Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Diaconie Servir > Service diocésain de la solidarité > UDV > Marcel Georges, des travaux à la charité

Marcel Georges, des travaux à la charité

  Publié le vendredi 21 février 2014 , par Françoise Girard

Marcel Georges a été un homme de "terrain" en sa qualité d’ingénieur dans le domaine du BTP.
A la retraite, il est investi sur le terrain de la charité.


- Cher Marcel, tu es connu à l’UDV comme président de Solcovar. Peux-tu nous dire les grandes étapes de ton parcours professionnel ?
- Je suis né à Oran, en Algérie, mes parents étaient dans l’enseignement. En 1962, je suis rentré en France, à Toulon, comme interne, mes parents ne sont rentrés qu’en 1968. Après l’école préparatoire, je suis monté à Paris pour l’Ecole des Ponts et Chaussées et devenir ingénieur. Je suis rentré au ministère de l’Equipement et j’ai commencé à Périgueux, puis à Draguignan et au Luc.

Ensuite Je suis parti, envoyé par le ministère de la Coopération, travailler à Abidjan au ministère de l’Economie et des Finances. De retour en France j’ai été nommé comme chef d’arrondissement de Toulon à la DDE, ce qui m’a permis de bien connaître André Gillet et Michel Bruère investis eux aussi à l’UDV. Je suis allé ensuite à Nice, au Conseil Général des Alpes Maritimes et J’ai terminé ma carrière dans l’Aveyron, à Rodez. J’ai eu la chance de réaliser beaucoup de grands chantiers, comme des ponts, des autoroutes et des tunnels comme celui de la traversée Nord de Toulon.


- Que peux-tu dire de ta Foi ?
- J’ai eu une éducation catholique de base, mais j’avais plutôt perdu la foi, jusqu’à ce que je rencontre ma femme, à 22 ans. C’est grâce à elle que je l’ai retrouvée. J’étais tellement émerveillé par cet amour qu’il n’y avait qu’une personne à qui je pouvais dire merci : Dieu lui-même ; c’est ainsi que je l’ai redécouvert. Sur nos alliances, nous avons fait graver : Thérèse, Marcel, Dieu.

Nous avons eu trois enfants et six petits-enfants. Cette reconnaissance que je devais à Dieu m’a donné un élan vers les autres. Nous avons fait du CPM (préparation au mariage). Dans le travail, j’ai toujours été très attentif à soutenir mes collaborateurs.

En poste au Luc, avec le père François de Viviès, nous avons fondé Phanuel devenu depuis Solcovar, et Médiations, une association qui gère deux lieux de vie qui accueillent vingt-six personnes et en emploie huit. J’en suis actuellement le vice-président. Depuis ma retraite, j’essaie vraiment d’être dans le service actif de la charité. C’est la lettre de saint Jacques qui me sert de référence. Elle nous dit que sans les œuvres, la foi est morte.

J’ai un patron pour qui je travaille et que j’aime. Un jour une dame à qui je rendais service m’a dit : « Dieu vous le rendra », je lui ai répondu : « ça tombe bien, je travaille pour lui ». Ce qui m’anime, c’est de répondre à des appels de détresse, je me considère comme un serviteur.


- Je sais que tu as d’autres responsabilités…
- Au Secours Catholique, je suis responsable de l’équipe du Luc ainsi que de l’équipe d’animation pour le territoire Ouest. En conséquence, je fais partie aussi du Conseil d’animation de l’équipe départementale. Je suis également délégué du Secours à la banque alimentaire dont je suis administrateur. Je suis membre du CCAS du Luc. C’est Gilles qui m’a proposé de prendre la présidence de Solcovar pour suivre le projet de la résidence Phanuel qui va compter 20 studios pour accueillir des femmes en difficultés. Il y a aussi la plate forme de mobilité.


- Dis-nous ce qui a pu te rendre heureux ces derniers temps et qui t’encourage.
- De mettre en route des gens : il y a eu une demi-douzaine de personnes qui se sont remises au travail. Il y a eu aussi avec le Secours Catholique un voyage de l’Espérance inter religieux à Lérins. Nous étions une douzaine, chrétiens et musulmans : nous avons pu faire ensemble l’expérience de la présence de Dieu, tout le monde a été touché, c’était très fort entre nous.

Merci de ton témoignage !

Propos recueillis par le Père Michel Denis











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Marcel-Georges-des-travaux-a-la.html