Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Troisième dimanche de Carême, année B

  Publié le dimanche 8 mars 2015 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 8 mars 2015







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les catholiques du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.

Rappel du temps liturgique
Nous sommes dans le temps du carême, pour préparer nos cœurs à la fête de Pâques.

Acclamation de l’évangile (pas d’Alléluia pendant le carême)
Que soit béni le nom de Dieu, de siècles en siècles, qu’il soit béni !

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (2,13-25)
Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs, il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Ses disciples se rappelèrent cette parole de l’Ecriture : L’amour de ta maison fera mon tourment. Les juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai ! » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais le Temple dont il parlait, c’était son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l’Ecriture et à la parole que Jésus avait dite. Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui, à la vue des signes qu’il accomplissait. Mais Jésus n’avait pas confiance en eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme : il connaissait par lui-même ce qu’il y a dans l’homme.

Pistes de réflexion
« Comme la Pâque des Juifs approchait » Pâques est avant tout une fête juive qui commémore la libération d’Egypte du peuple hébreu guidé par Moïse par le passage de la mer Rouge. C’est une grande fête qui est l’occasion pour de nombreux juifs de faire un pèlerinage à Jérusalem.
« Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. » Les juifs venant en pèlerinage à Jérusalem achètent habituellement un animal pour l’offrir en sacrifice. Mais le marché à bestiaux était généralement situé à l’extérieur du Temple, dans la pente des oliviers ou dans la vallée du Cédron. Quant aux changeurs, ils sont bien utiles car sous l’occupation romaine, on fait ses achats en ville avec la monnaie romaine mais elle doit être changée en monnaie juive au Temple car les pièces à l’effigie de l’empereur sont indignes de figurer à la quête. Peut-être les changeurs n’étaient-ils eux non plus pas à leur place ?
« Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Jésus reprend là une phrase du prophète Jérémie (Jr 7, 11). En parlant du Temple comme la maison de son Père, Jésus se présente comme le Messie.
« L’amour de ta maison fera mon tourment. » Les disciples se souviennent de ce verset du psaume 69 qui est la plainte de celui qui est persécuté à cause de sa foi.
« Les juifs l’interpellèrent : ‘ Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ?’ » Alors que les disciples de Jésus cherchent une explication de l’attitude de leur maître à travers les psaumes, les autres juifs s’indignent.
« Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai ! » La réponse de Jésus paraît bien surprenante aux oreilles des juifs. En réalité elle est prophétique.
« Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple » Depuis que Dieu a confié à Moïse les tables de la loi, les juifs ont voulu construire un Temple digne d’abriter un tel trésor. Ce Temple de Jérusalem a été détruit par Nabuchodonosor en 587 av JC, puis rebâti à l’identique au retour de l’exil à Babylone et dédicacé en 515. Hérode a entrepris de l’agrandir et de le restaurer en 19 av JC et l’évangile de ce jour se passe probablement en l’an 27 de notre ère. C’est pourquoi les juifs parlent de 46 ans de travaux mais en réalité la construction du Temple a duré bien plus longtemps.
« Mais le temple dont il parlait, c’était son corps. » Cela, les disciples ne le comprendront qu’après sa résurrection au troisième jour. La présence de Dieu n’est plus dans une construction en pierre mais dans le corps de Jésus ressuscité. La colère de Jésus face aux marchands du Temple paraît exagérée, mais si nous l’éclairons à la lumière de la résurrection, nous comprenons que Jésus a voulu exprimer avec force qu’il n’y a pas de place pour le trafic avec lui. Avec Jésus, tout est gratuit, il n’y a aucun commerce possible.
Puisque Jésus est le Temple de l’Esprit, et qu’il se donne à nous par le baptême, nous devenons à notre tour des temples. Chacun de nous est responsable de ce trésor et il faut le protéger de tout ce qui peut le détruire. Et mieux encore, avec Jésus nous ne formons qu’un seul corps qui est l’Eglise. Jésus est la tête de ce corps et chacun de nous participe à la vie du corps.
Notre corps est le temple de Dieu, c’est pourquoi nous en prenons soin, nous essayons de ne pas trop le dénaturer. Nous devons faire vivre en nous la vie de Dieu, la grâce. La joie qu’elle procure transfigure le corps : n’avez-vous jamais été frappé par le sourire d’une religieuse, d’un prêtre ou de quelqu’un tellement proche de Dieu que son visage est tout illuminé ?

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin

« Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Jean 2, 16











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Troisieme-dimanche-de-Careme-annee,3993.html