Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Trente deuxième dimanche ordinaire, année B

Trente deuxième dimanche ordinaire, année B

  Publié le dimanche 8 novembre 2015 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 8 novembre 2015







Accueil des enfants
Nous faisons ensemble un signe de croix. Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante.
Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (12, 38-44)
En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait aux foules : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. »

Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Pistes de réflexion
« Méfiez-vous des scribes » C’est inhabituel d’entendre de la bouche de Jésus une phrase pareille. Jésus nous interpelle ici pour nous protéger d’un danger.
Qui sont les scribes ? Ce ne sont pas des prêtres mais des laïcs qui ont étudié la loi de Moïse dans des écoles spécialisées. Ils avaient le droit de commenter l’Ecriture et de prêcher. Ils siégeaient au sanhédrin (tribunal de Jérusalem) et se réunissaient au Temple deux fois par semaine. Les meilleurs d’entre eux étaient nommés « docteurs de la loi. » Dans les synagogues, leurs places étaient réservées au premier rang et ils bénéficiaient d’une grande reconnaissance populaire qui pouvait monter à la tête de certains. Jésus manifeste une grande liberté à leur égard et ne les rejettent pas en bloc. Cependant Jésus savait que sa présence gênait les scribes, et cette gêne s’est peu à peu transformée en haine qui conduisit les scribes à vouloir sa mort.
« Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières » Ce que Jésus leur reproche, c’est leur manque de charité et l’hypocrisie de leur prière. Dans la loi juive, les veuves n’héritaient pas des biens de leur mari et étaient souvent pauvres. Elles devaient demander des conseils juridiques aux scribes qui les faisaient payer malgré leur pauvreté. Jésus est d’autant plus sévère que ce sont eux qui devraient les premiers observer la loi qu’ils connaissent si bien. Quant à faire semblant de prier, c’est à la fois un manque d’amour envers Dieu et un péché d’orgueil.
Dans la deuxième partie de l’Evangile, Jésus montre à ses disciples combien la pauvre veuve a su tout donner, faisant pleinement confiance à la providence. La suite n’est pas racontée mais on peut imaginer que Jésus a su réconforter cette veuve pour son geste d’abandon et d’amour. Cette générosité allant jusqu’à donner le nécessaire montre que la veuve a bien compris la loi d’amour et sait la mettre en pratique.
Par ces deux figures, le scribe et la pauvre veuve, Jésus nous montre la voie de la perdition et la voie du salut. Les scribes par leur attitude se condamnent eux-mêmes (ce qui n’exclut pas le pardon de Dieu) et la veuve a su toucher le cœur de Jésus et sera sûrement accueillie à bras ouverts au Royaume de Dieu.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin.

GIF - 5.3 ko
Ordinaire 32B 112A

« Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le tronc plus que tout le monde » Marc 12, 43











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Trente-deuxieme-dimanche-ordinaire,4436.html