Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

Saint-Tropez - Notre-Dame de l’Assomption

  Publié le mercredi 19 novembre 2008 , par Françoise Girard

La construction de l’église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption de Saint-Tropez fut achevée en 1784, après des travaux qui trainèrent durant des années. En 1820, Mgr de Beausset, archevêque d’Aix la consacrait.


Infos pratiques


Retrouvez tous les événements sur egliseinfo.catholique.fr




Un peu d’histoire

Cette église succédait sur le même emplacement à celle bâtie en 1540 et qui avait été interdite au XVIIIème siècle à cause de sa solidité douteuse.

Cette dernière avait elle-même été précédée par une église qui parait dès 1056 dans les possessions de Saint-Victor de Marseille et qui fut détruite au cours des guerres de succession de la Reine Jeanne. Elle fut relevée en 1471 par des colons gênois venus repeupler la contrée. L’emplacement de cette vénérable église serait l’Hôtel de Ville.

L’édifice actuel est un vaisseau qui comprend une grande nef et deux bas-côtés ; ces nefs portent une voûte d’arêtes renforcée par des arcs doubleaux retombant sur des pilastres pris dans des piliers carrés. Les nefs se divisent en quatre travées avec arcades en plein cintre ; une corniche ceinture la grande nef au-dessus des arceaux de chaque travée.

Le chœur est abrité dans une abside arrondie et voûtée. Il est entouré de boiseries avec murs ornés de tableaux, en particulier une toile du XVIIIème siècle représentant l’Assomption de la Sainte Vierge, classé par les Beaux-arts. Au centre s’élève un simple autel qui a remplacé l’ancien maître-autel en marbre polychrome qui avait été placé en 1877.

Dans le bas-côté droit, une niche creusée dans un pilier renferme le buste de saint Tropez, qui est porté au cours de la procession de la bravade. Dans le bas-côté gauche une niche dans laquelle se trouve un buste de saint Pierre.

La façade séduisante par ses couleurs ocre et terre de sienne, est surmontée d’un fronton soutenu par deux pilastres. La grande porte aux lignes du XVIIIème siècle reçoit un encadrement avec arceau plein cintre. La façade se présente dans une rue étroite est peu apparente.

Le clocher jouxte le chevet et se détache dans le ciel, carré dans les deux tiers de sa hauteur, devient hexagonal dans sa dernière partie coiffée d’une toiture en forme de calotte.











 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr