Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Toulon - Saint-Pie X > Archives > Archives > Méditations avec sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

Méditations avec sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

Paroisse Saint-Pie X, 49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon

  Publié le mercredi 4 septembre 2013 , par Patrice Quesnel

L’ostension des reliques de sainte Thérèse, le vendredi 6 septembre en notre église, est l’occasion de relire et méditer quelques paroles de la sainte carmélite.


Les citations et textes ci-après peuvent également être consultés et téléchargés avec le module de téléchargement situé en fin d’article.

Citations courtes de sainte Thérèse de Lisieux

« Je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la Terre. »

« Après ma mort, je ferai tomber une pluie de roses sur la Terre. »

« Je reviendrai sur la Terre pour faire aimer l’amour. »

« Je t’assure que le Bon Dieu est bien meilleur que tu le crois. Il se contente d’un regard, d’un soupir d’amour… » (LT 191)

« Oui je le sens, quand même j’aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j’irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien Il chérit l’enfant prodigue qui revient à Lui. » (Ms C, 36r-37v)

« Ah ! Mon cher petit Frère, depuis qu’il m’a été donné de comprendre aussi l’amour du Cœur de Jésus, je vous avoue qu’il a chassé de mon cœur toute crainte. Le souvenir de mes fautes m’humilie, me porte à ne jamais m’appuyer sur ma force qui n’est que faiblesse, mais plus encore ce souvenir me parle de miséricorde et d’amour. » (LT 247)

« Comment lorsqu’on jette ses fautes avec une confiance toute filiale dans le brasier dévorant de l’Amour, comment ne seraient-elles pas consumées sans retour ? » (LT 247)

« Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit… je l’aime !… car Il n’est qu’amour et miséricorde ! » (LT 266)

« Puisse Jésus me donner toujours de comprendre que lui seul est le bonheur parfait, même quand lui-même paraît absent ! » (LT 76)

« Le Christ est mon amour, il est toute ma vie. » (PN 26)

JPEG - 59.3 ko

« Ma voie est toute de confiance et d’amour, je ne comprends pas les âmes qui ont peur d’un si tendre ami ». (LT 226)

« L’unique bonheur sur la terre, c’est de s’appliquer à toujours trouver délicieuse la part que Jésus nous donne. » (LT 257)

« Je ne souffre qu’un instant. C’est parce qu’on pense au passé et à l’avenir qu’on se décourage et qu’on désespère. » (JEV 135)

« Quelle douce joie de penser que le Bon Dieu est Juste, c’est-à-dire qu’Il tient compte de nos faiblesses, qu’Il connaît parfaitement la fragilité de notre nature. De quoi donc aurais-je peur ? » (MS, A, 83)

« Se croire soi-même imparfaite et trouver les autres parfaits, voilà le bonheur. » (Conseils et souvenirs, 25)

« Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même ». (PN 54)

« Autrefois il me semblait que je ne tenais à rien, mais depuis que j’ai compris les paroles de Jésus, je vois que dans les occasions je suis bien imparfaite. » (MS, C, 16)

« Ô Marie, si j’étais la Reine du Ciel et que vous soyez Thérèse, je voudrais être Thérèse afin que vous soyez la Reine du Ciel ! ! !............... » (PRI 21)


La Sainte Face

Prière à la Sainte Face

Ô Jésus, qui dans votre cruelle Passion êtes devenu “ l’opprobre des hommes et l’homme des douleurs ”, je vénère votre divin visage, sur lequel brillaient la beauté et la douceur de la divinité, maintenant devenu pour moi comme le visage d’un lépreux ! Mais sous ces traits défigurés je reconnais votre amour infini et je me consume du désir de vous aimer et de vous faire aimer de tous les hommes. Les larmes qui coulèrent si abondamment de vos yeux m’apparaissent comme des perles précieuses que j’aime à recueillir afin d’acheter avec leur valeur infinie les âmes des pauvres pécheurs.

Ô Jésus, dont le visage est la seule beauté qui ravit mon cœur, j’accepte de ne pas voir ici-bas la douceur de votre regard, de ne pas sentir l’inexprimable baiser de votre bouche, mais je vous supplie d’imprimer en moi votre divine ressemblance, de m’embraser de votre amour, afin qu’il me consume rapidement et que j’arrive bientôt à voir votre glorieux Visage dans le Ciel. Ainsi soit-il.

(Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Sainte-Face ; il a été accordé à cette prière à la Sainte Face 300 jours d’indulgence en faveur des âmes du Purgatoire par le Souverain Pontife, saint Pie X, en 1906)

Prière à la Sainte Face

Ô Face Adorable de Jésus, seule Beauté qui ravit mon coeur, daigne imprimer en moi ta Divine Ressemblance, afin que tu ne puisses regarder l’âme de ta petite épouse sans te contempler Toi-Même.

Ô mon Bien-Aimé, pour ton amour, j’accepte de ne pas voir ici-bas la douceur de ton Regard, de ne pas sentir l’inexprimable baiser de ta Bouche, mais je te supplie de m’embraser de ton amour, afin qu’il me consume rapidement et fasse bientôt paraître devant toi.

JPEG - 51.8 ko
Le portrait de la Sainte Face, dessiné par Céline soeur de Thérèse en 1905, d’après le Saint Suaire.

Thérèse de la Sainte Face. (PRI 16)

Consécration à la Sainte Face

Le plus petit mouvement de pur Amour est plus utile à l’Église que toutes les autres œuvres réunies.... Il est donc de la plus haute importance que nos âmes s’exercent beaucoup à l’Amour, afin que se consommant rapidement elles ne s’arrêtent guère ici-bas et arrivent promptement à voir Jésus, Face à Face.....

Consécration à la Sainte Face.

Ô Face Adorable de Jésus ! puisque vous avez daigné choisir particulièrement nos âmes pour vous donner à elles, nous venons les consacrer à vous.... Il nous semble, ô Jésus, vous entendre nous dire : « Ouvrez-moi mes soeurs, mes épouses bien-aimées, car ma Face est couverte de rosée et mes cheveux des gouttes de la nuit. » Nos âmes comprennent votre langage d’amour, nous voulons essuyer votre doux Visage et vous consoler de l’oubli des méchants, à leurs yeux vous êtes encore comme caché, ils vous considèrent comme un objet de mépris......

Ô Visage plus beau que les lys et les roses du printemps ! vous n’êtes pas caché à nos yeux.... les Larmes qui voilent votre divin regard nous apparaissent comme des Diamants précieux que nous voulons recueillir afin d’acheter avec leur valeur infinie les âmes de nos frères.

De votre Bouche Adorée nous avons entendu la plainte amoureuse ; comprenant que la soif qui vous consume est une soif d’Amour, nous voudrions pour vous désaltérer posséder un Amour infini.... Epoux Bien-Aimé de nos âmes, si nous avions l’amour de tous les cœurs, tout cet amour serait à vous.... Eh bien ! donnez-nous cet amour et venez vous désaltérer en vos petites épouses............

Des âmes Seigneur, il nous faut des âmes..... surtout des âmes d’apôtres et de martyrs afin que par elles nous embrasions de votre Amour la multitude des pauvres pécheurs. Ô Face Adorable, nous saurons obtenir de vous cette grâce !.. oubliant notre exil sur le bord des fleuves de 4 Babylone nous chanterons à vos Oreilles les plus douces mélodies ; puisque vous êtes la vraie, l’unique Patrie de nos coeurs, nos cantiques ne seront pas chantés sur une terre étrangère.

Ô Face chérie de Jésus ! en attendant le jour éternel où nous contemplerons votre Gloire infinie, notre unique désir est de charmer vos Yeux Divins en cachant aussi notre visage afin qu’ici-bas, personne ne puisse nous reconnaître... votre Regard Voilé, voilà notre Ciel, ô Jésus !...

