Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Vingt-huitième dimanche ordinaire, année C

Vingt-huitième dimanche ordinaire, année C

  Publié le dimanche 9 octobre 2016 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 9 octobre 2016







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents dans l’église, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! » ou reprise de l’Alléluia.)

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (17, 11-19)
En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés. L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain. Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

 

Pistes de réflexion
« Jésus, marchant vers Jérusalem » Cela se passe au cours du dernier voyage de Jésus vers Jérusalem, celui qui le conduit à sa passion, sa mort et sa résurrection. Si Luc tient à nous donner cette précision, c’est que ce qu’il va nous raconter maintenant a un lien direct avec le mystère du salut que le Christ apporte à l’humanité.
« Ils s’arrêtèrent à distance » La loi leur interdit de s’approcher de quiconque, car la lèpre est une maladie contagieuse. De surcroit, toute maladie était souvent considérée, à l’époque, comme une conséquence du péché.
« Jésus, maître, prends pitié de nous » Dans ce cri, les lépreux reconnaissent leur faiblesse et montrent toute la confiance qu’ils font à Jésus.
« Allez vous montrer aux prêtres » C’est la démarche que les malades devaient accomplir pour que leur guérison soit officiellement reconnue. Cet ordre de Jésus est donc en soi une promesse de guérison.
« L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix » Dix personnes ont rencontré le Christ et une seule l’a reconnu. Elle a fait aussitôt demi-tour, ce qui équivaut à faire une conversion, comme à ski. Elle a rendu gloire à Dieu et s’est jetée aux pieds de Jésus, signe d’adoration. Et cette personne n’était pas un bon juif mais un Samaritain ce qui montre que Jésus vient donner la bonne nouvelle à tous les hommes, juifs ou étrangers. Cette question troublait beaucoup les premiers chrétiens. Certains pensaient qu’il fallait être juif pour être baptisé. Or le Christ affirme ici que son salut, par sa passion, sa mort et sa résurrection, est offert à tous les hommes. Sur le chemin de Jérusalem, c’est-à-dire du salut, Jésus entraîne tous les hommes qui le veulent bien. Quelles que soient leur race et leur religion, il suffit qu’ils soient prêts à faire demi-tour en glorifiant Dieu.
Nous pouvons nous aussi rencontrer Jésus dans sa Parole, et cette rencontre doit modifier la route de notre vie. Chaque dimanche, l’Evangile reçu a le pouvoir de changer quelque chose dans notre vie. Si Dieu cessait de nous aimer, nous ne pourrions plus exister car tout est donné par Dieu. A pleine voix, sans se retenir, disons MERCI à Dieu. Chaque enfant peut rendre grâce particulièrement pour quelque chose qui le rend heureux.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin, après une brève explication de celui-ci.

GIF - 4.6 ko

« L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. » Luc (17, 15)











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Vingt-huitieme-dimanche-ordinaire,5199.html