Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Troisième dimanche de Pâques, année C

  Publié le dimanche 10 avril 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 10 avril 2016








Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom, pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons le même Evanvile que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! ».)

Rappel du temps liturgique
Nous sommes dans le temps de Pâques, aussi long que le Carême, qui va de Pâques à la Pentecôte.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile selon saint Jean (21, 1-19)
En ce temps-là, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment. Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien. Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. » Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

Pistes de réflexion
Ce passage relate la pêche miraculeuse et la mission pastorale de Pierre.

« Jésus se manifesta encore aux disciples » Jésus ressuscité apparaît, se rend visible, à ses disciples. Ils ne le reconnaissent pas tout de suite, comme Marie-Madeleine le matin de Pâques qui prend Jésus pour le jardinier ou encore les disciples d’Emmaüs qui reconnaissent Jésus à la faction du pain. Depuis le jour de l’Ascension, Jésus est invisible mais il n’en est pas moins présent. A nous de penser à lui, de lui laisser la place pour qu’il se manifeste à nous.
« Ils jetèrent donc le filet »  Après avoir pêché toute une nuit sans attraper de poisson, les disciples obéissent à cet homme qui leur demande de jeter leur filet. Même s’ils n’ont pas encore reconnu Jésus, ils ont ressenti dans leur cœur qu’il fallait lui faire confiance et lui obéir. Alors a lieu la pêche miraculeuse et Jean reconnaît le Seigneur. Dans son Evangile, Jean, quand il parle de lui-même, emploie l’expression « le disciple que Jésus aimait », non pas que Jésus n’aimait pas les autres mais Jean se savait aimé, avait découvert le grand amour de Jésus pour chacun de ses enfants.
« ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. » C’est un peu étonnant de voir que Jésus leur demande des poissons alors qu’il en a déjà. Il faut comprendre que signifie cette pêche en pensant à ce que Jésus avait dit à Pierre « je te ferai pêcheur d’homme ». La pêche est donc le symbole de l’évangélisation, et le fait que Jésus ait déjà du poisson montre qu’il nous précède dans l’annonce de l’évangile, mais qu’il a besoin de notre collaboration.
« il y en avait cent cinquante-trois » Souvent, les chiffres dans la bible sont symboliques. Ici, 153 est le nombre d’espèces de poissons connues du temps du Christ. Ce détail indique de manière symbolique que la pêche est maximum, il n’était pas possible de pêcher plus de poissons.

« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu » Par trois fois Jésus interpelle Pierre comme pour lui pardonner son triple reniement, pour faire trois nœuds aux trois liens qui avaient été brisés par la triple lâcheté de Pierre. « Sois le berger de mes brebis » Jésus confie la charge de pasteur à Pierre qui devient ainsi le premier pape. Depuis Pierre, l’Eglise a toujours eu un pape, aujourd’hui François pour nous guider et nous garder unis. « Suis-moi. » Même si Pierre est pasteur, il marche à la suite de l’unique berger qui est le Christ. Et Jésus lui rappelle que le suivre, c’est le suivre jusqu’à la mort. Pierre va remplir sa mission pastorale jusqu’à mourir martyr à Rome. A la suite du Christ, le pape François nous invite chacun à aller annoncer l’Evangile.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin, après une brève explication de celui-ci. On peut découper un petit poisson, écrire dessus le prénom d’une personne à évangéliser et le coller dans la barque sur le dessin. Chaque enfant, pendant la semaine, s’engage à prier pour cette personne et à lui faire signe (invitation, cadeau, sourire …) L’enfant peut choisir de prendre plusieurs poissons.

GIF - 3.7 ko

« Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. » Jean 21, 4











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Troisieme-dimanche-de-Paques-annee,4906.html