Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement
des paroles qui lui furent dites
de la part du Seigneur"

Saint Luc (chapitre 1, verset 45)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



faire un don nouveaux articles

Soirée en l’honneur du Sacré Coeur

Vendredi 7 novembre 19:30-23:59

en l’église Saint-Pie X, 49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon

  Publié le lundi 20 octobre 2014 , par Patrice Quesnel

A la paroisse Saint-Pie X, à Toulon, comme chaque premier vendredi du mois, à partir de 19h30, chapelet médité, messe, puis Adoration jusqu’à minuit (22h00 en août et septembre).



Soirée d’Adoration en l’honneur du Cœur Sacré de Jésus [1] :

- Horaires :

19h30 chapelet médité

20h00 messe suivie d’une Adoration communautaire jusqu’à minuit (22h00 en période estivale) ; animation en première partie de l’Adoration ; confessions tout au long.


La soirée en l’honneur du Cœur-Sacré de Jésus a lieu chaque premier vendredi du mois (à confirmer en période estivale).


Le sens liturgique et théologique du Cœur-Sacré

- Dans la liturgie.

Le vendredi [2] suivant le dimanche du Saint Sacrement (deuxième dimanche après la Pentecôte), le Cœur de Jésus fait l’objet d’une dévotion particulière.

L’Église célèbre ainsi l’amour de Jésus pour son Père et pour les hommes, amour qui le conduisit jusqu’à la croix, où son côté fut transpercé d’un coup de lance.

La fête du Sacré Cœur apparut d’abord en France au XVIIIe siècle, avant d’être étendue à l’Église universelle par le pape Pie IX en 1856.

Centrée sur le symbole de l’amour humain du Christ, cette fête a son point d’appui dans l’épisode du côté transpercé de Jésus, tel que le rap­porte saint Jean : « Les soldats vinrent et brisèrent les jambes du premier, puis de l’autre qui avait été crucifié avec lui. Venus à Jésus, quand ils virent qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais l’un des soldats, de sa lance, lui perça le côté et il sortit aussitôt du sang et de l’eau » (19, 32-34).


- Chez les Pères

Pour les Pères, cette eau et ce sang sont les symboles des sacrements de l’Église, qui ne cessent de sourdre du Cœur ouvert du Christ. Saint Jean accorde une grande importance à ce fait, puisqu’il ajoute : « Celui qui a vu rend témoignage — son témoignage est véritable, et celui-là sait qu’il dit vrai — pour que vous aussi vous croyiez » (v. 35). La fête du Sacré-Cœur est une contemplation aimante, à tonalité réparatrice (cf. Za 12, 10 : « Ils regarderont celui qu’ils ont trans­percé », cité par Jn 19, 37), du chef-d’œuvre de l’Amour (cf. Jn 3, 16 ; 13, 1). [3]



Saint-Augustin “« Des soldats vinrent donc et rompirent les jambes de ceux qui avaient été crucifiés avec Jésus. S’approchant de Jésus, ils virent qu’il était déjà mort. Ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais l’un des soldats lui ouvrit le côté de sa lance, et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau. » L’évangéliste a choisi à dessein cette dernière expression : il n’a pas dit : « un des soldats le frappa », ou « le blessa » ou une autre expression de ce type ; il dit « un des soldats lui ouvrit le côté », pour nous apprendre qu’il ouvrait d’une certaine manière la porte de la vie.

De là coulèrent les sacrements de l’Église sans lesquels on n’accède pas à la vie qui est la vie véritable. Ce sang a été versé pour la rémission des péchés. Cette eau se mêle à la boisson salutaire. Elle est un bain qui purifie et une boisson rafraîchissante.

Nous trouvons une préfiguration de ce mystère dans l’ordre qui fut donné à Noé d’ouvrir sur un des côtés de l’arche une porte par laquelle puissent entrer les animaux qui ne devaient pas périr dans le déluge et qui représentaient l’Église.

C’est en vue de ce même mystère que la première femme fut faite du côté d’Adam endormi et qu’elle fut appelée vie et mère des vivants. [...] Ici, le second Adam ayant incliné la tête s’est endormi sur la croix afin que son épouse soit formée à partir de ce qui coulait de son côté. Ô mort, pour les morts principe de vie ! Quoi de plus pur que ce sang ? Quoi de plus salutaire que cette blessure ? »”

Extrait d’un sermon de saint Augustin († 430) in Lectionnaire patristique dominicain.



JPEG - 56.9 ko
Sainte Marguerite-Marie Alacoque
Sainte Marguerite-Marie
JPEG - 76.2 ko
Saint Claude de La Colombière
Directeur spirituel de Ste Marguerite-Marie

[1] Dans sa douzième promesse à Sainte Marguerite-Marie Alacoque, le Seigneur dit "Je promets, dans l’excès de la miséricorde de mon Cœur, que mon amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront le premier vendredi du mois, neuf mois de suite, la grâce de la pénitence finale. Ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir les Sacrements, et mon Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure."

[2] Vendredi 27 juin en 2014.

[3] (Dom Robert Le Gall in Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, sur le site http://www.liturgiecatholique.fr )
_






Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

Téléphone 04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr