Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls

Troisième dimanche ordinaire, année C

  Publié le dimanche 24 janvier 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 24 janvier 2016







Accueil des enfants
Nous faisons ensemble un signe de croix. Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante. Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

Rappel du temps liturgique
Nous sommes dans le temps ordinaire (couleur liturgique verte) de l’année C consacrée à l’évangéliste Luc.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile selon saint Luc (1, 1-4 ; 4, 14-21)
Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus. En ce temps-là, lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre »



Pistes de réflexion
On distingue deux parties dans cet Evangile : l’introduction et le récit. L’introduction est le tout début de l’Evangile de Luc. A la différence de Marc, Matthieu et Jean, Luc n’était pas juif. Il n’habitait pas la Palestine et n’a pas connu Jésus. Luc était un médecin grec. C’est en écoutant l’apôtre Paul qu’il a entendu parler de Jésus et qu’il s’est converti. Il a accompagné Paul dans plusieurs de ses voyages et en a fait le récit dans « les actes des apôtres. » Il a pu interroger des témoins et des proches de Jésus, probablement la Vierge Marie, pour écrire son Evangile.
Suit le récit qui décrit une scène banale : les juifs se retrouvent le samedi à la synagogue de Nazareth. Tout fidèle a le droit de lire les Ecritures. L’un d’eux, Jésus, vient lire la Parole de Dieu, un texte du prophète Isaïe qui annonce tous les signes qu’accomplira le Messie quand il viendra.
« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. » Le roi recevait une onction d’huile lors de son sacre, signe de la présence de l’Esprit de Dieu qui lui était donnée pour accomplir sa mission de sauver le peuple. « Messie » en hébreu (ou « Christ » en grec) signifie « celui qui a reçu l’onction », l’oint. Ce passage du prophète Isaïe annonçait pour les juifs un roi qui les sauverait, pour qu’advienne un monde où il n’y ait ni pauvre, ni prisonnier, ni aveugle, ni opprimé. Du temps de Jésus, beaucoup attendaient un roi qui les libérerait de l’occupation romaine.
« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre » Coup de théâtre, Jésus annonce après la lecture c’est aujourd’hui que s’accomplit cette parole, ce qui signifie « je suis le Messie. » On imagine le grand silence qui a suivi cette nouvelle, et l’étonnement de ceux qui connaissent Jésus depuis qu’il était enfant. On pourrait croire que cette annonce s’accompagne de cris de joie. Cependant, les juifs attendent un vrai roi qui libérerait la Palestine occupée par les romains, un Messie triomphant. Or ils savent que Jésus est le fils du charpentier car ils habitent à Nazareth. La suite du texte (que nous entendrons dimanche prochain) montre que dès le début de sa prédication, Jésus va être rejeté par certains juifs qui ne veulent pas d’un tel Messie.
Essayons de réécouter cette bonne nouvelle de Jésus : oui, il est notre sauveur, notre libérateur, nous ne sommes plus prisonniers du péché et de la mort !

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin, après une brève explication de celui-ci. On remarque que la Bible est écrite sur un rouleau comme au temps de Jésus. L’oiseau représente le Saint Esprit.

GIF - 3.2 ko

« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction » Luc 4,18











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Troisieme-dimanche-ordinaire-annee,4706.html