Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

Saint-Maximin-la-Sainte-Baume - Sainte-Marie Madeleine

Doyenné de Saint-Maximin

  Publié le mardi 27 mai 2003 , par Françoise Girard

L’église basilique de Saint-Maximin est dédiée à sainte Marie-Madeleine.

Elle fut consacrée le 29 septembre 1776 par l’évêque de Nice, Thomas d’Artesan, ancien religieux du couvent royal des Dominicains.

Une quinzaine d’année, après la découverte des reliques de sainte Marie-Madeleine, le comte de Provence, Charles II, décidait de faire édifier une magnifique église en l’honneur de la sainte ; elle s’élèverait sur l’emplacement de l’ancienne église des Cassiannites, auxquels avaient succédé les Bénédictins, à leur tour remplacés en 1295 par les Dominicains. La construction de ce vaste édifice fut achevé en 1532.


Réalisation incomplète, car la façade correspondant à la grande nef est inachevée. Le plan de l’édifice se compose d’une grande nef et de deux collatéraux. Ces nefs sont entièrement voûtées de simples croisés d’ogives.

La grande nef est longue de 72 m 60 et haute de 28 m 70. Ce grand vaisseau se compose de 9 travées, qui sont séparées les unes des autres par 20 piliers constitués d’un faisceau de colonnettes descendant directement de la voûte jusqu’au sol. Les clefs de voûte de la grande nef ont une signification historique : elles portent en relief les images ou les blasons des souverains qui régnèrent, en Provence ou en France.

La crypte, caveau funéraire des premiers siècles chrétiens, abrite le reliquaire du chef de la sainte patronne et quatre sarcophages : de sainte Marie-Madeleine, de saint Maximin, des saintes Marcelle et Suzanne et de saint Sidoine. Le grand orgue, monté en 1773, est l’œuvre d’un dominicain de Tarascon, frère Isnard.

Dans la sacristie, vaste salle voûtée en croisée d’ogives, aux boiseries sculptées par le frère Gudet au milieu du XVIII° siècle, se trouve ce qui reste du trésor que la Révolution dispersa : la chape de saint-Louis de Brignoles et une de ses sandales (XIII° siècle), d’anciens reliquaires, quelques chapes des XVI° et XVII° siècle et une coupe émaillée, qui est du début du XVII° siècle.

La basilique de Saint Maximin a reçu au cours des siècles, la visite de six papes et une vingtaine de souverains. Ce grandiose monument, qui étale dans la vaste plaine son immense vaisseau bordé de sveltes contreforts, a été chanté par le plus illustre poète du terroir provençal, Frédéric Mistral, dans son poème Calendau.

Quelques dates

- 1038 : Première mention d’une église à Saint-Maximin "Pierre 1, archevêque d’Aix et des frères dont donation à l’abbaye de Saint-Victor des églises de Saint-Maximin... Situées dans le territoire du Castrum Ronanas" (charte S.V. 311).

- 1295 : Commencement des travaux de l’église.

- 1316 : La première partie des travaux est achevée, l’édifice va jusqu’à la crypte.

- 1404 : Reprise des travaux.

- 1412 : Construction de la 6ème travée.

- 1532 : Achèvement des travaux. Ils auront duré 237 ans.

- 1676 : Mise en place du maître-autel actuel.

- 1681-92 : installation des stalles.
- 1773 : Pose de l’orgue, ceuvre de Fr. Isnard OP

- 1776 : Le 29 septembre, consécration de l’église par l’évêque de Nice, Thomas d’Artesan, ancien religieux du couvent de Saint-Maximin.


Le site de la paroisse.








- Horaires des messes

- Adresse : 6 Place Jean Salusse 83470 Saint-Maximin La Sainte-Baume

- Tél. 04 94 78 00 19
- Fax 04 94 59 38 16

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr