Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Toulon - Saint-Pie X > Archives > Archives > Le cierge pascal 2014 : une décoration patronale

Le cierge pascal 2014 : une décoration patronale

Paroisse Saint-Pie X, 49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon

  Publié le dimanche 27 avril 2014 , par Patrice Quesnel

En cette année du centenaire de la mort de saint Pie X, la décoration du cierge pascal de notre paroisse est inspirée par notre saint patron.



Allumé au feu nouveau qui brûle sur le parvis, le cierge pascal [1] ouvre la procession de l’office de la lumière qui débute la Veillée pascale ; il entre le premier dans l’église plongée dans l’obscurité.

Le cierge pascal constitué de cire pure issue du travail des abeilles est décoré ; ce décor comporte des éléments imposés :
-  une croix ;
-  dans chacun des angles formés par les bras de la croix sont inscrits un des quatre chiffres du millésime de l’année ;
-  au-dessus et au-dessous de la croix, la première et la dernière lettre de l’alphabet grec (A alpha et Ω oméga) symbolisant que le Christ est le commencement et la fin de toutes choses [2].

Les autres éléments de décor sont facultatifs et ont été choisis pour évoquer le pape Pie X, saint patron de notre paroisse, et son œuvre, en cette année du centenaire de son rappel à Dieu le 20 août 1914.




-  La croix rouge, couleur de la Passion du Christ, est incrustée de blanc et de jaune, les couleurs pontificales, et de torsades qui évoquent le bois. Le blanc et le jaune se retrouvent également dans les rameaux de chèvrefeuille, fleur symbolique de la fidélité, qui encadrent l’alpha et l’oméga.






- 

JPEG - 39.4 ko
Les ancolies, symboles des sept douleurs de la Sainte Vierge

Au pied de la croix, des ancolies, fleurs qui symbolisent les sept douleurs de la Vierge Marie [3] et rappellent le lien profond qui unit saint Pie X et la Mère du Christ. Dès son plus jeune âge, Giuseppe Sarto allait fréquemment prier au sanctuaire marial des Cendrole, proche de son village natal. Sa vénération pour la Sainte Vierge fut une grande constante de son sacerdoce et de son pontificat [4].






- 

JPEG - 38.4 ko
Un pain et deux poissons : la multiplication des pains et l’Eucharistie

Au centre de la Croix, un pain et deux poissons rappellent le miracle de la multiplication des pains [5] qui préfigure la Sainte Cène et l’instauration de l’Eucharistie par le Christ. Saint Pie X fut véritablement "le Pape de l’Eucharistie" comme le désigna Pie XII lors de sa canonisation. Il eut dès son plus jeune âge une très forte relation mystique personnelle à ce sacrement, et toute son œuvre apostolique et pontificale voulut en favoriser l’accès fréquent à tous les fidèles, y compris les enfants dès l’âge de raison.


JPEG - 164.1 ko
Eglise Saint-Pie X à Toulon - Les quatre vitraux représentant les quatre piliers de l’oeuvre de saint Pie X.

Comme l’illustrent déjà les vitraux de notre église, ce thème de l’Eucharistie, central dans la vie et le magistère de notre saint patron, rejoint trois autres piliers de son œuvre : la Liturgie, la Doctrine et la Bible.

Chacun de ces quatre thèmes est évoqué symboliquement dans l’un des quatre angles de la croix, avec l’un des chiffres du millésime 2014.

JPEG - 32.3 ko
La Lyre, symbolisant la Liturgie dans l’oeuvre de saint Pie X

La liturgie est représentée par une lyre, qui rappelle les grands talents musicaux de saint Pie X, organiste réputé dès son enfance, maître de chapelle dès le séminaire, mais aussi compositeur, il fonda sa première école de chant grégorien à Tombolo, paroisse dont il fut nommé vicaire après son ordination ; elle symbolise également l’exceptionnelle obstination qu’il mit dans tous ses ministères à vouloir et à imposer de belles liturgies accompagnées par de beaux chants et de belles musiques sacrés [6]. "Je veux que mon peuple prie sur de la beauté", disait-il, parlant du chant sacré qu’il contribua à purifier et à renouveler. On lui doit, notamment, le renouveau du chant grégorien, la création de l’Institut pontifical de musique sacrée [7], et l’installation perpétuelle à la direction de la maîtrise de la chapelle Sixtine du grand musicien et compositeur don Lorenzo Perosi.

JPEG - 30.3 ko
La coupe et l’hostie : la sainte Eucharistie

L’Eucharistie, déjà évoquée ci-dessus, est représentée par le calice et l’hostie. Nous l’avons rappelé, dès l’enfance il y eut entre Pie X et la sainte Eucharistie une forte relation mystique dans laquelle, probablement, il puisa sa volonté de mettre à la disposition de tous les catholiques, dès l’âge de raison, la possibilité de communier fréquemment, ce qui était, à cette époque, plutôt révolutionnaire dans la manière de concevoir la relation entre les fidèles et le Très Saint Sacrement [8].

JPEG - 34.1 ko
La lumière et les évangiles de la Bonne Nouvelle, symbolisant la doctrine de l’Eglise.

La doctrine, représentée par la lumière et les évangiles, fut un souci constant de la pastorale de Pie X dès son ordination et son premier poste de vicaire. La doctrine, c’était aussi bien le catéchisme pour les enfants que l’enseignement doctrinal pour les adultes. Cet enseignement doctrinal, qu’il imposa dans son diocèse de Trévise à raison d’une heure par semaine pour les adultes, devait également se trouver en bonne place et de façon claire et compréhensible par tous dans les homélies des messes et les prédications des autres cérémonies liturgiques. Les orientations données à ses prêtres dans ce domaine [9] étaient très précises et probablement inspirées par l’œuvre du curé d’Ars dont il était un grand admirateur. Dans son œuvre doctrinale, il faut souligner la rédaction des catéchismes, grands et petits, dont la mémoire existe encore aujourd’hui, la réforme du bréviaire, et l’initiation d’un grand chantier de réforme du missel qui n’aboutira que bien plus tard.

Ce thème, également, rappelle combien saint Pie X fut toute sa vie absolument intransigeant en ce qui concernait le dépôt de la Foi et la préservation de l’unité de l’Eglise en Christ ; sa devise "Tout restaurer dans le Christ" illustrait bien ce fil conducteur de sa vie et de son pontificat [10]. Il y mit toute sa force et toute son intelligence, refusant toute compromission avec les idées ou les personnes qui ne s’accordaient pas aux principes et aux exigences de la loi divine. Ce fut la source de son combat victorieux contre le "modernisme", et de sa ténacité inflexible dans les affaires des séparations des états et de l’Eglise [11]. Concrètement aussi, cette disposition aboutit à la réforme du droit canon et à la première constitution d’un code canon unique, qui n’aboutira qu’en 1917 sous Benoît XV, tant l’œuvre était complexe à réaliser.

JPEG - 33.9 ko
La Bible, ou les saintes écritures, symbolisée par les tables de la Loi.

La Bible enfin, les saintes Ecritures, représentée par les Tables de la Loi, a été la référence constante et essentielle de saint Pie X dans son œuvre sacerdotale et pontificale.

Tout jeune séminariste, il était remarqué pour l’excellence de ses connaissances bibliques, qu’il approfondit souvent par l’étude des textes des Pères de l’Eglise. Sur la Bible repose toute son œuvre catéchétique et doctrinale ; il encourageait les recherches des scientifiques, des historiens et des exégètes afin qu’une meilleure compréhension de l’Ecriture par l’étude critique des textes bibliques puisse être fournie aux fidèles et aux prêtres, tout en restant dans l’orthodoxie doctrinale que menaçaient, là aussi, les dérives modernistes. Ce souci constant et son goût pour les langues orientales le conduisirent à créer à Rome un institut biblique, confiés aux Jésuites, qui acquit rapidement une grande renommée et qui est devenu, aujourd’hui, l’Institut biblique pontifical [12] qui est à la fois un centre de recherches et un centre universitaire diplômant en études bibliques, d’une part, et en études des langues orientales d’autre part.


JPEG - 75.4 ko
René Jaubert peignant les décorations du cierge pascal.


[1] Pour consulter la signification liturgique du cierge pascal, et de l’office de la lumière au début de la veillée pascale, voir le site Liturgie, et le missel romain.

[2] Apocalypse 1,8 ; 21,6 ; 22,13.

[3] La prophétie de Syméon sur l’Enfant Jésus. (Lc, 2, 34-35) - La fuite de la Sainte Famille en l’Égypte. (Mat, 2, 13-21) - La disparition de Jésus pendant trois jours au temple. (Lc, 2, 41-51) - La rencontre de Marie et Jésus sur la via crucis. (Lc, 23, 27-31) - Marie contemplant la souffrance et le décès de Jésus sur la Croix. (Jn, 19, 25-27) - Marie accueille son fils mort dans ses bras lors de la Descente de croix. (Mat, 27, 57-59) - Marie abandonne le corps de son fils lors de la mise au tombeau. (Jn, 19, 40-42)

[4] On peut notamment lire la très belle encyclique Ad diem illum du 2 février 1904, publiée pour le 50ième anniversaire de la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception.

[5] Mt 14,14-21 ; Mt 15, 32-38 ; Mc 6, 34-44 ; Mc 8, 1-9 ; Lc 9, 12-17 ; Jn 6, 5-14.

[6] Motu proprio Tra le sollecitudini du 22 novembre 1903.

[7] Fondé en 1910 sous le nom "Ecole supérieure de musique sacrée", l’institut fut ouvert le 3 janvier 1911 et confirmé par le bref Expleverunt du 4 novembre 1911. Le 10 juillet 1914 l’Ecole devint Institut pontifical avec la capacité de délivrer des diplômes universitaires.

[8] Voir principalement le décret Sacra tridentina synodus du 20 décembre 1905 sur la communion en général et le décret Quam Singulari du 8 août 1910 sur la communion des enfants.

[9] Voir notamment l’exhortation apostolique Haerent animo du 4 août 1908 "au clergé catholique, à l’occasion de son cinquantième anniversaire de sacerdoce".

[10] Encyclique programmatique E supremi du 4 octobre 1903.

[11] Pour le drame de l’Eglise de France, quine fut pas le seul en Europe à la même époque, on peut citer notamment l’encyclique Vehementer nos du 11 février 1906, l’encyclique Une fois encore du 6 janvier 1907 et l’encyclique Gravissimo Officii Munere du 10 août 1906

[12] L’IBP a été créé par la lettre apostolique Vinea electa du 7 mai 1909 ; depuis Pie XI en 1928, il est associé à l’Université Grégorienne et à l’Institut pontifical Oriental sous la gouvernance d’un même vice-chancelier qui est le Général des Jésuites.
_






Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr