Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Renonciation du Pape Benoît XVI. Mise à jour.

Paroisse Saint-Pie X, 49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon

  Publié le mardi 26 février 2013 , par Patrice Quesnel

Le Saint-Père l’a annoncé le lundi 11 février : il quittera le Siège de saint Pierre le jeudi 28 février prochain à 20h00.

Mise à jour du 26 février 2013.


Ensuite ...

Le Pape donnera l’audience générale du mercredi 27 février, à partir de 10h25, place Saint-Pierre, et, pour la circonstance où sont attendues plus de 50 000 personnes, il fera un circuit en "papamobile" plus long que d’habitude.

Il recevra tous les cardinaux présents à Rome le jeudi 28 février à partir de 11h00, mais ne devrait pas prononcer de discours en cette occasion.

Après avoir reçu les honneurs de la garde Suisse et été salué par le cardinal Bertone, Secrétaire d’Etat, dans la cour Saint-Damase du palais pontifical à 16h55, puis par le cardinal Sodano, doyen du Sacré-Collège, à l’héliport du Vatican, Sa Sainteté Benoît XVI quittera le Vatican en hélicoptère, le 28 février à 17h00, pour se rendre à sa résidence de Castel Gandolfo, où il séjournera pendant deux mois. Son actuel secrétaire particulier, Monseigneur Georg Gänswein, a annoncé qu’il resterait désormais à ses côtés.

A Castelgandolfo, vers 17h15, il sera accueilli par le Cardinal Président du Gouvernorat, Giuseppe Bertello, et son Secrétaire, Giuseppe Sciacca, et par le maire de la commune. Il saluera la foule depuis le balcon du palais donnant sur la place publique.

A partir du jeudi 28 février à 20h00, le Siège pontifical sera déclaré "vacant".

Le traitement des "affaires courantes", à l’exclusion de toutes celles qui auraient relevé de l’autorité du pape, sera du ressort du cardinal Tarcisio Bertone, cardinal "Camerlingue" et Secrétaire d’Etat.

En tant que Doyen du Sacré Collège, le cardinal Angelo Sodano sera chargé de l’organisation et du déroulement du conclave qui sera réuni à une date qui n’est pas encore connue, et qui sera fixée, après le départ de Benoît XVI, par une "congrégation générale" des cardinaux présents à Rome.

Le conclave [1] sera normalement réuni dès que tous les cardinaux électeurs seront présents, et au plus tard 20 jours après la vacance du Siège. On peut donc attendre le début du conclave pour le vendredi 15 mars (Sainte Louise de Mérillac), ou le lundi 18 mars (Saint Cyrille de Jérusalem), voire plus tôt selon la décision des cardinaux évoquée ci-dessus [2].

Le conclave est composé des 117 cardinaux électeurs, c’est à dire âgés de moins de 80 ans, dont 115 devraient être présents [3].

Sans limitation du nombre de tours de scrutin, le nouveau pape sera élu dès lors que son nom aura obtenu au moins deux tiers des voix.

En tant que "proto-diacre" du Sacré Collège [4], c’est le cardinal Jean-Louis Tauran, président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, qui sera, entre autres tâches au sein du conclave, chargé de l’annonce au peuple de l’élection du nouveau Pape ("Habemus papam") et de son identité [5] .

Le pape Benoît XVI, qui ne participera plus en rien ni au conclave ni au gouvernement de l’Eglise, si ce n’est par la prière et par sa communion avec le Seigneur, se retirera dans un premier temps à Castel Gandolfo, résidence d’été des papes, puis, lorsque les travaux en cours y seront terminés, dans un ancien couvent de religieuses de clôture situé dans les murs du Vatican, le monastère "Mater Ecclesiae", où sont actuellement des sœurs de la Charité.

Le Vatican, lors d’un point de presse le 26 février, a annoncé que Benoît XVI conservera l’appellation "Sa Sainteté Benoît XVI", et qu’il aura le titre de "Pape émérite" ou "Pontife romain émérite".
Il continuera à porter la soutane blanche, mais sans mantelet ; ses chaussures seront marrons et non plus rouges. Son anneau pontifical, aussi appelé "anneau du pêcheur" en référence à saint Pierre, qui signe authentiquement les écrits du Pape, sera brisé par le cardinal Camerlingue, selon la procédure en cas de décès, ainsi que la matrice des bulles au nom de Benoît XVI.

Courte biographie de Benoît XVI



Joseph Ratzinger est né le 16 avril 1927 en Haute-Bavière.

Il est ordonné prêtre le 29 juin 1951, en même temps que son frère Georg, dans la cathédrale de Freising, par le cardinal Michael von Faulhaber.

Il se spécialise ensuite comme théologien et professeur. Il participe au Concile Vatican II comme expert en théologie.

Le 24 mars 1977 le pape Paul VI le nomme archevêque de Munich et Freising ; le 28 mai 1977, il est consacré archevêque.
Il choisit alors comme devise la citation de la Troisième épître de Jean : "cooperatores veritatis" (co-artisans de vérité).

Le 27 juin de la même année, il est créé cardinal lors du dernier consistoire de Paul VI.

Le 25 novembre 1981, Jean-Paul II appelle le cardinal Ratzinger au préfectorat de la congrégation pour la doctrine de la foi, l’un des dicastères de la curie romaine ; ce qui l’amène, le 15 février 1982, à renoncer à la charge pastorale de l’archidiocèse de Munich et de Freising.

Le 19 avril 2005 il est élu au Siège de saint Pierre, évêque de Rome et 265 ième pape de l’Eglise catholique.

Entre autres distinctions ou nominations, le pape Ratzinger est :
. membre associé étranger à l’Académie des sciences morales et politiques de l’Institut de France au fauteuil du défunt physicien nucléaire russe et prix Nobel de la paix Andreï Sakharov.
. commandeur de l’ordre français de la Légion d’honneur.
. académicien honoraire de l’Académie pontificale des sciences.
. bailli Grand Croix de l’Ordre de Malte. ...

Texte du message prononcé par le Saint-Père lors du Consistoire du lundi 11 février 2013

Blason pontifical de Sa Sainteté Benoît XVI"Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations [6], mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière.

Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié.

C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire."

Audience générale du mercredi 13 février 2013

Au début de cette audience générale, avant de commencer sa catéchèse hebdomadaire, le Pape s’est adressé à tous en ces termes :

"Chers frères et sœurs,

Comme vous le savez, j’ai décidé — merci pour votre sympathie —, j’ai décidé de renoncer au ministère que le Seigneur m’a confié le 19 avril 2005.

Je l’ai fait en pleine liberté pour le bien de l’Eglise, après avoir longuement prié et avoir examiné ma conscience devant Dieu, bien conscient de la gravité de cet acte, mais en même temps conscient de n’être plus en mesure d’accomplir le ministère pétrinien avec la force qu’il demande.

La certitude que l’Eglise est du Christ me soutient et m’éclaire. Celui-ci ne cessera jamais de la guider et d’en prendre soin.

Je vous remercie tous pour l’amour et la prière avec lesquels vous m’avez accompagné. Merci, j’ai senti presque physiquement au cours de ces jours qui ne sont pas faciles pour moi, la force de la prière que me donne l’amour de l’Eglise, votre prière. Continuez à prier pour moi, pour l’Eglise, pour le futur Pape. Le Seigneur nous guidera."






[1] Sources : Code de droit canonique, canons 331 à 335 ( http://www.vatican.va/archive/FRA00... ) ; Constitution apostolique "Universi dominici gregis" du 22 février 1996 ( http://www.vatican.va/holy_father/j... ) ; Motu proprio du 11 juin 2007 ( http://www.vatican.va/holy_father/b... )

[2] Une date "remarquable" pour son symbolisme serait le dimanche 10 mars, quatrième de Carême, appelé dimanche de "Laetare", dimanche de la joie.

[3] Le cardinal indonésien Julius Riyadi Darmaatmadja, archevêque émérite di Djakarta, 78 ans, a annoncé qu’il ne pourrait être présent pour raisons de santé.
Le cardinal écossais Keith O’Brien a également annoncé qu’il serait absent, mais ne l’a pas à ce jour confirmé par les voies officielles.

[4] Le protodiacre est le plus ancien des électeurs dans l’ordre de "cardinal-diacre".

[5] « Annuntio vobis gaudium magnum ; habemus Papam, Eminentissimum ac Reverendissimum Dominum, Dominum (prénom), Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalem (nom), qui sibi nomen imposuit (nom choisi) - « Je vous annonce une très grande joie ; nous avons un pape : le très éminent et très révérend seigneur, le seigneur (prénom), cardinal de la sainte Église romaine (nom), qui s’est donné le nom de (nom choisi). ».

[6] Le Consistoire ordinaire publique du lundi 11 février était convoqué, depuis quelques semaines auparavant, pour décider de trois canonisations :

- la Colombienne Mère Laura de sainte Catherine de Sienne Montoya y Upegui, vierge et fondatrice de la Congrégation des sœurs missionnaires de la Bienheureuse Vierge Marie Immaculée et de Sainte Catherine de Sienne. Cette religieuse colombienne est morte en 1949.

- la Mexicaine Mère Lupita Maria Guadalupe Garcia Zavala, une religieuse mexicaine morte en 1963, cofondatrice de la Congrégation des Servantes de sainte Marguerite-Marie et des Pauvres.

- Antonio Primaldo et ses compagnons, martyrs, morts décapités le 13 août 1480 par les Turcs qui s’étaient emparés peu avant de la ville d’Otrante. Au total 800 personnes furent exécutées pour avoir refusé de se convertir à l’islam. et les 813 bienheureux martyrs d’Otrante, martyrisés en août 1480.
_






Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, recevoir le bulletin paroissial par e-mail, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr