avait manifesté sur son nom sans le consulter".

Ce soir là, lorsque les cardinaux regagnent leur cellule, le Conclave, que l’on prévoyait de courte durée, semble dans l’impasse ; et le cardinal Sarto est dans la détresse.

JPEG - 79.3 ko
Au Conclave 1903, la chapelle Sixtine pendant un scrutin.


[1] Le “veto d’exclusion”, ou "exclusive", est le privilège des anciens royaumes ou empires catholiques, France, Espagne et Autriche-Hongrie (héritière du saint empire romain germanique), d’exclure nominativement un (un seul et unique) cardinal de l’élection au pontificat.
L’étude de ce droit d’exclusive, par ailleurs assez complexe, doit se faire dans le cadre historique des attributions des monarchies "protectrices de l’Eglise", et des relations de type concordataires entre les états et le Saint-Siège. D’abord droit traditionnel, il prit une valeur juridique à partir de la fin du XVIième siècle. Depuis le règne de Charles Quint, il a été utilisé une quinzaine de fois jusqu’à l’année 1903 qui nous intéresse ici.
L’exclusive devait être présentée et communiquée au Conclave par un cardinal dûment mandaté par son souverain, appelé "cardinal procurateur" ou "cardinal protecteur".
L’un des premiers actes de Pie X après son élection sera d’abolir de fait le "veto d’exclusion" en interdisant sous peine d’excommunication à un cardinal de porter une exclusive (constitution apostolique Commissum nobis du 20 janvier 1904), « afin d’empêcher les chefs d’État de s’interposer ou de s’ingérer sous quelque prétexte » dans le conclave.

[2] Toutes les raisons des uns et des autres peuvent se résumer, en synthèse, par l’expression "l’anti-Rampolla", au sens du total contraire.
_






Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, recevoir le bulletin paroissial par e-mail, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr