Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Troisième dimanche de l’Avent, année B

Troisième dimanche de l’Avent, année B

  Publié le dimanche 14 décembre 2014 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 14 décembre 2014







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les catholiques du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.

Rappel du temps liturgique
Le troisième dimanche de l’Avent est appelé "laetare" c’est à dire le dimanche de la joie. Le prêtre a revêtu un habit liturgique rose, comme si l’on avait mis du blanc (couleur du Christ qui vient) dans le violet qui prédomine ce temps de l’Avent.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (1, 6-8, 19-28)
Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il le reconnut ouvertement, il déclara : « Je ne suis pas le Messie. » Ils lui demandèrent : « Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Elie ? » Il répondit : « Non. – Alors, es-tu le grand Prophète ? » Il répondit : « Ce n’est pas moi. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Si tu n’es ni le Messie, ni Elie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. »
Tout cela s’est passé à Béthanie de Transjordanie, à l’endroit où Jean baptisait.

Pistes de réflexion
Nous retrouvons le personnage de Jean-Baptiste de l’Evangile selon saint Marc que nous avons entendu dimanche dernier.
« Je ne suis pas le Messie. » Nous savons que le peuple hébreu était dans une grande attente du Messie, c’est pourquoi Jean leur annonce tout de suite que ce n’est pas lui.
« Es-tu le prophète Elie ? » Pourquoi Elie et non un autre prophète ? Car Elie était monté au ciel dans un char de feu, ce qui n’est pas une mort habituelle, donc les juifs pensaient qu’il allait revenir. De plus, le prophète Malachie avait annoncé son retour : « Voici que je vais vous envoyer Elie, le prophète … (Ml 3, 23) »
« Alors, es-tu le grand Prophète ? » Les prêtres et les lévites, qui connaissent bien la Bible, se demandent si Jean ne serait pas Moïse revenu sur terre, car il y avait dans le livre du deutéronome cette promesse : « Dieu dit à Moïse ‘ C’est un prophète comme toi que je leur susciterai … ‘(Dt 18, 18) »
Jean n’est donc ni le Messie, ni Elie, ni Moïse.
« Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage » Jean l’évangéliste reprend plus loin ce thème de la lumière : « Jean-Baptiste fut la lampe qu’on allume et qui brille (Jn 5, 35.) » Il est une lampe et non la Lumière, c’est-à-dire qu’il est un instrument qui permet de faire passer la Lumière. C’est Jésus qui est la « Lumière du monde. » C’est pourquoi la date de Noël a été choisie le 25 décembre, premier jour de l’année où le jour commence à rallonger, où la lumière commence à gagner sur la nuit. C’est aussi pourquoi on allume des bougies progressivement sur la couronne de l’avent, car la lumière grandit à l’approche de Noël. Le mystère de Noël illumine toute notre vie. Même si notre existence est parfois sombre, nous croyons que Jésus Sauveur éclaire notre route et réchauffe nos coeurs.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Ouvrir la troisième fenêtre de la maison de l’avent (cf activités du premier dimanche de l’avent).
Allumer la troisième bougie sur la couronne de l’avent.
Faire apprendre par cœur aux enfants le verset écrit sous le coloriage.

« Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. » Jean 1, 8











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Troisieme-dimanche-de-l-Avent,3760.html