Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Délégué épiscopal à l’information et à la communication


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Actualités > Archives > Sabotage médiatique !

Sabotage médiatique !

"Je parlerais plutôt de lynchage" (Card. André Vingt-Trois)

  Publié le jeudi 19 mars 2009 , par Yann de Rauglaudre

Le pape Benoît XVI a demandé les soins gratuits pour les malades du sida dès son arrivée à l’aéroport de Yaoundé au Cameroun, mardi après midi. Un appel qui a reçu très peu d’écho. Il appelle les Africains à la responsabilité dans la lutte contre le sida. Les médias ont passé sous silence ce passage de sa conférence de presse dans l’avion de Rome à Yaoundé.
Retrouvez aussi la parole de responsables Africains. "Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas. Les Français aiment la polémique, c’est leur côté gaulois !" affirme le président du Burkina Faso Blaise Compaoré.


L’emballement médiatique incontrôlable que subit l’Eglise et le Saint Père est absolument insensé quand on découvre la vérité des propos de Benoît XVI.

Question de Philippe Visseyrias de France 2
Saint Père, parmi les multiples maux dont souffre l’Afrique, il y a aussi en particulier celui de l’épidémie du sida. La position de l’Eglise catholique quant aux moyens de lutter contre ce fléau est souvent considérée comme irréaliste et inefficace. Aborderez-vous ce thème durant le voyage ?

Réponse de Benoît XVI
Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant’Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu’on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires.

Si on n’y met pas l’âme, si on n’aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l’homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d’épreuve. Il me semble que c’est la juste réponse, et c’est ce que fait l’Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.

Retrouvez le dossier spécial sur le site de l’Eglise Catholique


Communiqué de la Salle-de-Presse du Saint-Siège

Communiqué relatif aux réactions suscitées par ce qu’a dit le Pape à propos du SIDA

Le P.Federico Lombardi précise qu’il a simplement rappelé la position de l’Eglise et ses principes de lutte contre ce fléau : d’abord par l’éducation à la responsabilité sexuelle des personnes, et la réaffirmation du rôle essentiel du mariage et de la famille ; ensuite par la recherche médicale et l’application de traitements efficaces qui soient à disposition du plus grand nombre possible de malades, par le biais de vastes initiatives et d’institutions médicales appropriées ; enfin par une assistance pratique et morale des victimes du SIDA, qui comme toutes les personnes qui souffrent sont chers à l’Eglise.
Ce sont les lignes sur lesquelles l’Eglise concentre ses efforts, qui ne considère pas qu’une plus ample diffusion du préservatif soit une solution meilleure, c’est-à-dire prévoyante et efficace pour enrayer la maladie et protéger la vie humaine.


Parole aux Africains

Alors que la tentation est de parler en lieu et place de l’Afrique avec nos œillères occidentales, laissons la parole à différents évêques d’Afrique :

Interrogé par la chaîne KTO et l’agence I.Média, le cardinal archevêque de Dakar, Mgr Théodore-Adrien Sarr, a martelé :

"Je demande aux Occidentaux de ne pas nous imposer leur unique et seule façon de voir. Dans des pays comme les nôtres, l’abstinence et la fidélité sont des valeurs qui sont encore vécues. Avec leur promotion, nous contribuons à la prévention contre le sida". "Nous ne pouvons pas promouvoir l’utilisation du préservatif, a-t-il poursuivi, mais prêcher les valeurs morales qui, pour nous, demeurent valables, afin d’aider nos populations à se prémunir du sida : l’abstinence et la fidélité".

Dans le même sens, Mgr Simon Ntamwana, archevêque de Gitega au Burundi, a dénoncé

"le glissement de pensée" de l’Occident et son "hédonisme sexuel devenu comme un chemin incontournable". "Ce n’est pas le préservatif, a-t-il soutenu, qui va diminuer le nombre d’infections du sida, mais certainement une discipline que chacun doit s’imposer pour pouvoir changer d’attitude, une attitude qui va l’aider à échapper à un hédonisme qu’il ne peut plus contrôler".

