Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

Message du Pape François, le 31/12/2014

...Le don même par lequel nous remercions...

  Publié le lundi 5 janvier 2015 , par André Robert


Paroisse Saint-Cyprien - TOULON -

Chers frères et Sœurs en Christ, que l’Année 2015 soit l’occasion de choisir le Christ dans toutes nos décisions et actions. Ne pas subir, mais Lui offrir ce qui nous sera donné de vivre. Cette attitude de cœur, cette disponibilité de l’âme à l’action de l’Esprit-Saint, est la clé d’un renouvellement profond ( transformation / conversion ! ) de notre mode de penser nos projets, de vivre nos relations peut-être délicates avec les autres. Relisez le passage du Livre des Nombres, une si belle bénédiction, chapitre 6, versets 22-27. A connaître de mémoire ! Que le Seigneur fasse briller sur nous son Visage en 2015. P.Forel, Curé.

-  ADORATION ET LAUDES A LA PAROISSE :

  • Du mardi au vendredi, chapelle de semaine : Adoration à 8h et Laudes à 8h30 . Messe du mardi au samedi à 9h.
  • Le jeudi, Adoration après la messe de 9h30 à 11h.

-  GALETTE DES ROIS DE LA PAROISSE :

A la fin des messes du samedi 17 et dimanche 18 janvier prochain, nous partagerons ensemble la Galette des rois. Merci d’amener vos galettes, la paroisse se charge de la boisson. Nous découvrirons les rois et les reines 2015 !

Message du Pape François, le 31/12/2014

" Le don même par lequel nous remercions est aussi une raison de faire un examen de conscience, de révision de vie personnelle et communautaire, de se demander : Quelle est notre manière de vivre ? Vivons nous en enfants ou vivons nous en esclaves ? Vivons nous comme des personnes baptisées par le Christ, unies par l’Esprit-Saint, rachetées, libres ? Ou vivons-nous selon la logique mondaine, corrompue, faisant ce que le diable nous fait passer pour notre intérêt ? Il existe toujours dans notre chemin existentiel une tendance à résister à la libération ; nous avons peur de la liberté et, paradoxalement, inconsciemment nous préférons plus ou moins l’esclavage. La liberté nous effraie parce qu’elle nous met devant le temps et devant notre responsabilité de bien le vivre. Par contre, l’esclavage réduit le temps à " l’instant" et ainsi nous nous sentons plus sûrs, mais cela nous fait vivre des instants détachés de leur passé et de notre futur. Dit autrement, l’esclavage nous empêche de vivre pleinement et réellement le présent, parce qu’il le vide du passé et le ferme face au futur, face à l’éternité. L’esclavage nous fait croire que nous ne pouvons pas rêver, voler, espérer.

Il y a quelques jours, un grand artiste italien disait que pour le Seigneur ce fut plus facile de sortir les Hébreux d’Egypte que de sortir l’Egypte du cœur des Hébreux. Oui ils avaient été libérés "matériellement" de l’esclavage, mais pendant la marche dans le désert, avec toutes les difficultés et avec la faim, ils commencèrent à éprouver de la nostalgie pour l’Egypte et à se rappeler quand "ils mangeaient...des oignons et de l’ail. " ( Cf. Ex 11,5) ; mais cependant ils oubliaient qu’ils en mangeaient à la table de l’esclavage. Dans notre cœur s’introduit la nostalgie de l’esclavage en apparence plus rassurante que la liberté, qui est très risquée. Comme cela nous plait d’être enfermés dans de nombreux feux d’artifice, beaux en apparence, mais qui en réalité durent peu de temps ! C’est cela le règne de la fascination de l’instant !

De cet examen de conscience dépend aussi, pour nous chrétiens, la qualité de nos agissements, de notre manière de vivre, de notre présence dans la ville, de notre service pour le bien commun, de notre participation aux institutions publiques et ecclésiales. "










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr