Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls

Troisième dimanche de Carême, année A

  Publié le dimanche 19 mars 2017 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 19 mars 2017








Accueil
Chaque enfant peut dire son prénom, pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. Nous pouvons demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! ».)

Rappel du temps liturgique
Nous sommes le troisième dimanche de Carême. Pendant le Carême, nous ne chantons pas d’Alléluia pour acclamer l’Evangile.

Acclamation de l’évangile
Que soit béni le nom de Dieu, de siècles en siècles, qu’il soit béni ! (bis)
ou bien :
O Seigneur à Toi la gloire, la louange pour les siècles !
O Seigneur à Toi la gloire, éternel est ton amour !

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (4, 5-42) (lecture brève)
En ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. Je vois que tu es un prophète !... Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. » Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. » La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. » Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus. Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours. Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

Pistes de réflexion
« Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. » Jésus a quitté la Judée et fait route vers la Galilée en passant par la Samarie. Il se repose au bord du puits, lieu où les habitants viennent chercher de l’eau et lieu de rencontre. Dans la Bible , c’est au puits qu’Abraham rencontre Rébecca qui deviendra la femme d’Isaac, c’est au puits que Jacob rencontre Rachel qu’il épousera …
« Donne-moi à boire. » ; « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » La réaction de la Samaritaine peut nous surprendre. Il faut savoir qu’à cette époque, les habitants de Judée avaient une grande méfiance vis-à-vis des samaritains. En effet, la Samarie avait été conquise par les Assyriens en 721 av. J.C., ses habitants ont été déportés et la région de Samarie a été repeuplée par différents peuples exilés, considérés comme païens. D’où l’étonnement de cette femme de Samarie : un juif s’abaisserait-il à lui demander quelque chose ?
« mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif » Jésus ne parle plus de l’eau du puits mais de l’eau de son amour infini, qui est vitale comme l’eau que l’on boit et qui arrose la terre. C’est une eau qui est gratuite et qui est donnée sans limite.
« Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif » La Samaritaine exprime ainsi sa soif d’amour, elle ressent le besoin d’être comblée. Dieu nous a créés avec cette soif en nous d’amour infini, et il attend que nous lui demandions de nous remplir d’amour.
« Je le suis, moi qui te parle. » Jésus se fait connaître à la Samaritaine car il a vu qu’elle était prête à recevoir sa grâce.

Jésus nous demande à boire, il a besoin de nous, de notre amour. Au départ, Dieu est toujours là et veut nous rencontrer. Il nous attend aujourd’hui, maintenant, tels que nous sommes. Il suffit de reconnaître notre soif, reconnaître qu’on a besoin de lui. Il n’attend pas de sacrifices mais une rencontre qui va nous donner envie de l’aimer et d’aimer les autres d’un amour gratuit. Remarquez combien Jésus insiste sur le mot « don ». Avec lui, point de calcul, tout est cadeau. Et si nous faisons des efforts, des bonnes actions … c’est une libre réponse au don de l’amour de Dieu. En accueillant cet amour, notre cœur est débordant d’amour pour les autres.
Cette semaine, pensons à dire chaque jour à Jésus : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif. »

Activité
Coloriage du dessin.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

« Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif. » Jean 4, 15











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Troisieme-dimanche-de-Careme-annee.html