Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Rédaction au SRI


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Diaconie Servir > Relations interreligieuses > Représentation de "Pierre & Mohamed"

Représentation de "Pierre & Mohamed"

Un dialogue intense entre l’évêque d’Oran et son chauffeur musulman

  Publié le mercredi 18 février 2015 , par Pierre Couette

Dans le cadre de la semaine des relations avec l’islam, le spectacle "Pierre & Mohamed" a été donné à la Salle Mozart à Toulon le 22 novembre 2014 devant une salle comble.


Le spectacle théâtral "Pierre & Mohamed" a été donné pour la première fois à Toulon, après avoir connu déjà une grande audience en France et à l’étranger. Cette pièce, écrite par Adrien Candiard, op, et créée au festival d’Avignon en 2011, relate à partir de leurs propres écrits, les dernières heures de l’amitié qui a lié Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran, et Mohamed Bouchikhi, son chauffeur, avant qu’ils ne soient tués dans un attentat, le 1er août 1996.

Le comédien Jean-Baptiste Germain y a interprété magistralement à la fois le rôle de Pierre et celui de Mohamed, tandis que Francesco Agnello, également metteur en scène, ponctuait à l’aide d’un instrument de musique original, le "hang", les différentes scènes de la tragédie qui se nouait.

Ce fut donc une heure de grand partage d’émotions entre les artistes et le public, suspendu à cette amitié, pudique mais intense, entre les deux personnages en dialogue fraternel continuel. En dépit de la violence des années noires du terrorisme que traversait alors l’Algérie, leur vouloir "vivre ensemble" y éclatait de phrases en phrases, chargées de sens pour l’humanité toute entière :

Mohamed :

Je ne sais pas moi-même de quel côté il faut être. Il y a les barbus qui viennent nous dire que nous sommes de mauvais musulmans, qu’il ne faut pas faire ce que nous avons toujours fait. Est-ce que ma grand-mère qui prie toute la journée et va aux tombeaux des marabouts est une mauvaise musulmane ?

Si Pierre est en Algérie, m’a-t-il dit, c’est pour que les croyants puissent se parler. Il sait que l’Algérie qu’il espère - libre, pacifiée, plurielle - ne se trouve derrière les canons de personne.

Le dialogue n’est pas la polémique. Il ne s’agit pas d’écouter l’autre pour le convaincre qu’il a tort, mais de l’écouter pour le comprendre. Si je ne vois en toi qu’un musulman, si tu ne vois en moi qu’un chrétien, alors je ne peux rencontrer Mohamed et tu ne connaîtras jamais Pierre. Et je n’arriverai jamais à comprendre qui tu es, ni comment tu pries Dieu.



et Pierre :

J’ai donc demandé, après l’indépendance, à revenir en Algérie, pour redécouvrir le monde où j’étais né, mais que j’avais ignoré. C’est là qu’a commencé ma véritable aventure personnelle - une renaissance... J’acquiers la conviction qu’il n’y a d’humanité que plurielle, et que dès que nous prétendons posséder la vérité ou parler au nom de l’humanité - dans l’Eglise catholique, nous en avons la triste expérience au cours de notre histoire - nous tombons dans le totalitarisme et dans l’exclusion. Nul ne possède la vérité, chacun la recherche. On ne possède pas Dieu. On ne possède pas la vérité, et j’ai besoin de la vérité des autres.

Ne rejetons pas l’Islam parce que des fanatiques le servent mal. Des millions d’Algériens vivent humblement de cette foi, y puisent le courage de vivre une existence difficile. Le fanatisme se condamne par ses excès mêmes. La religion peut être le lieu des pires fanatismes car les hommes habillent du manteau divin leur soif de toute puissance ou, plus simplement, leur bêtise.

Ne laissons pas l’Esprit étouffé par la lettre. Nous pouvons lutter contre ces dénaturations de la foi, la nôtre comme celle des autres, en maintenant le dialogue malgré les remous de surface et les apparents durcissements. Le dialogue est une œuvre sans cesse à reprendre : lui seul nous permet de désarmer le fanatisme, en nous et chez l’autre.

Après ce beau message d’espérance, et aussi de paix et de fraternité que ce musulman et ce chrétien nous ont laissé en héritage, et qui fut très applaudi, les deux interprètes ont répondu de bonne grâce aux nombreuses questions du public, en particulier à propos de l’accueil très chaleureux qu’il reçoit à chacune de ses représentations, y compris à Oran et, plus récemment, à Alger.







En hommage à cet exemple de fraternité vécue jusqu’au sacrifice, la nouvelle série de la SRILetter du Var a été sous-titrée "Pierre & Mohamed, lien de Paix".

Picto adresse postaleSRI-Var - 55 place de la cathédrale - 83000 Toulon
sri@diocese-frejus-toulon.com
Frère Hubert-Marie 06 51 69 52 47


- Revenir à la page d’accueil du Service des Relations avec l’Islam


 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Representation-de-Pierre-Mohamed.html