Pour sa part, l’archevêque de Kinshasa (RDC), Mgr Laurent Monsengwo, a expliqué que le préservatif "aggrave le problème car il donne une fausse sécurité, une sécurité qui n’en est pas toujours une".


Entretien avec le président du Burkina Faso Blaise Compaoré

L’hebdomadaire Famille Chrétienne a réalisé un entretien avec le Président du Burkina Faso Blaise Compaoré. L’audace de cet homme d’Etat concernant les questions de morale interpelle vivement ; elle surprend par la franchise de propos que l’on aimerait bien entendre en France ! Entretien (qui date de 2005 : cela n’est pas une réponse à la polémique où le président se poserait en "défenseur du Pape" mais un article particulièrement intéressant en ces temps de manipulation médiatique).

Vous présidez personnellement le Comité national de lutte contre le sida. Pourquoi ?

C’est un engagement moral quand on est responsable d’une communauté de 12 millions de personnes. En Afrique de l’Ouest, le sida menace la vie de millions d’hommes et de femmes. Son impact sur la société est considérable. Le chef de l’Etat doit être à l’avant-garde. Le Burkina a développé un cadre stratégique classique avec les éléments clés de la lutte contre le sida : la prévention, le suivi épidémiologique, et la prise en charge des malades. Nous commençons à enregistrer des résultats - le taux de prévalence est passé de 7 % en 1997 à 4 % en 2003. Blaise Campaore Les malades peuvent-ils accéder aux antirétroviraux (ARV) aussi facilement qu’en Europe ?

Nous avons enregistré des efforts incontestables de la part des laboratoires. Les traitements antirétroviraux (ARV) sont vingt fois moins cher qu’au début. Mais les prix restent élevés pour les populations subsahariennes. Mettre les ARV à la disposition des malades ne suffit pas, il faut veiller à former le personnel de santé.

Quel est votre degré d’indépendance face à des organismes comme l’Onu-sida ou l’Organisation mondiale de la santé ?

Notre faiblesse, au Burkina, c’est le manque de moyens. Mais les partenaires qui disposent du financement ont compris que les programmes ne devaient pas tomber du ciel. Si tel n’était pas le cas, nous serions incapables de mettre en œuvre un programme stratégique de lutte contre le sida.

Face aux organismes internationaux, il faut savoir résister. On peut nous conseiller, mais pas faire à notre place. En matière de santé, je pense que le prêt-à-porter ne marche pas. Les Etats aussi exercent sur nous des pressions. Récemment, un journaliste américain m’interrogeait : "Qu’allez-vous faire pour aider les Etats-Unis à lutter contre le terrorisme ?" J’ai répondu : "Que vont faire les Etats-Unis pour soutenir notre lutte contre le sida ?" Le sida est aussi dangereux que le terrorisme !

Comment percevez-vous le récent débat sur le préservatif en Espagne ?

Les Européens n’éprouvent pas le danger du sida de la même manière que nous. Pour les Burkinabés, le danger est immédiat. La pandémie est une réalité visible, elle frappe votre famille, vos amis les plus proches. En Europe, vous avez peut-être le loisir de faire des thèses pour ou contre la morale. Au Burkina, nous n’avons pas le temps.

Vous agissez dans l’urgence ?

Je dirais plutôt que nous n’avons pas de tabous. Nous venons d’expérimenter des OGM dans le pays. Quand un aveugle a perdu un grain de sel, il le cherche partout, quitte à avaler quelques cailloux. Si les OGM nous permettent de multiplier par six notre production, cela vaut la peine de faire un essai. Lorsque les gens vivent dans l’abondance, ils peuvent faire la fine bouche. Pas nous.

Mais les partisans du préservatif estiment rendre un service à l’Afrique...

Il y a souvent un gouffre entre ce que disent les médias et ce qui se passe sur le terrain. En Afrique, nous vivons avec le sida au quotidien. Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas. Les Français aiment la polémique, c’est leur côté gaulois ! Certains critiquent la position de l’Eglise en prétendant défendre les Africains. Soit. Mais la plupart n’ont jamais mis les pieds chez nous ! Je leur conseille de venir faire un séjour au Burkina. Chez nous, l’imam, le prêtre et le chef coutumier travaillent de concert : tous ont l’ambition d’affronter le même mal. Se focaliser sur le préservatif, c’est passer à côté du problème du sida. En tant que chef de l’Etat, je ne peux pas préconiser un moyen de prévention exclusif aux dépens des autres.

Dans la lutte contre la pandémie, l’Eglise est-elle un partenaire crédible ?

Beaucoup de gens ignorent le travail de l’Eglise en Afrique. En France, l’intelligentsia ne comprend pas cette proximité avec les responsables catholiques. Chez nous, l’Eglise est d’abord synonyme d’écoles et de dispensaires. Le débat sur le sida n’est pas théorique, il est pratique. L’Eglise apporte sa contribution. Si l’abstinence est un moyen de prévention, nous n’allons pas nous en priver ! Le Burkina est une société plurielle. Plusieurs modes de prévention peuvent cohabiter : l’abstinence, la fidélité, et le préservatif.

L’abstinence, est-ce un moyen de prévention vraiment réaliste ?

L’Eglise n’a pas le monopole de l’abstinence ! En tant que chef de l’Etat, j’ai pris des engagements dans ce sens depuis 2002 dans le cadre de la campagne "C’est ma vie". L’objectif était de mettre les gens devant leurs responsabilités. Parmi les engagements proposés, certains faisaient directement appel à l’abstinence : "J’ai décidé de m’abstenir de tout rapport sexuel quand mon mari (ma femme) est absent(e)", et "J’ai décidé de m’abstenir de toute relation sexuelle jusqu’au mariage".


Quelques paroles...

Cardinal André Vingt-Trois, président de la conférence des évêques de France "On est devant des réactions qui ont peut-être leurs raisons, je n’en disconviens pas, mais qui ne sont pas des réactions raisonnables, qui sont des réactions passionnelles, et en tout cas, qui cherchent à faire monter ce qu’on appelle la polémique dont je rappelle quand même qu’une polémique, ça suppose qu’il y ait un interlocuteur et qu’en l’occurence, je parlerais plutôt de lynchage".

"Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous." (Matthieu 5, 11-12)

"Parfois on a l’impression que notre société a besoin d’un groupe au moins, auquel ne réserver aucune tolérance ; contre lequel pouvoir tranquillement se lancer avec haine." (Lettre du Pape Benoit XVI aux Evêques de l’Eglise Catholique - mars 2009)

Un journaliste s’exprime : "on ne fait pas du journalisme" Nord-Eclair : 21 mars – Patrick Pépin dans Nord Eclair

"...Personne ne peut exiger du Pape qu’il dise autre chose que la doctrine. Il ne fait pas, dans ce domaine en tout cas, de la politique, il n’est pas sensible aux sondages, à l’état de l’opinion publique, il affirme une conception du monde. Discutable, sûrement, mais c’est bien celle de l’Église. (...) Et comme cette affaire fait suite aux tergiversations concernant les déclarations d’un évêque intégriste appelé Williamson, les autres messages du Pape en Afrique sont devenus inaudibles. Le rappel de l’humanisme comme arme de combat contre la pandémie de la misère est passé au second plan. De ce voyage, il ne restera, malheureusement que le souvenir de la "bourde papale". Et pour ce qui nous concerne nous, journalistes, à suivre la pente naturelle qui consiste à épouser spontanément la position la plus progressiste, à refuser d’interroger le bien-fondé de cette dernière, à ne pas écouter ce qui est vraiment dit, sur un fait indiscutable, on ne fait pas du journalisme".

Patrick Pépin a été rédacteur en chef à Radio bleue Pays basque puis directeur de l’école de journalisme de Lille, directeur de RFO puis directeur adjoint de Radio-France.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Sabotage-mediatique.html