Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Treizième dimanche du temps ordinaire, année B

Treizième dimanche du temps ordinaire, année B

  Publié le dimanche 28 juin 2015 , par Chantal de la Motte


Accueil des enfants

Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les catholiques du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.

Acclamation de l’Evangile

Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (5, 21-43)

Jésus regagna en barque l’autre rive, et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord du lac. Arrive un chef de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait.
Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. A quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne l’accompagner, sinon Pierre, Jacques, et Jean son frère. Ils arrivent à la maison du chef de la synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort » Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prends avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’accompagnent. Puis il pénètre là où reposait la jeune fille. Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha Koum » ; ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi. » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher - elle avait douze ans-. Ils en furent complètement bouleversés. Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.

Echange avec les enfants

Laisser les enfants parler, ne pas le faire à leur place. Puiser des exemples dans leur contexte familial ou scolaire. Poser des questions plutôt que de donner les réponses. Utiliser des mots simples de leur vocabulaire.

Pistes de réflexion

L’Evangile est toujours une « Bonne Nouvelle » : aujourd’hui, Jésus non seulement guérit mais redonne la vie à une petite fille.
« Ne crains pas, crois seulement. » Chaque miracle de Jésus s’appuie sur la foi, c’est-à-dire la confiance totale. Jaïre devait savoir que Jésus avait fait des guérisons, mais il fallait franchir encore un pas de plus pour croire que Jésus pouvait sauver encore sa fille qui venait de mourir. La puissance de Dieu n’a pas de limite, à nous de lui faire confiance. Un peu plus loin dans l’Evangile de Marc, Jésus dira « tout est possible à celui qui croit » (Mc 9,23). Mais nous restons libres de refuser la foi, de prendre le parti des « moqueurs ». Ce chemin nous égare et nous mène à la mort. Jésus nous engage à choisir le chemin de la vie.
« Il saisit la main de l’enfant .../... Jeune fille, je te le dis, lève-toi. » La réanimation de la fille de Jaïre est un avant-goût de la résurrection. Tout au long de la vie, nous faisons l’apprentissage de la résurrection car souvent nous tombons, et Jésus vient nous prendre par la main pour nous relever. Jésus nous invite à ne jamais désespérer.
« Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache » : Jésus donne souvent cette recommandation après ses miracles. C’est peut-être que Jésus ne veut être reconnu comme le Messie qu’après sa passion. De plus, comme l’indique le début de cet Evangile, Jésus a tellement de succès qu’une foule le poursuit ; il recherche certainement le calme et fuit toute mise en valeur de sa personne par humilité.

Activité

Faire répéter aux enfants le verset d’Evangile qui accompagne le dessin pour qu’ils l’apprennent par cœur. Coloriage du dessin.

« Jeune fille, je te le dis, lève-toi » Marc 5, 41











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Treizieme-dimanche-du-temps.html