Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Septième dimanche de Pâques, année A

  Publié le dimanche 1er juin 2014 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 1er juin 2014








Accueil
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et aussi pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et même que tous les hommes du monde entier aujourd’hui. Lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! » ou reprise de l’Alléluia.)

Rappel du temps liturgique
Nous sommes dans la joie de Pâques. Jeudi dernier, nous avons fêté l’Ascension, Jésus est monté au ciel.

Acclamation de l’Evangile !
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (17, 1-11)
A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné autorité sur tout être vivant, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donné. Or, la vie éternelle, c’est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais confiée. Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j’avais auprès de toi avant le commencement du monde. J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné viens de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données, ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis venu d’auprès de toi, et ils ont cru que c’était toi qui m’avais envoyé. Je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi et je trouve ma gloire en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »

Pistes de réflexion
C’est le troisième dimanche où l’évangile commence par « A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père » qui situe le passage juste avant la passion. Dans les deux premiers, Jésus s’adressait à ses disciples, aujourd’hui il prie Dieu son Père avant de mourir. On entre ici dans l’intimité de la Sainte Trinité.
Nous allons méditer ensemble cette prière :
« Père, l’heure est venue » C’est l’heure que toute la création attend comme celle d’une naissance, l’heure de l’accomplissement du dessein de Dieu. Jésus, en acceptant librement de nous aimer jusqu’au bout, nous ouvre la porte du salut.
« La vie éternelle, c’est de te connaître » La vie éternelle n’est pas un lieu, ni un moment qui se situerait après la mort. D’ailleurs, dans l’au-delà, il n’est pas question ni d’espace, ni de temps. Jésus parle au présent et décrit la vie éternelle comme un état : l’état de ceux qui connaissent Dieu, la vie en Dieu-Eternel. Dans le sens biblique, « connaître » signifie « demeurer avec, aimer » ou encore « naître avec ». La vie éternelle commence sur la terre quand nous aimons Dieu, et continuera après la mort on ne sait comment, mais on peut faire confiance à Dieu qui nous a créé pour savoir ce qui nous rend le plus heureux.
« tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi » Jésus n’a pas peur des répétitions, car dans ces lignes, on peut relever dix fois l’emploi du verbe « donner », sans compter les expressions qui parlent du don : en effet, Dieu n’est qu’amour et « aimer c’est tout donner et se donner soi-même » (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face.)
L’échange entre le Père et le Fils est un don total : le Père donne son Fils pour les hommes, et le Fils donne sa vie jusqu’à sa propre mort pour ses frères les hommes. Dieu nous fait entrer dans cet amour qui est don, il se donne à nous et attend notre don en retour. Nous pouvons donner à Dieu notre temps, nos prières, notre cœur, et on peut donner aux autres (ce qui est une autre façon d’aimer Dieu) notre joie, notre amitié, notre goûter.
« Je prie pour eux » Comment ne pas être touché dans cette prière de voir combien Dieu nous aime. A cette heure tragique où Jésus sait qu’il va souffrir puis mourir, il ne prie pas pour lui-même mais pour nous, ses frères. Au fond, le Père et le Fils parlent de nous comme d’un trésor précieux, que le Père confie au Fils, puis que le Fils recommande au Père dans la prière.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Explication du dessin et coloriage. Nous pouvons prier Jésus en sachant qu’il nous porte dans sa main et qu’il nous confie à Dieu, son Père.

« Père, je prie pour ceux que tu m’as donnés » Jean 17, 9











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Septieme-dimanche-de-Paques-annee,2872.html