Th. de l’Enf Jésus et de la Ste Face - M. de la Trinité et de la Ste Face - G. de Ste Th. Marie de la Ste Face (PRI 12)

Mon Ciel ici-bas … ! (cantique à la Sainte Face) (PN 20) J.M.J.T. (Air : Mignon sur la rive étrangère)

Mon Ciel ici-bas !...

1. Jésus, ton ineffable image Est l’astre qui guide mes pas Ah ! tu le sais, ton doux Visage Est pour moi le Ciel ici-bas. Mon amour découvre les charmes De ta Face embellie de pleurs Je souris à travers mes larmes Quand je contemple tes douleurs….

2. Oh ! je veux pour te consoler Vivre ignorée sur cette terre !.... Ta beauté que tu sais voiler Me découvre tout son mystère. Vers toi je voudrais m’envoler !....

3. Ta Face est ma seule Patrie Elle est mon Royaume d’amour Elle est ma riante Prairie Mon doux Soleil de chaque jour Elle est le Lys de la vallée Dont le parfum mystérieux Console mon âme exilée Lui fait goûter la paix des Cieux.

4. Elle est mon Repos, ma Douceur Et ma mélodieuse Lyre…. Ton Visage, ô mon doux Sauveur Est le Divin bouquet de Myrrhe Que je veux garder sur mon coeur !...

5. Ta Face est ma seule richesse Je ne demande rien de plus En elle me cachant sans cesse Je te ressemblerai, Jésus…. Laisse en moi la Divine empreinte De tes Traits remplis de douceurs Et bientôt, je deviendrai sainte Vers toi j’attirerai les coeurs.

6. Afin que je puisse amasser Une belle moisson dorée De tes feux daigne m’embraser. Bientôt de ta Bouche adorée Donne-moi l’éternel Baiser !...

12 Août 1895


La Conversion de Noël

La conversion de la nuit de Noël (MS, A, p. 45)

Sainte Thérèse en 1886, année de la "Conversion de Noël". Mais Thérèse n’était plus la même, Jésus avait changé son cœur ! Refoulant mes larmes, je descendis rapidement l’escalier et comprimant les battements de mon cœur, je pris mes souliers et les posant devant Papa, je tirai joyeusement tous les objets, ayant l’air heureuse comme une reine. Papa riait, il était aussi redevenu joyeux et Céline croyait rêver !... Heureusement c’était une douce réalité, la petite Thérèse avait retrouvé la force d’âme qu’elle avait perdue à 4 ans et demi et c’était pour toujours qu’elle devait la conserver !...

En cette nuit de lumière commença la troisième période de ma vie, la plus belle de toutes, la plus remplie des grâces du Ciel... En un instant l’ouvrage que je n’avais pu faire en 10 ans, Jésus le fit se contentant de ma bonne volonté qui jamais ne me fit défaut. Comme ses apôtres je pouvais lui dire : « Seigneur, j’ai pêché toute la nuit sans rien prendre. » Plus miséricordieux encore pour moi qu’Il ne le fut pour ses disciples, Jésus prit Lui-même le filet, le jeta et le retira rempli de poissons... Il fit de moi un pêcheur d’âmes, je sentis un grand désir de travailler à la conversion des pécheurs, désir que je n’avais [pas] senti aussi vivement... Je sentis en un mot la charité entrer dans mon cœur, le besoin de m’oublier pour faire plaisir et depuis lors je fus heureuse !...

Un Dimanche en regardant une photographie de Notre Seigneur en Croix, je fus frappée par le sang qui tombait de l’une de ses mains Divines, j’éprouvai une grande peine en pensant que ce sang tombait à terre sans que personne [ne] s’empresse de le recueillir, et je résolus de me tenir en esprit au pied de [la] Croix pour recevoir la Divine rosée qui en découlait, comprenant qu’il me faudrait ensuite la répandre sur les âmes...

Le cri de Jésus sur la Croix retentissait aussi continuellement dans mon cœur : « J’ai soif ! » Ces paroles allumaient en moi une ardeur inconnue et très vive... Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes... Ce n’était pas encore les âmes de prêtres qui m’attiraient, mais celles des grands pécheurs, je brûlais du désir de les arracher aux flammes éternelles.


Texte sur la vocation de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

Être ton épouse, ô Jésus, être carmélite, être par mon union avec toi la mère des âmes, cela devrait me suffire... il n’en est pas ainsi... Sans doute, ces trois privilèges sont bien ma vocation, Carmélite, Épouse et Mère, cependant je sens en moi d’autres vocations, je me sens la vocation de guerrier, de prêtre, d’apôtre, de docteur, de martyr ; enfin, je sens le besoin, le désir d’accomplir pour toi Jésus, toutes les œuvres les plus héroïques

Je sens en moi la vocation de prêtre ; avec quel amour, ô Jésus, je te porterais dans mes mains lorsque, à ma voix, tu descendrais du Ciel... Avec quel amour je te donnerais aux âmes ...

Comment réaliser les désirs de ma pauvre petite âme ?... Je voudrais être missionnaire non seulement pendant quelques années, mais je voudrais l’avoir été depuis la création du monde... Mais je voudrais par-dessus tout, ô mon Bien-Aimé Sauveur, je voudrais verser mon sang pour toi jusqu’à la dernière goutte...

Le Martyre, voilà le rêve de ma jeunesse, ce rêve il a grandi avec moi sous les cloîtres du Carmel...... Pour me satisfaire, il me les faudrait tous ...

Enfin j’avais trouvé le repos... Considérant le corps mystique de l’Eglise, je ne m’étais reconnue dans aucun des membres décrits par St Paul, ou plutôt je voulais me reconnaître en tous... La Charité me donna la clef de ma vocation. Je compris que si l’Eglise avait un corps, composé de différents membres, le plus nécessaire, le plus noble de tous ne lui manquait pas, je compris que l’Eglise avait un Cœur, et que ce Cœur était brûlant d’amour. Je compris que l’Amour seul faisait agir les membres de l’Eglise, que si l’Amour venait à s’éteindre, les Apôtres n’annonceraient plus l’Evangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang.. Je compris que l’amour renfermait toutes les vocations, que l’amour était tout, qu’il embrassait tous les temps et tous les lieux... en un mot, qu’il est éternel !...

Alors dans l’excès de ma joie délirante, je me suis écriée : O Jésus, mon Amour... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’amour ... Oui j’ai trouvé ma place dans l’Eglise et cette place, ô mon Dieu, c’est vous qui me l’avez donnée... dans le Cœur de l’Eglise, ma Mère, je serai l’Amour... ainsi je serai tout... ainsi mon rêve sera réalisé !!!...

(Thérèse de l’Enfant Jésus – Manuscrit B)


Textes sur la Miséricorde

Je t’assure que le Bon Dieu est bien meilleur que tu le crois. Il se contente d’un regard, d’un soupir d’amour… (LT 191)

Oui je le sens, quand même j’aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j’irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien Il chérit l’enfant prodigue qui revient à Lui. (Ms C, 36r-37v)

Ah ! mon cher petit Frère, depuis qu’il m’a été donné de comprendre aussi l’amour du Cœur de Jésus, je vous avoue qu’il a chassé de mon cœur toute crainte. Le souvenir de mes fautes m’humilie, me porte à ne jamais m’appuyer sur ma force qui n’est que faiblesse, mais plus encore ce souvenir me parle de miséricorde et d’amour. (LT 247)

Comment lorsqu’on jette ses fautes avec une confiance toute filiale dans le brasier dévorant de l’Amour, comment ne seraient-elles pas consumées sans retour ? (LT 247)

Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit… je l’aime !… car Il n’est qu’amour et miséricorde ! (LT 266)

Extrait de la relation sur Pranzini (MS A 45 v°)

Afin d’exciter mon zèle le Bon Dieu me montra qu’il avait mes désirs pour agréables. J’entendis parler d’un grand criminel qui venait d’être condamné à mort pour des crimes horribles, tout portait à croire qu’il mourrait dans l’impénitence. Je voulus à tout prix l’empêcher de tomber en Enfer, afin d’y parvenir j’employai tous les moyens imaginables ; sentant que de moi-même je ne pouvais rien, j’offris au Bon Dieu tous les mérites infinis de Notre-Seigneur, les trésors de la Sainte Eglise, …

Je dis au Bon Dieu que j’étais bien sûre qu’Il pardonnerait au pauvre malheureux Pranzini, que je le croirais même s’il ne se confessait pas et ne donnait aucune marque de repentir, tant j’avais de confiance en la miséricorde infinie de Jésus, mais que je lui demandais seulement « un signe » de repentir pour ma simple consolation... Ma prière fut exaucée à la lettre ! … … Pranzini ne s’était pas confessé, il était monté sur l’échafaud et s’apprêtait à passer la tête dans le lugubre trou, quand tout à coup, saisi d’une inspiration subite, il se retourne, saisit un Crucifix que lui présentait le prêtre et baise par trois fois ses plaies sacrées !... Puis son âme alla recevoir la sentence miséricordieuse de Celui qui déclare qu’au Ciel il y aura plus de joie pour un seul pécheur qui fait pénitence que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de pénitence !...

J’avais obtenu « le signe » demandé.


Texte sur la Sainte Vierge

Extrait de la relation sur le sourire de Marie (MS A p 27 v°)

La maladie dont je fus atteinte venait certainement du démon, furieux de l’entrée de Pauline au Carmel, il voulut se venger sur moi du tort que notre famille devait lui faire dans l’avenir, mais il ne savait pas que la douce Reine du Ciel veillait sur sa fragile petite fleur, qu’elle lui souriait du haut de son trône et s’apprêtait à faire cesser la tempête au moment où sa fleur devait se briser sans retour...

Ne trouvant aucun secours sur la terre, la pauvre petite Thérèse s’était aussi tournée vers sa Mère du Ciel, elle la priait de tout son cœur d’avoir enfin pitié d’elle... Tout à coup la Sainte Vierge me parut belle, si belle que jamais je n’avais rien vu de si beau, son visage respirait une bonté et une tendresse ineffable, mais ce qui me pénétra jusqu’au fond de l’âme ce fut le « ravissant sourire de la Sainte Vierge ».

Alors toutes mes peines s’évanouirent, deux grosses larmes jaillirent de mes paupières et coulèrent silencieusement sur mes joues, mais c’était des larmes de joie sans mélange... Ah ! Pensai-je, la Sainte Vierge m’a souri, que je suis heureuse... mais jamais je ne le dirai à personne, car alors mon bonheur disparaîtrait. Sans aucun effort je baissai les yeux, et je vis ma sœur qui me regardait avec amour ; elle semblait émue et paraissait se douter de la faveur que la Sainte Vierge m’avait accordée... Ah ! C’était bien à elle, à ses prières touchantes que je devais la grâce du sourire de la Reine des Cieux. En voyant mon regard fixé sur la Sainte Vierge, elle s’était dit : « Thérèse est guérie ! » Oui, la petite fleur allait renaître à la vie, le Rayon lumineux qui l’avait réchauffée ne devait pas arrêter ses bienfaits ; il n’agit pas tout d’un coup, mais doucement, suavement, il releva sa fleur et la fortifia de telle sorte que cinq ans après elle s’épanouissait sur la montagne fertile du Carmel.








Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, recevoir le bulletin paroissial par e-mail, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr