Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Trente et unième dimanche ordinaire, année C

Trente et unième dimanche ordinaire, année C

  Publié le dimanche 30 octobre 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 30 octobre 2016







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom, pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui.
Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.
On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! », ou reprise de l’Alléluia.)

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile selon saint Luc (19, 1-10)
En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. » Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

 

Pistes de réflexion
« Or il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche » Zachée était publicain c’est-à-dire qu’il collaborait avec l’occupant romain en étant collecteur d’impôt. Les publicains avaient la réputation d’être malhonnêtes et de s’enrichir sur le dos de leurs compatriotes.
« Il courut donc en avant, et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là. » Zachée est attiré par la personne de Jésus et se démène pour pouvoir l’apercevoir même si c’est juste par curiosité.
« Jésus leva les yeux et lui dit : "Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison." » Si Zachée a fait en sorte de voir Jésus, c’est Jésus qui fait le premier pas en l’appelant par son prénom. Les mots employés par Jésus révèlent son empressement (« vite, aujourd’hui ») et sa détermination. (« il faut que »). Toutefois, Zachée reste libre de répondre à cette invitation, et peut aussi recevoir Jésus poliment mais ne pas l’accueillir en profondeur.
« Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie » Zachée répond avec empressement et accueille en vérité la personne de Jésus ce qui remplit son coeur de joie.
« Voyant cela, tous récriminaient : " Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur." »  Zachée était considéré comme impur par son contact avec les romains qui étaient des païens et la loi juive interdisait de frayer avec les impurs. Or si Jésus était le prophète qu’on prétend, il respecterait la loi. C’est pourquoi les bons juifs sont scandalisés que Jésus s’invite chez Zachée. Mais il faut croire que la logique de Dieu est différente de celle des hommes.
« Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham »  C’est le deuxième fois que Jésus emploie ce mot « aujourd’hui » qui est en soi une bonne nouvelle : Jésus ne parle pas d’hier, ne reproche pas à Zachée ce qu’il a pu commettre de malhonnête ; il ne parle pas de demain, ne demande pas à Zachée de prendre de bonnes résolutions pour l’avenir ; il parle d’aujourd’hui, de la rencontre aimante qui va tout changer. Et de fait, Zachée va regretter sa mauvaise conduite passée et changer de vie mais ce sont des conséquences de sa conversion, pas des conditions pour son salut. Ce n’est pas parce qu’il donne de l’argent aux pauvres que Zachée est sauvé, mais parce qu’il a reconnu Jésus comme le sauveur.
La référence à Abraham s’adresse certainement aux juifs choqués par l’attitude de Jésus. Celui-ci leur rappelle que le salut est offert à tous car Dieu est toujours fidèle à sa promesse. Les fils d’Abraham ne sont pas seulement les juifs qui observent rigoureusement la loi mais tous ceux qui accueillent le salut de Dieu.
Comme dans l’évangile de dimanche dernier du pharisien et du publicain, Jésus nous apprend que le salut est offert à tous et n’est pas calculé en fonction de nos mérites. C’est un vrai cadeau qu’il faut accueillir aujourd’hui.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin, après une brève explication de celui-ci.

GIF - 7.2 ko

« Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. » Luc (19, 5)











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Trente-et-unieme-dimanche,5241.html