Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Invisible > Hyères > Agenda & Mots du père > Archives des mots du Père > Mot de Père Benoît "Saintes fêtes de Pâques ! Saint Réveil !"

Mot de Père Benoît "Saintes fêtes de Pâques ! Saint Réveil !"

Dimanche 20 avril - Sainte Fête de Pâques

  Publié le samedi 19 avril 2014 , par Henri Gouraud

Nous ouvrons les yeux sur un nouveau monde, qui déjà apparaît. Nous relevons la tête et nous nous étirons comme au matin d’un nouveau jour.


Réveil

Le mot "résurrection" n’existe pas. Etonnant, non ?
La Bible utilise les verbes : "se réveiller", "se relever", "être debout".

Pour décrire la résurrection de Jésus, c’est la métaphore du sommeil qui prévaut.
Le Christ s’était endormi dans la mort, et il s’est relevé, il s’est éveillé, il s’est dressé.
Il était couché ; il est debout désormais, et assis à la droite du Père.

C’est pourquoi nous aussi, nous sommes debout. Nous nous levons à son appel, en chantant "Alléluia" ("Louez le Seigneur").
Nous ouvrons les yeux sur un nouveau monde, qui déjà apparaît.
Nous relevons la tête et nous nous étirons comme au matin d’un nouveau jour.

Car si le Christ est "réveillé", s’il est "debout", s’il s’est "levé", c’est pour que son Corps tout entier, l’Eglise, se réveille, se mette debout et se lève à son tour.

Ne restons pas couchés ! Ne restons pas au lit ! Le Père nous tire du sommeil et de la léthargie : il a besoin de nous !

Réveil personnel

Le premier réveil à faire sonner ce matin, c’est le réveil personnel de chaque baptisé.
Je vous l’avais promis, nous l’avons expérimentés lors des Portes Ouvertes : être baptisé c’est sortir de soi pour aller vers les autres et vers Dieu.

Un baptisé qui n’est pas debout, dirigé vers les autres, est un baptisé en train de s’endormir - voire de mourir spirituellement.

C’est notre responsabilité de partager notre foi, de la proposer, de l’annoncer. Si nous ne le faisons pas, personne d’autre ne le fera.

Nous nous sommes réveillés, et nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas un rêve : la mission nous attend tous, et il faut continuer dans cet élan missionnaire et fraternel, universel et ouvert, joyeux et décomplexé, respectueux et audacieux.

Laissons la puissance de la Résurrection nous transfigurer dans l’Esprit Saint et nous transporter au long des jours pour attirer le monde à Jésus, et par Jésus au Père.

Réveil communautaire

La résurrection touche l’Eglise toute entière, et chaque communauté en particulier.
Le pape François nous réveille, nous envoie, nous secoue.
Nos communautés ne sont pleinement elles-mêmes que lorsqu’elles sont missionnaires et servantes. La communion fraternelle est la condition sine qua non de ce rayonnement paroissial et communautaire.

Si quelqu’un entre dans l’église pour la première fois, et qu’il voit des gens qui se connaissent et se parlent, mais restent entre eux, vivent entre eux, mangent entre eux... comment osera-t-il revenir, puisqu’il ne connaît personne et n’a pas été accueilli avec la chaleur et le sourire ou le mot magique qui touchent et qui invitent : "Bonjour ! Que puis-je faire pour vous ? Comment vous appelez-vous ? Vous habitez à Hyères ? De quoi avez-vous besoin ? Nous sommes si heureux que vous soyez là..."

Après notre année de mission, je vous propose de travailler à nouveau sur la communion fraternelle, en lançant ou en renouvelant des petits groupes de partage et de prière ouverts aux gens de l’extérieur.
- Le jeudi 8 mai prochain, nous aurons une fête de doyenné à La Londe ;
soyons nombreux à y participer, ainsi qu’aux différents rendez-vous communautaires qui auront lieu jusque cet été.
La communion est la condition de la mission et de la croissance de l’Eglise.

Message de Pâques de notre évêque

Joyeuses Pâques !

Pourrions-nous célébrer la pâque du Christ sans mettre en contrepoint ces images tragiques que déversent à profusion, et parfois sans décence, les médias ?

L’Europe saigne sur ses flancs. En Ukraine.
La Syrie gémit sous un déluge de feu et de cendre.
Ici, les tremblements de terre, là les accidents de montagne, là-bas les violences qui frappent les innocents…

Les souffrances du Christ en sa Passion rencontrent et traversent les malheurs de l’humanité meurtrie ou transie.
Le Christ en croix embrasse toutes les croix du monde, jusqu’en leurs profondeurs.
La certitude que le Ressuscité laisse au monde au matin de Pâques est de ne plus croire en l’inexorable et en l’irrémédiable.

Par la brèche entrouverte il y a 2000 ans dans un tombeau de Palestine, la lumière peut toujours jaillir des ténèbres, et la vie s’échapper des abysses de la mort. Tout peut renaître à partir de rien, et même nos illusions perdues.

Mais encore faut-il que ce possible soit accueilli, pris en charge, inscrit dans les dynamismes porteurs, afin qu’à l’échelle du monde ou de chacune de nos existences, nous en devenions meilleurs. Cet accueil s’appelle la foi et l’espérance.

Les papes Jean-Paul II et Jean XXIII qui vont être canonisés dans une semaine ont été des témoins vivants du courage et de l’intelligence de la foi qui traverse les siècles.

+ Dominique Rey
évêque de Fréjus-Toulon







- Téléchargez le programme de la Fête des familles du jeudi 8 mai à La Londe-les-Maures

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Mot-de-Pere-Benoit-Saintes-fetes.html