Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Autres églises > L - Communes commençant par la lettre L > Le Trayas – Chapelle Sainte-Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte-Face

Le Trayas – Chapelle Sainte-Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte-Face

  Publié le lundi 16 septembre 2013 , par Françoise Girard

La chapelle dans sa première « version » faisait 60 m² et fut édifiée en 1912 grâce à M. et Mme Guichard, propriétaires de l’Estérel Hôtel tout proche, le terrain ayant été offert pat M. Meyron. Elle fut bénie pour la messe de Noël, tandis que sa consécration à saint Caprais fut célébrée le 4 janvier 1913 par Mgr Guilibert.


En 1928, la chapelle supporta une restauration et un agrandissement, passant alors à 90 m² avec l’ajout d’une sacristie et l’érection d’un clocheton au-dessus du pignon. C’est le 15 mars que Mgr Simeone, assisté du révérendissime père-abbé de Lérins, procéda à la bénédiction de la chapelle qui fut alors consacrée à sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. La cloche fut baptisée par la même occasion avec pour marraine Yvonne Guichard.

La chapelle est sise à une cinquantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer à proximité de la mairie annexe du Trayas et de l’agence postale. C’est le matériau local, la pierre rouge de l’Estérel, la rhyolite, qui a servi à sa construction et sa toiture est couverte de tuiles canal.

Elle est éclairée par quatre fenêtres latérales et par un vitrail de chœur représentant le Christ en croix, réalisé vers 1990 par un maître verrier alors installé à la pointe de l’Esquillon.

La chapelle se voit en contrebas d’un jardin en restanques, façade tournée vers la mer, surplombant le port et la plage de la Figueirette. Le fond du tableau est dessiné par le quartier Miramar de Théoule-sur-Mer et la pointe de l’Esquillon, puis, posées sur l’horizon, les îles de Lérins avec le monastère fortifié de Saint-Honorat en figure de proue.








MARIE-EVE PAYEN-FAUCHER, Saint-Raphaël – son patrimoine culturel et religieux, Editions Vivre tout simplement

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr